Mosquée Bab Doukkala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mosquée Bab Doukkala
Image illustrative de l’article Mosquée Bab Doukkala
Présentation
Nom local Masjid al-Hurra
Culte Islam
Type Mosquée
Début de la construction 1557-1558
Fin des travaux 1570-1571
Style dominant Architecture sâadienne, Mosquée de style marocain
Géographie
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Ville Marrakech
Coordonnées 31° 37′ 52,71″ nord, 7° 59′ 45,47″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Maroc
(Voir situation sur carte : Maroc)
Mosquée Bab Doukkala
Géolocalisation sur la carte : Marrakech
(Voir situation sur carte : Marrakech)
Mosquée Bab Doukkala

La mosquée Bab Doukkala (en arabe : مسجد باب دكالة) est une importante mosquée de quartier à Marrakech, au Maroc, datant du XVIe siècle. Elle porte le nom de la porte voisine, Bab Doukkala, dans le rempart occidental de la médina. Elle est également connue sous le nom de Mosquée al-Hurra (ou "Mosquée de la Liberté")[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mosquée a été commandée par Lalla Mas'uda bint Ahmad, une des filles de Muhammad al-Sheikh (le fondateur de la dynastie saadienne ) et mère du sultan Ahmad al-Mansur de la dynastie saadienne[1]. La construction de la mosquée a commencé en 1557-58 et s'est probablement terminée vers 1570-71, pendant le règne de Moulay Abdallah al-Ghalib [2]. Le statut de Lalla Ma'suda, femme puissante, "libre" et indépendante, est peut-être à l'origine du surnom de la mosquée Jami 'al-Hurra ("Mosquée de la Liberté").

En 1557-58, le sultan avait ordonné que la population juive de la ville déménage dans une zone plus proche de la Kasbah (citadelle royale), entraînant la création du mellah. La construction du nouveau mellah a probablement été achevée vers 1562-1563 [2]. Le transfert des citadins de confession juive vers le nouveau quartier a libéré une grande quantité d'espace dans la ville, ouvrant la voie à de nombreux réaménagements. La mosquée Bab Doukkala et la mosquée Mouassine, construite à la même époque, semblent avoir fait partie d'un plan plus vaste de construction de nouveaux quartiers "modèles" dans la ville . Il a été conçu dans le cadre d'un complexe religieux et civique cohérent qui comprenait, outre la mosquée elle-même, une madrasa, une bibliothèque, un hammam avec latrines et une fontaine publique pour distribuer l'eau aux habitants [1]. Ce type de complexe architectural était sans précédent au Maroc. Il pourrait avoir été influencé par la tradition de construction de tels complexes en Égypte mamelouke et dans l'Empire ottoman[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Xavier Salmon, Marrakech : Splendeurs saadiennes : 1550-1650, Paris, LienArt, , 303 p. (ISBN 978-2-35906-182-6)
  2. a et b Quentin Wilbaux, La médina de Marrakech : Formation des espaces urbains d'une ancienne capitale du Maroc, Paris, L'Harmattan, , 381 p. (ISBN 2-7475-2388-8)
  3. Gaston Deverdun, Marrakech : Des origines à 1912, Rabat, Éditions Techniques Nord-Africaines,

Voir aussi[modifier | modifier le code]