Louis Blanquart de Bailleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Blanquart de Bailleul
Image illustrative de l’article Louis Blanquart de Bailleul
Huile sur toile peinte en 1872 par Alexandre-Amédée Dupuy Delaroche.
Biographie
Nom de naissance Louis-Marie-Edmond Blanquart de Bailleul
Naissance
à Calais (France)
Ordination sacerdotale [1]
Décès (à 73 ans)
à Versailles (France)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Mgr Hyacinthe-Louis de Quélen
Archevêque de Rouen
Évêque de Versailles

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis-Marie-Edmond Blanquart de Bailleul, né à Calais le , mort le à Versailles, est un archevêque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plus jeune des trois fils de Henri-Joseph Blanquart de Bailleul[2], magistrat, député et maire de Calais. Après des études de droit à Paris, il exerce, à partir de 1818, la profession d'avocat, puis se détourne de cette carrière juridique et rentre au Séminaire Saint-Sulpice en 1828.

Il est grand-vicaire à Versailles quand il est nommé au mois de , à l'évêché de Beauvais. Sacré évêque de Versailles le , son épiscopat versaillais dure une dizaine d'années, au cours de laquelle, il fonde le petit et le grand séminaire de Versailles ainsi qu'une Caisse et une maison de retraite pour les prêtres âges ou infirmes[3]. Le , il consacre solennellement la Cathédrale Saint-Louis de Versailles[4].

En 1843, il est fait Commandeur de la Légion d'honneur. Il est nommé archevêque de Rouen par ordonnance royale du [5]. À la cathédrale, il rétablit la maitrise pour donner aux offices plus de solennité. Le , il fonde la congrégation des Sœurs garde-malades de La Compassion de Rouen[6], congrégation de religieuses vouées au soin des malades. En 1850, il convoque à Rouen un concile provincial[7] et promulgue 25 décrets. Le , Mgr Blanquart de Bailleul, approuve officiellement les statuts et les constitutions de la Congrégation Notre-Dame de Charité de Rouen.

Le , lors d'une visite ad limina à Rome, il est élevé à la dignité de Comte Romain et d'Assistant au Trône Pontifical par le pape Pie IX.

Mgr Blanquart de Bailleul a été l'un des défenseurs les plus persévérants de la liberté d'enseignement, et s'est montré en 1852 le partisan résolu des auteurs classiques[8].

Malade, il démissionne le . Il se retire à Versailles et est nommé par l'empereur Napoléon III chanoine du Chapitre impérial de Saint-Denis. Il meurt le à Versailles, à l'âge de 73 ans, ses funérailles sont célébrées solennellement dans la cathédrale de Rouen le . Il est inhumé dans le caveau des archevêques, dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale, où l'épitaphe ci-dessous se trouve gravée :

« HIC IN CRYPTA IACET
BEATAM RESVRRECTIONEM EXSPECTANS
ILLUS' ET REVEREND' IN XPO PATER D.D.
LVDOVICVS-MARIA-EDMVNDVS
BLANQVART DV BAILLEVL
EPISCOP' VERSALIEN' CONSECRATVS
XXVII IANVARII MDCCCXXXIII
PROMOTVS AD SEDEM METROPOLIT'
ROTOMAGENSEM
III. MARTII MDCCCXXXIII
QVAM VIRIBVS EX MORBO FRACTIS
ABDICAVIT
XI IANVARII MDCCCLVIII.
CLARVS VIRTVTIBVS, ZELO DOMVS DEI
SVCCENSVS, SVAVIS ET BENIGNVS OMNIBVS
PASTORALI VIGILANTIA
ET PATIENTIA IN DOLORIBVS INVICTA
CONSPICVVS,
SANCTE OBBIT VERSALIIS
XXX DECEM' MDCCCLXVIII
AETATIS SVAE LXXIV
CVIVS ANIMAE PROPITIETVR
DEUS.
 »

Le musée des beaux-arts de Rouen conserve un portrait réalisé par Alexandre-Amédée Dupuy Delaroche : Monseigneur Blanquart de Bailleul archevêque de Rouen (1872).

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • D'azur à un chevron d'argent accompagné en pointe d'une billette de même[9]. La devise de sa famille était : Simples et fidelis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archbishop Louis-Marie-Edmont Blanquart de Bailleul †
  2. - Galerie Douaisienne ou Biographie de la Ville de Douai par H. Duthillœul -imprimé par Adam Aubers à Douai en 1884, p. 29 en ligne.
  3. Il dépensa à cette œuvre une partie de sa fortune personnelle et pour faire face aux dépenses imprévues de cette fondation, il fut obligé de se défaire de ses ornements et vases sacrés les plus précieux
  4. Eglise Saint-Louis de Versailles, succursale, paroisse et cathédrale, par le chanoine Gallet,... (1er mai 1897.)
  5. (fr) Almanach national, Publié en 1852, p. 333, [(fr) lire en ligne] Édition Guyot
  6. Congrégation dont l'existence légale a été accordée par décret gouvernemental le 3 décembre 1856.
  7. Le 47e de la Province de Normandie, le premier date de 584.
  8. in Revue bibliographique universelle, 2e année, tome III, première partie, page 72, 1869
  9. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle - Tome 4, page 358

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]