Méditations poétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Méditations poétiques
Auteur Alphonse de Lamartine
Pays Drapeau de la France France
Genre Poésie
Date de parution
Chronologie

Méditations poétiques est le premier recueil de poèmes d'Alphonse de Lamartine, publié en 1820.

Les débuts de Lamartine dans la poésie, débuts de la poésie romantique dans la littérature française, furent un succès. Après la poésie sensuelle ou jugée trop conventionnelle des derniers classiques, on fut surpris et charmés d'entendre un poète osant être à la fois ému et sincère, faisant preuve d'une profonde mélancolie, élégiaque et douce. La forme des Méditations, fluide et homogène, atteint grâce aux sentiments forts et profonds du poète, une harmonie novatrice, comblant dès lors la déficience du romantisme en matière de poésie[réf. nécessaire]. Ce recueil, tiré à 500 exemplaires le , contient des poèmes composés entre 1815 et 1820 et compte les plus éminents de la carrière de l'auteur : Le Lac, L'Isolement, Le Soir, Le Vallon ou encore L'Automne.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Carl Blechen, Tiergarten, 1825.
Le paysage naturel, cher aux artistes romantiques, est très présent dans les Méditations poétiques.

La première édition comportait 24 poèmes. D'autres éditions suivirent ; celle de 1849 comportait alors 41 poèmes. Ce recueil marque l'aboutissement d'un courant de poésie élégiaque caractérisé par de nombreuses allusions mythologiques, une tonalité exclamative, des interrogations ainsi qu'une abondance de périphrases poétiques. Il fait l'effet d'une révolution car son fond est nouveau : les poèmes se fondent sur l'expression d'un lyrisme tout personnel qu'exaltent les moments tristes ou heureux de la vie du jeune poète.

Le recueil est marqué par les soupirs de l'âme de Lamartine, qui évoque les souvenirs et les regrets, les espérances et les désespoirs, l'angoisse face à la mort. Mais ces élans de l'âme sont inséparables du sentiment de la nature amie, à qui le poète confie ses joies et ses peines. L'évocation des paysages naturels reflète l'état d'âme du poète lui-même, avec notamment les motifs récurrents du lac et du vallon (ce dernier rappelant à Lamartine la sûreté et la douceur de son enfance et de la demeure paternelle). Lamartine essaye aussi d'exprimer son rapport à l'au-delà. Bien que chrétien, il n'a pas de certitudes exactes, ce qui le pousse parfois à douter, mais finalement, l'espérance envers l'immortalité triomphe.

Liste des poèmes[modifier | modifier le code]

Poèmes présents dans l'édition de 1820[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. L'Isolement
  2. L'Homme
  3. Le Soir
  4. L'Immortalité
  5. Le Vallon
  6. Le Désespoir
  7. La Providence à l'homme
  8. Souvenir
  9. L'Enthousiasme
  10. Le Lac
  11. La Gloire
  12. La Prière
  13. Invocation
  14. La Foi
  15. Le Golfe de Baya
  16. Le Temple
  17. Chants lyriques de Saül
  18. Hymne au Soleil
  19. Adieu
  20. La Semaine sainte à la Roche-Guyon
  21. Le Chrétien mourant
  22. Dieu
  23. L'Automne
  24. La Poésie sacrée

Rajouts ultérieurs[modifier | modifier le code]

  1. À Elvire
  2. Ode
  3. Le Lis du golfe de Santa Restituta (1842)
  4. La Retraite
  5. La Charité (1846)
  6. Ode sur la naissance du Duc de Bordeaux
  7. Ressouvenir du Lac Léman (1842)
  8. Le Génie
  9. Philosophie
  10. Le Pasteur et le Pêcheur (1826)
  11. A une Fleur sèchée dans un album (1827)
  12. Ferrare (1844)
  13. A un Enfant, fille du poète (1831)
  14. Les Fleurs (1837)
  15. Les Oiseaux (1842)
  16. Les Pavots (1847)
  17. Le Coquillage au bord de la mer

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nouveau Larousse illustré, 1898-1907

Notes et références[modifier | modifier le code]