Louis Charrier de La Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un évêque image illustrant le catholicisme
Cet article est une ébauche concernant un évêque et le catholicisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charrier et La Roche.
Louis Charrier de La Roche
Image illustrative de l'article Louis Charrier de La Roche
Biographie
Naissance
Lyon (France)
Ordination sacerdotale par Jean-Baptiste Gobel, archevêque de Paris
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Versailles
Précédent Augustin-Jean-Charles Clément Jean-François-Étienne Borderies Suivant
Évêque constitutionnel de Seine-Inférieure
Précédent Jean-François Leverdier Jean-Baptiste Graziani Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Premier Aumônier de l'Empereur
Fonction laïque
Baron de l'Empire

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis Charrier de la Roche, né en 1738 et mort en 1827[1], est un évêque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Charrier de la Roche est né le 17 mai 1738 à Lyon[1]. Tonsuré à 11 ans, docteur en théologie en 1764 et chanoine de Lyon, prévôt-curé d'Ainay en 1777. D'esprit très libéral, gallican et même janséniste comme une grande partie du clergé lyonnais, il s'attache aux idées nouvelles, grand admirateur de Rousseau et de Voltaire.

Élu député du Clergé de Lyon aux États Généraux de 1789, à la Constituante, il vote la Constitution civile du clergé, prête le serment civique et est élu, le , évêque constitutionnel de la Seine-Inférieure, siégeant à Rouen. La Révolution qu'il avait soutenu le dépassant, il donne sa démission le .

Sous la Révolution, il fut député du clergé de Lyon à l'assemblée nationale puis fut ordonné évêque de la Seine-Inférieure en 1791 par l'archevêque de Paris Jean-Baptiste Gobel, avant de démissionner la même année sous la Terreur lors du refus de sa part d'effectuer un acte épiscopal. Il est alors emprisonné quelque temps, ses biens sont confisqués, puis il est finalement libéré. À sa sortie, il fait allégeance au Pape (17 mai 1797).

Le Cardinal Caprara conjointement avec Portalis, inspiré par Talleyrand, lui propose de devenir le premier évêque de Versailles. Il refuse mais est nommé par le ministre et confirmé par une bulle du . Émanation de la division de la France en départements, cet évêché n'existait pas sous l'Ancien régime. Il comprend, en 1802, 689 paroisses. Monseigneur Charrier de la Roche a été le premier évêque nommé de Versailles le , à la suite de la réorganisation de l'épiscopat français due au concordat de 1801. Il fut nommé Premier Aumônier de l'Empereur en 1802.

Durant son épiscopat de 25 ans, on peut remarquer que Monseigneur Charrier de la Roche, comme tous les évêques de France, ordonne que la fête de l'Assomption et de la Saint-Napoléon soient célébrées ensemble le et années suivantes... bien que devenu aumônier de l'Empereur et baron de l'Empire, ce cher évêque-fonctionnaire, dès la monarchie restaurée, s'empresse d'écrire que « le roi a détruit ce régime absurde qui pesait sur toute la France... ». Il posséda le château d'Estours.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b BNF, « Louis Charrier de La Roche (1738-1827) », sur data.bnf.fr (consulté le 22 juillet 2014)