Lycée Victor-Hugo (Marrakech)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article a besoin d’être illustré (en discuter) (juin 2015).

Pour améliorer cet article, des médias (images, animations, vidéos, sons) sous licence libre ou du domaine public sont les bienvenus.
Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Victor-Hugo.
Lycée Victor-Hugo
Généralités
Pays Maroc
Adresse
Marrakech
Site internet http://www.citescolairehugorenoir.org/
Cadre éducatif
Proviseur Hervé Magot

Le lycée Victor-Hugo de Marrakech (Maroc), nommé en l'honneur de Victor Hugo, date du début du XXe siècle. En 2008, l'établissement accueillait 960 élèves (600 collégiens, 360 lycéens) et les 150 personnels qui les encadrent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant les premières années de la période du protectorat, la France prit l'initiative de construire le long de la route de la Targa un vaste complexe militaire. Niché au pied du mont Gueliz, il avait pour vocation première de consolider la présence militaire française dans la région du Haouz. Quelques années plus tard, le quartier Lamy (situé à l'extrémité orientale du complexe) fut transformé en lycée. Cette ébauche de ce que sera le lycée Victor-Hugo « moderne » comprenait 4 bâtiments principaux jouxtant la cour centrale ainsi que deux bâtiments donnant sur la rue qui n'étaient ni plus ni moins que des dortoirs. Au fil des années, l'évolution du lycée imposa la construction de nombreux bâtiments annexes tels que les cuisines ou le réfectoire. Au lendemain du retour triomphal du roi Mohammed V de Madagascar, le Maroc déclare son indépendance. À la suite d'un ultimatum lancé par les autorités marocaines, l'ensemble des établissements primaires et secondaires construits sur terrain marocain ont été rétrocédés au ministère marocain de l’Instruction publique. C'est ainsi que voit le jour le lycée Victor-Hugo tel qu'il existe aujourd'hui. Dès les premières années du fonctionnement de l'établissement, un certain nombre de mesures structurelles sont adoptées. L'établissement est embelli et troque son aspect quelque peu spartiate hérité de l'ère du protectorat contre de larges plantations d'eucalyptus mêlées de faux-poivriers et d’hibiscus. Au milieu des années 1960, l'établissement (comprenant collège et lycée, rappelons-le) ainsi que l’école Auguste-Renoir connaissent un véritable âge d'or. Le nombre d'élèves atteint les 1300 et l'internat doit s'accommoder de nombreux travaux destinés à intégrer chaque année de nouveaux élèves. Néanmoins, le début de la décennie suivante voit un départ progressif mais conséquent d'expatriés français vers la métropole. À la manière de tous les lycées français au Maroc, une nouvelle politique se dessine : l'intégration lente mais continue de populations locales. Dès lors, l'établissement s'enracine durablement dans le tissu social local et se dote d'une réputation d'établissement de qualité. Cependant, les frais de scolarité demeurant prohibitifs pour une majorité de Marrakchis, il s'opère une véritable sélection d'ordre économique à l'entrée du lycée. Parallèlement, l'établissement ainsi que l’école Auguste-Renoir organise des tests d'entrée destinés à doubler la sélection économique d'une sélection basée sur le mérite. Plus récemment, l'engouement international pour la ville de Marrakech a entrainé un afflux massif d'expatriés français mais également d'origines diverses. Ainsi, le taux d'étrangers (Français et autres) fréquentant l'établissement est passé de 27 % en 2000 à 52 % en 2007. En marge de ce phénomène, l'enrichissement d'une frange non négligeable de la population de Marrakech a entraîné un accroissement quasi-exponentiel des demandes d'inscription en primaire ainsi qu'en secondaire. Pour répondre à ce phénomène, une école de l’OSUI (Office scolaire et universitaire international, affilié au réseau de la Mission laïque française ou MLF) ouvrit ses portes en 2004.

À l'heure actuelle, l'établissement (collège et lycée) comporte 3 bâtiments principaux : les bâtiments A, B et C.

  • Au sein du bâtiment A sont enseignées les disciplines littéraires (français, littérature et philosophie), linguistiques espagnol, arabe ainsi que l'option latin, les arts plastiques et la musique.
  • Le bâtiment B quant à lui comporte en son sein les classes de mathématiques, d'histoire-géographie, et d'anglais
  • Au sein du bâtiment C enfin sont dispensées les disciplines scientifiques tel que les SVT, la physique-chimie, la technologie et l'informatique (prolongement de la technologie en classe de seconde). À noter que le lycée possède une collection taxidermique non négligeable composée exclusivement d'animaux locaux (fennecs du désert, buses...).

Les infrastructures sportives sont quant à elles situées dans l'aile nord de l'établissement. Le gymnase fut construit il y a peu, offrant alors une salle de gymnastique, des vestiaires et un grand espace couvert comprenant des paniers de basket, des filets de volley-ball et des buts de handball. L'établissement dispose d'une piste sportive de 250 m de circonférence, un terrain de football gazonné d'un peu plus de 2 700 m2, 4 terrains de basketball, 2 terrains de handball, 6 terrains de badminton, 4 terrains de volleyball et une piscine d'un peu moins de 250 m2 .

En outre, l'établissement dispose d'un centre de documentation et d'information (CDI), où sont proposés quelque 3000 romans ainsi que 4000 documents, ainsi qu'une cafétéria, ouverte au cours de l'année 2001, équipée du Wi-Fi (accessible aux lycéens). Il dispose aussi d'une salle polyvalente où ont lieu diverses activités (devoirs sur table, manifestations culturelles, activités extra-scolaires ...).

Direction actuelle[modifier | modifier le code]

Liste des proviseurs[modifier | modifier le code]

  • Mr. Robert Cavrivière (Premier proviseur du Lycée Victor Hugo de Marrakech)
  • Mr. Gex
  • Mr. Gueguen
  • Mr. Berry
  • Mr. Morisot
  • Mr. François Liot
  • Mme. Patricia Roman
  • Mr. Hervé Magot

Matières enseignées[modifier | modifier le code]

Matières générales

  • Français
  • Mathématiques
  • Histoire-Géographie
  • Sciences de la Vie et de la Terre (SVT)
  • Technologie (premier cycle uniquement)
  • Physique-Chimie (à partir de la 5e)
  • Musique (premier cycle uniquement)
  • Arts Plastiques (premier cycle uniquement)
  • Philosophie (second cycle uniquement)
  • Éducation physique et sportive (EPS)

Langues vivantes

  • Arabe(Soit en OIB à partir de la 2nde, ou en LV1 ou encore en LCA)
  • Anglaise
  • Littérature Anglais (Section Littéraire)
  • Espagnol (obligatoire ou comme option en 2nde)

Options facultatives

  • Latin (à partir de 5e)
  • Sciences économiques et sociales (SES : second cycle uniquement / pas en première et terminal S et L)
  • Espagnol (en 4e pour les sections "collège" et pour les sections "internationales" en enlevant l'anglais)

Enseignants connus[modifier | modifier le code]

camille laurens, écrivain

Élèves connus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Campagne boursière 2016-2017 » [PDF], sur Lycée Victor-Hugo (consulté le 20 janvier 2016)
  2. a, b, c et d « Équipe de la cité scolaire », sur Lycée Victor-Hugo (consulté le 20 janvier 2016)
  3. Raoul Mbog, « Victime de l’attaque au Burkina, Leila Alaoui, figure rayonnante de la jeune photographie », sur Le Monde,‎ (consulté le 20 janvier 2016)
  4. Effy Tselikas, « La saga des lycées français de là-bas », sur L'Express,‎ (consulté le 20 janvier 2016)
  5. Éléonore Bénit et Mohammed Boudarham, « Qui est vraiment Oum Keltoum Boufarès ? », sur Telquel.ma,‎ (consulté le 20 janvier 2016)
  6. Abdessamad Belhaj, « Nadia Yassine : l'ère de la communication », dans La dimension islamique dans la politique étrangère du Maroc, Louvain-La-Neuve, Presses universitaires de Louvain, (lire en ligne), p. 153

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]