Mosquée Ben Youssef (Marrakech)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mosquée Ben youssef
Image dans Infobox.
Géographie
Pays
Région
Préfecture
Ville
Partie de
Médina de Marrakech (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Patrimonialité
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d)
Patrimoine culturel du Maroc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

La mosquée Ben Youssef (parfois orthographiée « mosquée Ibn Yusuf ») est une mosquée de la Médina de Marrakech, au Maroc, du nom de l'émir almoravide Ali ben Youssef. Elle compte parmi les mosquées les plus anciennes de Marrakech.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mosquée de Marrakech a été érigée par l'émir almoravide Youssef Ben Tachfine dans les années 1070, pour servir de Jāmi‘ (mosquée où a lieu la khutba du vendredi) à la ville naissante. C'était l'un des premiers bâtiments en brique de la ville, et Youssef Ben Tachfine se serait personnellement investi dans le mélange du mortier et la pose des briques[1],[2]. Son fils et successeur Ali ben Youssef a construit une grande nouvelle mosquée centrale, nommée Masjid al-Siqāya (« mosquée de la fontaine ») en raison de la grande fontaine avec un bassin en marbre dans sa cour. Il a coûté près de 60 000 dinars or et a été achevé entre 1121 et 1132. C'était la plus grande mosquée construite dans l'empire almoravide, avec une base rectangulaire de 120 mètres sur 80 et un minaret estimé à trente mètres de haut[3]. L'agencement de la ville a été organisé autour d'elle et, avec les souks voisins, elle a formé le centre de la vie de la ville de Marrakech. La Koubba Ba'adiyn voisine était l'une des fontaines monumentales d'ablution qui y étaient connectées.

Lorsque les Almohades ont vaincu les Almoravides et capturé Marrakech en , la mosquée d'origine a été considérée par le calife almohade Abd al-Mumin comme présentant une erreur d'orientation (son mihrab pointait à environ six degrés au sud de La Mecque) et a été rapidement démolie[4],[2]. Les Almohades ont érigé une nouvelle mosquée centrale réorientée à sa place. Cependant, les Almohades n'ont pas été en mesure d'évincer son appellation populaire, et elle est toujours connue sous le nom de « mosquée d'Ali Ben Youssef ».

La mosquée Ben Youssef a été rénovée vers 1563, sur ordre du chérif saadien Abdallah al-Ghalib[2]. C'est à peu près à la même époque que l'aménagement de la ville a commencé à changer, avec de nouveaux quartiers résidentiels et souks situés plus à l'ouest, près de la mosquée Koutoubia et de la nouvelle mosquée El Mouassine, éloignant le centre de gravité de l'ancienne mosquée Ben Youssef[5]. Sur l'espace dégagé, les Saadiens ont érigé un grand nouveau collège théologique (madrasa), la médersa Ben Youssef, en 1563-1564, juste à l'est de la mosquée, lui donnant ainsi une nouvelle vie en tant que mosquée des oulémas[5],[6].

Après être tombé en ruine au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, la mosquée a été presque entièrement reconstruite au début du XIXe siècle par le sultan Alaouite Slimane Ben Mohammed, sans pratiquement conserver la moindre trace de sa conception almoravide et almohade d'origine[7],[2].

Elle continue de fonctionner aujourd'hui, jouissant du prestige de nos jours. Traditionnellement, le qadi (juge religieux) de la mosquée Ben Youssef a compétence sur toute la ville de Marrakech, et même sur les zones périphériques[8]. Elle n'est pas accessible aux visiteurs non musulmans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Messier 2010, p. 55-56.
  2. a b c et d de Cenival 2007, p. 331.
  3. Messier 2010, p. 123, 214-15.
  4. Messier 2010, p. 168.
  5. a et b Lamzah 2008, p. 60.
  6. Bloom et Blair 2009, p. 466.
  7. Van Hulle 1994, p. 43.
  8. de Cenival 2007, p. 321.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) JM. Bloom et SS Blair, The Grove Encyclopedia of Islamic Art & Architecture, Oxford, Oxford University Press, , « Marrakesh », p. 465–66 [lire en ligne].
  • (en) Pierre de Cenival, « Marrakesh », dans C.E. Bosworth, Historic Cities of the Islamic World, Leiden, Brill, , p. 319–332 [lire en ligne].
  • Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, vol. 2 : De la conquête arabe à 1830, Paris, Payot, .
  • (en) Assia Lamzah, The Impact of the French Protectorate on Cultural Heritage Management in Morocco: The Case of Marrakesh (Ph.D dissertation), Urbana, University of Illinois, .
  • Ronald A. Messier, Les Almoravides et les significations du Jihad, Santa Barbara, Californie, Praeger, .
  • Jean-Claude Van Hulle, Bienvenue à Marrakech, Paris, ACR, .
  • Viviana Pâques, « Les fêtes du mwūlūd dans la région de Marrakech », Journal de la Société des Africanistes, vol. 41, no 1,‎ , p. 133–143 (DOI 10.3406/jafr.1971.1687).