Synagogue Salat Al Azama (Marrakech)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Synagogue Salat al-Azama
Salle de prière de la synagogue.
Salle de prière de la synagogue.
Présentation
Culte Judaïsme
Type Synagogue
Début de la construction 1492
Style dominant Architecture hispano-mauresque
Site web www.jmarrakech.org//ביתי-כנסת-מרקש/בית-הכנסת-אלעזמהVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Marrakech-Safi
Province Préfecture de Marrakech
Ville Marrakech
Coordonnées 31° 37′ 12,46″ nord, 7° 58′ 56,67″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Maroc
(Voir situation sur carte : Maroc)
Synagogue Salat al-Azama
Géolocalisation sur la carte : Marrakech
(Voir situation sur carte : Marrakech)
Synagogue Salat al-Azama

La synagogue Salat al-Azama ou Slat el Azama, Al Zama ou Lazama ( en hébreu  : בית הכנסת צלאת אל עזמה ; en arabe : كنيس صلاة العزامة) est une synagogue située dans la ville de Marrakech, au Maroc.

Initialement bâti en 1492, année d'expulsion des Juifs d'Espagne, le bâtiment actuel date du tournant du XIXe siècle et du XXe siècle. Il est situé dans le mellah (quartier juif) de la médina de Marrakech et se compose d'un ensemble de bâtiments entourant un grand patio central bien entretenu [1]. Les juifs de Marrakech la considèrent comme la plus ancienne synagogue de la ville. Son nom signifie "synagogue des dissidents". La synagogue est actuellement occupée par une famille musulmane, qui en prend soin [2].

Selon la légende, la synagogue a été construite à l'époque du Second Temple par des Juifs qui n'avaient jamais vécu en Eretz Israël et n'avaient pas été témoins de la destruction du Temple. Par conséquent, ils n'ont pas appliqué les rituels et les interdictions qui affectent les autres Juifs et ont consommé de la viande pendant la période comprise entre le 17 Tammuz et le 9 Av (les dates auxquelles, selon la tradition, les deux temples ont été détruits)[1].

Le côté a été rénové après les années 1950, avec l'ajout d'une aile pour les femmes (ezrat nashim), fait unique au Maroc où la tradition veut que les femmes demeurent dans une pièce séparée à l'entrée de la synagogue. Le coffre en bois d'origine a été remplacé par un coffre en marbre, qui se trouve à côté du mur oriental. Les notes dessinées dans les années 1950 par l'architecte Yaacov Finkerfeld démontrent que l'espace mentionné ci-dessus n'existait pas pour les femmes et que l'intérieur était divisé en deux nefs par quatre colonnes. Les murs sont peints. À l'étage supérieur, il y a une yeshiva (école talmudique) et une cafétéria caritative dans un centre communautaire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (es) Ariella Amar, « Las sinagogas marroquíes », sur Ministère des affaires étrangères israélien, (consulté le 21 février 2020)
  2. David Elmoznino, « Les Juifs de مراكش Marrakech. - Slat el Azama », sur www.tunecity.net,‎ (consulté le 21 février 2020)