Françoise Guimbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Françoise Guimbert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Genre artistique
Distinction

Françoise Guimbert est une chanteuse réunionnaise de maloya, née en 1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 7 juin 1945 à Saint-Benoît, dans un milieu pauvre, elle est élevée par sa soeur aînée qui prend en charge la fratrie de 7 enfants, lorsque leurs parents disparaissent précocement. Elle en est la cinquième. Elle abandonne l'école au CM1 pour s'occuper de ses neveux et nièces, puis devient employée de maison à l'âge de 12 ans auprès de plusieurs familles successivement, à Saint-Benoît, à Saint-Denis, puis de nouveau à Saint-Benoît, quand elle entre au service d'une professeur de musique et de piano, mademoiselle Prudent, et ce pendant 18 ans jusqu'en 1986 au décès de celle-ci. C'est en écoutant les cours de solfège donnés par sa patronne à d'autres enfants qu'elle en acquiert les rudiments. La vieille dame l'encourage aussi à écrire. Elle compose alors ses premières chansons, car elle a toujours aimé chanter depuis l'enfance[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle forme avec Nathalie Natiembé et Christine Salem, les représentantes féminines actuelles du maloya : voix, présence scénique, textes ancrés dans le quotidien, l'identité réunionnaise[1].

Auteur, compositeur, interprète, percussionniste, douée et déterminée, elle connaît un premier succès avec le maloya Tantine Zaza en 1978, qui lui vaut son surnom actuel. Le titre est enregistré au studio Royal à Saint-Joseph avec René Lacaille[2].

Elle crée ensuite le groupe Voulvoul, composé de dix-huit personnes, musiciens, danseurs et danseuses. Elle est alors la première femme à créer un groupe de maloya, le milieu du séga et du maloya étant à cette époque largement masculin[1].

Avec le titre Ça gâte pas, produit en 1982, elle connaît un nouveau succès.

Elle a aussi chanté dans le Groupe folklorique de la Réunion avec Maxime Laope et Alain Peters[3],[4]. Lors d'un plateau commun, Benoîte Boulard la désigne comme son héritière musicale[1].

Au début des années 90, elle se perfectionne en percussions traditionnelles auprès de Bernadette Ladauge, dans le cadre des C.E.S. musique mis en place par le Conseil général de la Réunion. A son tour, elle s'investit auprès des jeunes en leur donnant la possibilité de découvrir la musique. Elle crée à Saint-Benoît une association de quartier, Pomme d'Aco, dans laquelle elle propose d'initier les jeunes à la musique, au chant, à la danse et au théâtre, autour de la culture réunionnaise et de la protection de la nature[5]. S'en suivra la formation du groupe Bleu indigo[6]. Elle est comédienne à Cyclone productions et au Théâtre Talipot. Elle sera aussi intervenante en milieu scolaire.

En 1996, elle enregistre avec Danyel Waro l'album Sega la pente[7], une incursion du côté du séga, autre musique populaire réunionnaise. L'album Paniandy créé en 2001 reprend des morceaux réarrangés sous l'égide du producteur Christophe David[6]. Puis portée par la vague de la world music, elle part faire une tournée internationale, dans l'océan Indien, en Europe, en Australie, de 2002 à 2004.

Elle s'accompagne aujourd'hui sur scène de jeunes musiciens, les Soulpaks.

La reconnaissance officielle est tardive : sociétaire de la SACEM en 2006[1], Chevalier de la Légion d'honneur en 2014 en même temps que Firmin Viry[8] , Chevalier de l'ordre des arts et des lettres en 2010, avec Fred Espel et Narmine Ducap[9].

En 2016, Françoise Guimbert a fêté ses 45 années de scène à la Cité des arts lors d'un concert associant des musiciens invités[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1978, Tantine Zaza (face A), Mi aime voyazé (face B) . Royal. 45 Tour
  • 1989, A moins même la race. Cassette
  • 1996, Sega la pente (avec Danyel Waro). Oasis production
  • 2001, Paniandy, 2001. Mélodie.
  • 2004, Déboulonné. Deux-titres
  • 2017, Tantine Zaza, sur la compilation Oté maloya : the birth of electric maloya on Reunion island 1975-1986, La basse tropicale, Strut records[10]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Mocadel, Frédéric., Dames créoles, t.3, Sainte-Marie, Azalées Éditions, ©2005-©2007 (ISBN 9782915923377, OCLC 70830775, lire en ligne), p. 296-314
  2. a et b « L'éternel entrain de Tantine Zaza », Clicanoo.re,‎ (lire en ligne)
  3. Karoline Chérie, « Françoise Guimbert in Tantine Zaza », Zinfos 974,‎ (lire en ligne)
  4. « Francoise Guimbert - (Séga, Maloya) - Akout.com », sur www.akout.com (consulté le 4 avril 2018)
  5. François Bensignor, « Françoise Guimbert, la marraine du maloya », Hommes et Migrations, vol. 1247, no 1,‎ , p. 105–110 (DOI 10.3406/homig.2004.4134, lire en ligne)
  6. a et b « GUIMBERT Françoise. | », sur www.reunionnaisdumonde.com (consulté le 4 avril 2018)
  7. « Danyel Waro | Biography & History | AllMusic », sur AllMusic (consulté le 4 avril 2018)
  8. ., « Promotion civile: Six Réunionnais élevés au grade de chevalier », Zinfos 974,‎ (lire en ligne)
  9. « Narmine Ducap, Françoise Guimbert et Fred Espel sacrés Chevaliers des Arts et des Lettres », Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  10. 7 Lames la Mer, « Oté maloya ! 1975/1986 : la fusion prodigieuse (1) », sur 7 Lames la Mer (consulté le 4 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la musique : AkoutVoir et modifier les données sur Wikidata
  • Tantine Zaza sur Youtube
  • Françoise Guimbert. Monique NINIO, Michel MINAUD. Anaa productions/RFO, 2004, 26 min. Extraits sur la page Facebook de Anaa productions.
  • Françoise Guimbert. Réunion 1ère, 2012. 26 min.