Aller au contenu

NGC 6384

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 6384
Image illustrative de l’article NGC 6384
La galaxie spirale barrée NGC 6384 par le relevé SDSS.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Ophiuchus
Ascension droite (α) 17h 32m 24,30s[1]
Déclinaison (δ) +07° 03′ 37,0″ [1]
Magnitude apparente (V) 10,4[2]
11,1 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,91 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 6,2 × 4,1 [2]
Décalage vers le rouge 0,005554 ± 0,000004[1]
Angle de position 30°[2]

Localisation dans la constellation : Ophiuchus

(Voir situation dans la constellation : Ophiuchus)
Astrométrie
Vitesse radiale 1 665 ± 1 km/s [1]
Distance 24,00 ± 1,68 Mpc (∼78,3 millions d'al)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SAB(r)bc[1] SBbc[2],[3]Sbc[4]
Dimensions environ 43,23 kpc (∼141 000 al)[1],[a]
Découverte
Découvreur(s) Albert Marth[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 60459
UGC 10891
MCG 1-45-1
CGCG 55-7
IRAS 17299+0705[2]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 6384 est une galaxie spirale barrée (intermédiaire ?) située dans la constellation d'Ophiuchus. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 1 627 ± 3 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 24,0 ± 1,7 Mpc (∼78,3 millions d'al)[1]. NGC 6384 a été découverte par l'astronome allemand Albert Marth en [3].

La classe de luminosité de NGC 6384 est II-III et elle présente une large raie HI[1]. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé (HII)[5]. De plus, c'est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[1].

Selon la base de données Simbad, NGC 6384 est une galaxie candidate au titre de galaxie active[6].

À ce jour, 23 mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 21,230 ± 5,651 Mpc (∼69,2 millions d'al)[7], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble.

NGC 6384 (détail) par le télescope spatial Hubble.

Morphologie[modifier | modifier le code]

NGC 6384 a été utilisée par Gérard de Vaucouleurs comme exemple d'une galaxie de type morphologique SAB(r)bc dans son atlas des galaxies[8]. La base de données NASA/IPAC préconise la même classification[1]. Cependant, une barre est clairement visible sur les images captée par le télescope spatial Hubble et par le relevé SDSS.

Eskridge, Frogel et Pogge ont publié un article en décrivant la morphologie de 205 galaxies spirales rapprochées. Les observations ont été réalisées dans la bande H de l'infrarouge et dans la bande B (le bleu). Selon Eskridge et ses collègues, NGC 6097 est une galaxie spirale de type SBbc. En son centre se trouve un bulbe très elliptique et une courte barre proéminente. Les surfaces d'égale luminosité du buble présentent une torsion claire, mais petite, qui fait en sorte que les isophotes de l'extérieur du renflement sont alignés avec le grand axe de la barre. Le système barre et bulbe est intégré dans une lentille avec un motif spiral floculant qui émerge de la lentille. Un grand nombre de grumeaux lisses sans aucune trace de nœuds ou de poussière sont visibles[9]

Supernova[modifier | modifier le code]

Deux supernovas ont été observées dans NGC 6384: SN 1971L et SN 2017drh.

SN 1971L[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le juin par l'astronome amateur Logan. D'une magnitude apparente de 12,8 au moment de sa découverte, elle était de type I[10],[11]. Selon la base de données Simbad, cette supernova était de type Ia[12].

SN 2017drh[modifier | modifier le code]

Une deuxième supernova, SN 2017drh, a été découverte dans NGC 6384 le par les astronomes S. Valenti, David.J.Sand[13] et Leonardo Tartaglia[14]. D'une magnitude apparente de 17,9 au moment de sa découverte, elle était de type la[15].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diamètre dans la bande POSS1 103a-O.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k (en) « Results for object NGC 6384 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le ).
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke», NGC 6300 à 6399 », Site WEB du cours d'astronomie du Cégep de Valleyfield.
  3. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 6350 - 6399 » (consulté le ).
  4. (en) « NGC 6384 sur HyperLeda » (consulté le )
  5. A. A. Hakobyan, A. R. Petrosian, A. A. Yeghazaryan et J. Boulesteix, « Study of the HII regions in the spiral galaxy NGC6384 », Astrophysics, vol. 50,‎ , p. 426–439 (ISSN 0571-7256, DOI 10.1007/s10511-007-0040-8, lire en ligne, consulté le )
  6. « NGC 6384 », sur simbad.u-strasbg.fr (consulté le )
  7. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 6384 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  8. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 6384 » (consulté le )
  9. Paul B. Eskridge, Jay A. Frogel, Richard W. Pogge et et al., « Near-Infrared and Optical Morphology of Spiral Galaxies », The Astrophysical Journal Supplement Serie, vol. 143, no 1,‎ , p. 73-111 (DOI 10.1086/342340, Bibcode 2002ApJS..143...73E, lire en ligne [PDF])
  10. « SN 1971L | Transient Name Server », sur www.wis-tns.org (consulté le )
  11. « VizieR », sur vizier.u-strasbg.fr (consulté le )
  12. (en) « SN 1971L -- SuperNova » (consulté le )
  13. (en) « The University of Arizona » (consulté le )
  14. (en) « Leonardo Tartaglia, Astronomical Observatory of Padove » (consulté le )
  15. « SN 2017drh | Transient Name Server », sur www.wis-tns.org (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

    •  NGC 6376  •  NGC 6377  •  NGC 6378  •  NGC 6379  •  NGC 6380  •  NGC 6381  •  NGC 6382  •  NGC 6383  •  NGC 6384  •  NGC 6385  •  NGC 6386  •  NGC 6387  •  NGC 6388  •  NGC 6389  •  NGC 6390  •  NGC 6391  •  NGC 6392