L'Étang-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Étang-la-Ville
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Saint-Germain-en-Laye
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Germain Boucles de Seine
Maire
Mandat
Jean-Yves Bouhourd
2014-2020
Code postal 78620
Code commune 78224
Démographie
Gentilé Stagnovillois
Population
municipale
4 743 hab. (2014)
Densité 882 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 10″ nord, 2° 04′ 19″ est
Altitude Min. 64 m – Max. 178 m
Superficie 5,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
L'Étang-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
L'Étang-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Étang-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Étang-la-Ville
Liens
Site web www.letanglaville.fr/

L'Étang-la-Ville est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Stagnovillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de L'Étang-la-Ville dans les Yvelines.
Locator Dot.png

La commune de L'Étang-la-Ville est située au cœur de la forêt domaniale de Marly, à cinq kilomètres au sud-ouest de Saint-Germain-en-Laye. Versailles se trouve à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau et à 15 kilomètres par la route. La ville se trouve dans un vallon encaissé ouvert au nord-est vers Marly-le-Roi et Mareil-Marly. Les dénivellations sont importantes entre le bas de la ville, à l'est, à 65 mètres et le plateau boisé, à l'ouest, qui culmine à 178 mètres.

Les communes limitrophes en sont Mareil-Marly au nord-est, Marly-le-Roi à l'est, Bailly au sud-est sur environ 400 mètres, Noisy-le-Roi au sud, Saint-Nom-la-Bretèche à l'ouest et Fourqueux au nord-ouest.

Le territoire communal est urbanisé sur un tiers de sa surface, le reste, formant un grand arc de cercle à l'ouest de la ville, est occupé par la forêt.

La commune est traversée par la route départementale 161 qui conduit à Saint-Germain-en-Laye vers le nord et à Noisy-le-Roi vers le sud. Une petite route forestière, celle de la gare de Saint-Nom, ouverte seulement en fin de semaine, permet de rejoindre Saint-Nom-la-Bretèche. Du fait de l'encaissement du vallon, seul le centre du village est relativement plat et la majeure partie des rues sont pentues.

La commune est traversée par deux lignes de chemin de fer desservies par la SNCF : la ligne du Transilien L entre Paris Saint-Lazare et Saint-Nom-la-Bretèche et la ligne de la Grande ceinture Ouest récemment ouverte entre Saint-Germain-en-Laye et Noisy-le-Roi. Elle dispose de deux gares à voyageurs : l'Étang-la-Ville et Saint-Nom-la-Bretèche Forêt de Marly. Cette dernière, où les deux lignes se rejoignent, se trouve en fait dans la forêt, plus près de l'Étang-la-Ville que de Saint-Nom-la-Bretèche.

La commune est desservie par les lignes 42, 43 et 44 de la société de transport CSO, par les lignes 15 et 15S du réseau de bus Entre Seine et Forêt et par la ligne 45 de la société de transport STAVO.

Le sentier de grande randonnée GR 1 (tour de l’Île-de-France) traverse la partie boisée de la commune dans sa plus grande longueur, longeant la limite sud-ouest du territoire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Stagnum en 1150, Stanno villa en 1626, Stagnum juxta les Neffliers, Stagnum Villae[1].

Le site fut d'abord connu sous le nom latin de Stagno-Villa. L'étang, depuis longtemps asséché, fut d'abord occupé par des prés. Il se trouvait à l'emplacement de l'actuel parc Fonton, situé en centre ville.

La commune s'est brièvement appelée durant la Révolution « L'Étang-les-Sources »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Allée couverte du Cher Arpent au début du XXe siècle (faussement reconstruite dans le parc du château).

Le site est habité depuis la préhistoire, comme en témoignent l'allée couverte retrouvée au XIXe siècle au lieu-dit le « Cher Arpent » et le menhir de la Haute Pierre, aujourd'hui disparu. Il doit son nom à un étang qui occupait autrefois le fond du vallon et était alimenté par des sources à flanc de coteau.

Le château a été construit par Pierre Séguier au XVIIe siècle. Le château et la seigneurie furent ensuite acquis par la famille Fonton de Vaugelas qui y resta jusqu'en 1790.

La commune a été occupée par les Prussiens en 1870 et 1871.

En 1968, la mairie est transférée dans le château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
(maire en 1981)[3]   Jean-Claude Delfaud   Médecin
1989 en cours Jean-Yves Bouhourd UMP-LR Ingénieur conseil[4]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 743 habitants, en diminution de -1,39 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416 368 386 306 427 421 416 395 387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
354 378 390 378 399 465 386 404 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
474 514 530 517 640 753 787 928 1 180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
2 105 2 506 4 321 4 361 4 567 4 496 4 777 4 729 4 743
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 23,4 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 13,7 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 25,3 %).
Pyramide des âges à L'Étang-la-Ville en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,7 
6,9 
75 à 89 ans
8,4 
15,8 
60 à 74 ans
16,2 
21,5 
45 à 59 ans
20,6 
18,6 
30 à 44 ans
19,5 
14,1 
15 à 29 ans
13,7 
22,5 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Population active totale : 1 870
  • Taux d'activité entre 20 et 59 ans : 77 %
  • Actifs  : 41,7 %
  • Taux de chômage (1999): 7,4 %
  • Retraités : 18,5 %
  • Jeunes scolarisés : 27,1 %
  • Autres personnes sans activité : 12,7 %
  • Cadres, professions intellectuelles : 46,7 %
  • Artisans, commerçants, chefs d'entreprise : 9,8 %
  • Professions intermédiaires : 23,3 %
  • Employés : 15,4 %
  • Ouvriers : 4,8 %
  • Revenus moyens par ménage (2010) : 66 122 € / an[11]
  • Prix moyen de l'immobilier (vente) : 4 085,03 € / m²
  • Maisons individuelles : 66,2 %
  • Appartements : 32,1 %
  • Propriétaires : 78,6 %
  • Locataires : 17,7 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Allée couverte du Cher Arpent : monument mégalithique de la fin de l'époque néolithique (environ 2500 ans av. J.-C.), découverte en 1878, en partie détruite et faussement remontée dans un autre emplacement dans le parc du château.
  • Église Sainte-Anne : édifice en pierre de styles roman et gothique dont l'origine remonte au XIIe siècle. Elle est classée à l'inventaire des monuments historiques depuis 1926.
  • Château Séguier, de style Louis XIII, actuellement occupé par la mairie, construit au XVIIe siècle par Pierre Séguier, chancelier de France sous Louis XIII et membre fondateur de l'Académie française. Il a servi de lieu de tournage pour le film Les Diaboliques de H.G. Clouzot en 1954.
  • La croix Saint-Jacques, érigée au centre du village, a la particularité d'avoir été détruite lors des troubles révolutionnaires de 1789-1790, puis reconstruite. D'après le folklore local ce serait là que la sorcière "Gonbaud" aurait été conduite au bûcher.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de L'Étang-la-Ville

Les armes de L'Étang-la-Ville se blasonnent ainsi :

coupé, au premier d'azur au chevron d'or accompagné, en chef, de deux étoiles du même et, en pointe, d'un mouton d'argent, au second d'argent à la fasce ondée d'azur.

La première partie du blason reprend les armes de la famille Séguier qui joua un rôle important dans l'histoire de la ville : D'azur au chevron d'or accompagné de deux étoiles de même en chef, et un mouton tranquille d'argent en pointe. Dans la seconde partie, la bande ondée d'azur symbolise l'eau de l'étang autour duquel s'est construite la ville[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  2. La grande histoire des Yvelines, Monique Bardy, Édijac, 1989.
  3. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  4. http://www.lemonde.fr/ile-de-france/yvelines,78/l-etang-la-ville,78224/
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population à L'Étang-la-Ville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)
  11. « Revenus fiscaux localisés des ménages-Année 2010 », sur site de l'Insee, (consulté le 23 novembre 2016)
  12. « Blason du village », Mairie de L'Étang-la-Ville (consulté le 30 avril 2011).