Aigremont (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aigremont
Aigremont (Yvelines)
L'hôtel de ville.
Blason de Aigremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine
Maire
Mandat
Samuel Benoudiz
2020-2026
Code postal 78240
Code commune 78007
Démographie
Gentilé Aigremontois
Population
municipale
1 086 hab. (2019 en diminution de 4,65 % par rapport à 2013)
Densité 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 13″ nord, 2° 01′ 12″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 168 m
Superficie 4,00 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Germain-en-Laye
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Aigremont
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Aigremont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigremont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigremont

Aigremont est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Les habitants d'Aigremont sont appelés les Aigremontoises et les Aigremontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position d'Aigremont dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Localisation[modifier | modifier le code]

Aigremont est situé à 3 km à l'ouest de Saint-Germain-en-Laye et 25 km environ à l'ouest de Paris.

La commune se trouve au sud de la forêt de Saint-Germain-en-Laye et au nord de la forêt de Marly.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucun réseau hydrographique de surface[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aigremont
Poissy
Aigremont Chambourcy
Feucherolles

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aigremont est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 82,52 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,82 % d'espaces ouverts artificialisés et 13,56 % d'espaces construits artificialisés[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Archimons en 767, Actricus mons en 768 [8],[9], Acremons au Xe siècle, Acer mons au XIIIe siècle[9], puis Acrimons[9] ou Acrimonte en 1254, Egremont en 1757[10].

C'est une mélecture par Benjamin Guérard de Actrico-monte pour Aetrico-monte. Elle avait été bien lue par l'abbé Lebeuf[11] qui correspond à l'ancien nom de Montlhéry.

Ce toponyme signifie « colline escarpée », « Mont pointu », du latin acer, acris (« pointu ») et Montem (« mont »)[12].

C'est un toponyme assez répandu. Quatre communes françaises et de nombreux hameaux portent ce nom; Aigremont dans le Gard, Aigremont dans la Haute-Marne, Aigremont dans l'Yonne, Aigremont dans les Yvelines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Simon III de Poissy aurait auparavant donné le domaine d'Aigremont[réf. nécessaire] à Agnès sa fille, châtelaine de Neauphle-le-Château[13] en 1254.

Par la suite, le domaine d'Aigremont aurait appartenu à Marguerite, dame d'Aigremont (1315), fille du seigneur Simon V de Poissy, ce dernier fils de Simon IV de Poissy "le jeune", et petite-fille de Simon III de Poissy "le Vieux" 1222[14],[15]. Aigremont apparait donc dans la France de Philippe Auguste à l'aube du XIIIe siècle.

La seigneurie d'Aigremont reste dans la mouvance des châtelains de Poissy ou de seigneurs des environs jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans. Au bord de la route de Paris vers la Normandie, la ferme fortifiée d'Aigremont joue pendant toute cette période un rôle militaire modeste parmi les points fortifiés tout au long de cette route : Béthemont, Poncy, Retz, La Mont joie.

A la fin du XVe siècle sous Louis XI, la paix revenue, la seigneurie d'Aigremont passe aux mains de la nouvelle noblesse des Parlements et de la robe, avec les familles Poignant, Viole et Longueil. Pour ces grands et riches parlementaires, Aigremont reste une possession lointaine où ils ne résident pas et dont ils assurent l'exploitation à travers leurs intendants, les receveurs de la Terre d'Aigremont qui habitent la ferme fortifiée transformée en pacifique demeure agricole et qui détiennent le vrai pouvoir local.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1792 Félix Denyau   Prêtre
1792 1793 Jean-Charles Lapierre    
1793 1794 Jean-Charles Renard    
1794 1815 Pierre Purget    
1816   Fourchy    
1893 ? Jean-Adrien Dubreuil    
         
1925 1929 Edmond Marbouty[16]    
1929 1971 René Meslé    
1971 1995 Désiré Prunier    
1995 2014 Gilbert Dijon UMP  
2014 En cours Samuel Benoudiz    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2019, la commune comptait 1 086 habitants[Note 3], en diminution de 4,65 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
148137148158162154156166167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
177191175179176184202194200
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200185186155165189187186217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2802624068649148731 0631 1051 090
2019 - - - - - - - -
1 086--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,6 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 553 hommes pour 527 femmes, soit un taux de 51,20 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,68 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,6 
8,3 
75-89 ans
7,0 
16,5 
60-74 ans
17,0 
27,2 
45-59 ans
29,2 
10,0 
30-44 ans
13,2 
18,7 
15-29 ans
16,7 
19,3 
0-14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par un groupe scolaire composé d'une école maternelle et d'une école primaire : l'école de la Forêt.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village, précédemment à vocation agricole et surtout fruitière à l'instar des communes alentour participait, entre autres, à l'élaboration du Noyau de Poissy et est devenu aujourd'hui une commune résidentielle pavillonnaire.

Au recensement agricole de 2000, l'agriculture dans la commune ne comptait plus que trois exploitations agricoles professionnelles contre huit en 1988[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château d'Aigremont datant du XVIIIe siècle vu du village.
La cloche Marie Louise date de 1894 et appartenait à l'église Saint-Éloi.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Aigremont.
Construit au XVIIIe siècle, en pierre de taille dont la façade reprend les éléments architecturaux du Château de Compiègne, environné par un vaste parc forestier en continuité avec la forêt domaniale de Marly-le-Roi au sein d'un site classé depuis 1983 pour ses paysages. C'est une demeure privée.
Il fait partie des bâtiments remarquables de la Commune, protégés au titre de l'article L.151-19 du Code de l'Urbanisme[24],[25].
  • L'église Saint-Éloi du XVIIe siècle.
L'édifice a subi un incendie en 1947 puis s'est écroulé l'année suivante en 1948. Il n'en reste que la cloche Marie Louise exposée sur un petit terre-plein devant la mairie et le coq-girouette à l'abri dans la maison communale.
En 1925, la maire prend la décision de fermer l'église en raison de son délabrement. Les prêtres de Chambourcy avaient servi cette église de façon sporadique, et ont cessé d'y venir au début du XXe siècle[26],[27].
  • Le lavoir.
  • Une fontaine semi-circulaire en pierre est adossée à un mur sur lequel sont accrochés deux bas reliefs.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Aigremont
Blason de Aigremont Blason
De sinople aux trois chevrons d'or, à la pomme de même en pointe.
Détails

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Aigremont », p. 836–837

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Aigremont », sur SIGES - Seine-Normandie (consulté en ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  8. Benjamin Guérard-Essai sur le système des divisions de la Gaule, (1832), p. 142.
  9. a b et c Hippolyte Cocheris, Conservateur de la Bibliothèque Mazarine, Conseiller général du département de Seine-et-Oise, DICTIONNAIRE DES ANCIENS NOMS DES COMMUNES DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-OISE, 1874
  10. Sur la carte de Cassini
  11. LEBEUF (Abbé Jean) Histoire de la ville et de tout le diocese de Paris (1758), t.10, p. 155.
  12. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France., t. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Droz, (OCLC 929233713), p. 318.
  13. Étienne Pattou, « Seigneurs d'Aigremont, Île-de-France (Pincerais) » [PDF], sur racineshistoire.free.fr, 2008 (mise à jour 06/04/2019) (consulté en ), p. 3.
  14. Étienne Pattou, « Maison de Poissy. Normandie, Île-de-France, Vexin Français » [PDF], sur racineshistoire.free.fr, (consulté en ), p. 18-19.
  15. François-Marie Legoeuil, « Histoire d'Aigremont du Moyen-Âge à la Révolution », t. 1(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur flaneurtextuel.fr, mai 1991 revu oct 2008 (consulté le ).
  16. http://flaneurtextuel.fr/spip.php?article25
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Aigremont (78007) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  23. Recensement agricole de 2000 - Agreste
  24. Commune d'Aigremont, « PLU Aigremont - Evaluation environnementale », sur http://www.mairie-aigremont-78.fr/, .
  25. Commune d'Aigremont, « PLU d'Aigremont - Justifications », sur http://www.mairie-aigremont-78.fr/, .
  26. « Un peu d'histoire... », sur Paroisse de Chambourcy-Aigremont (consulté le )
  27. François Marie, « Histoire d'Aigremont Tome II Eglise Saint Eloi », sur Flaneur textuel, 1993 révisée 200! (consulté le )