Palais de la Bahia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bahia (homonymie).

Palais de la Bahia
image illustrative de l’article Palais de la Bahia
Cour d'Honneur en marbre de Carrare et zellige, et chambres des concubines du harem du palais
Période ou style Architecture islamique / moresque
Type Palais / Riad
Architecte Mohammed al-Makki
Début construction 1866
Fin construction 1900
Propriétaire initial Si Moussa (Vizir du sultan Hassan Ier du Maroc)
Ahmed ben Moussa (Vizir et régent du Sultan Abd al-Aziz du Maroc).
Destination initiale Palais royal
Propriétaire actuel Le roi du Maroc
Destination actuelle Musée
Site web www.palais-bahia.com
Coordonnées 31° 37′ 17″ nord, 7° 58′ 54″ ouest
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Marrakech-Safi
Localité Marrakech

Géolocalisation sur la carte : Marrakech

(Voir situation sur carte : Marrakech)
Palais de la Bahia

Géolocalisation sur la carte : Maroc

(Voir situation sur carte : Maroc)
Palais de la Bahia

Le palais de la Bahia (قصر الباهية‎, en arabe, ⵜⴰⴳⴰⴷⵉⵔⵜ ⵏ Иⴱⴰⵀⵢⴰ, en berbère, Bāhiya, la belle, la brillante) est un ancien palais du XIXe siècle de huit hectares de style mauresque / islamique, à Marrakech au Maroc. Actuel musée, il est un des chefs-d'œuvre de l'architecture marocaine et de l'art islamique, un des monuments majeurs du patrimoine culturel du pays, et un des principaux lieux de tourisme au Maroc[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Vizir Si Moussa[modifier | modifier le code]

Entre 1866 et 1867 Si Moussa (ou Sī Mūsā), puissant et richissime grand Vizir du Sultan Hassan Ier du Maroc (1836-1894) fait construire la partie nord de ce vaste palais de 8000 m², sous forme d'un vaste riad (le plus grand, le plus imposant, et le plus fastueux palais du Maroc de son époque) au sud-est de la médina de Marrakech (centre historique) à proximité des place Jemaa el-Fna, jardin de Ménara, jardins de l'Agdal, Palais El Badi, et Palais royal de Marrakech..., par l’architecte marocain Mohammed al-Makki.

Vizir Ahmed ben Moussa[modifier | modifier le code]

Ahmed ben Moussa (1841-1900, fils héritier successeur de Si Mussa au titre de grand Vizir) règne sur le Maroc de 1894 à sa disparition en 1900, en tant que régent du jeune Sultan Abd al-Aziz du Maroc (1878-1943). Durant son règne, Ahmed ben Moussa fait agrandir la partie sud de ce palais officiel, ou il réside avec ses quatre femmes officielles, son harem de 24 concubines, et leurs nombreux enfants. Le palais est baptisé du nom de sa maîtresse favorite, la Bāhiya « la belle, la brillante ».

Construit, décoré, et aménagé par les meilleurs savoir-faire des meilleurs artisans du pays de l'époque, avec des successions de nombreuses cours, cours d'honneur de 50x30 m, appartements, salons, chambres, enchevêtrés en labyrinthe, avec mosquée, école coranique, harem, hammam, écuries, jardin islamique, jardins andalou-hispano-mauresque, et fontaines, proche des « jardins du Palais de la Bahia » avec immense jardin potager et verger d'oliviers, palmiers, datiers, grenadiers, pamplemoussiers, citronniers, et orangers...

À la disparition du Vizir ben Moussa en 1900, le jeune Sultan Abd al-Aziz du Maroc (1878-1943) débute son règne sur le Maroc. Il fait piller le palais, et instaure le protectorat français au Maroc, sous lequel le général Lyautey, résident général de France au Maroc, et futur maréchal de France, en fait son lieu de résidence personnel à partir de 1912, et une résidence d'officiers militaires français. Il y fait installer électricité, chauffage, et cheminées.

À ce jour, la palais est ouvert au publique à titre de musée, ainsi que pour des concerts de musique arabo-andalouse, et pour des expositions d'art. La famille royale du roi du Maroc y séjourne parfois dans une importante partie privée non ouverte au public.

Description[modifier | modifier le code]

Le palais est étendu sur près de huit hectares, avec mosquée, mausolée, hammam, harem, écuries... Il est constitué d'une vaste succession d'environ 150 pièces richement décorées de marbre, de moucharabiehs, de sculptures et peintures sur bois de hêtre et de cèdre, de stuc, de zellige, des premiers vitraux du Maghreb, abritées dans des bâtiments hétéroclites, plusieurs fois modifiés au cours du temps, organisés autour de nombreuses cours, patios, jardin islamique et jardins andalou-hispano-mauresque verdoyants, luxuriants, rafraîchissants, plantés d'orangers, de bananiers, de cyprès, d'hibiscus, de jasmins..., irrigués par khettaras...

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]