François Rouxel de Médavy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Rouxel de Médavy
Image illustrative de l'article François Rouxel de Médavy
Estampe (burin) d'Antoine Masson
Biographie
Naissance
Médavy
Décès (à 86 ans)
Grancey
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Rouen
1671 – 1691
Évêque de Séez
1651 – 1671

Ornements extérieurs Patriarches et Primats.svg
Blason fam fr Rouxel de Grancey.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Rouxel de Médavy, né le au château de La Mothe près de Médavy, mort le à Grancey, est un homme d'Église français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre, baron de Médavy, comte de Grancey-le-Château, et de Charlotte de Fervaques, il fut nommé abbé de Cormeilles (diocèse de Lisieux) en 1617, et de l'Abbaye de Saint-André-de-Gouffern (diocèse de Séez) en 1636.

Nommé évêque de Séez en 1651, l’année même où son frère ainé, Jacques Rouxel, recevait le bâton de maréchal de France, il se fit sacrer aux Jésuites de Pontoise le . Il obtint, 1653, les lettres patentes pour la fondation définitive du séminaire de Sées, commencé, en 1650, par Pierre Pavy et fonda l’infirmerie de l’hôpital de cette ville.

Élevé archevêque de Rouen en 1671, à l’âge de 67 ans, il établit les Bénédictines du Saint-Sacrement et le Petit Séminaire. « Quoiqu’il eût haute taille, yeux vifs, goûts économes[1] », il se laissa gouverner par une curie et bientôt par son coadjuteur et cependant il n’entrava pas le mouvement catholique dans son diocèse.

Son rôle dans l’Assemblée de 1682, où il siégea, fut décoratif plutôt qu’actif. Par déférence pour son coadjuteur, autant que par infirmité, il se retira au château de Grancey les deux dernières années de sa vie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Léon Fallue.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Armand Jean, Les Évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu’à 1801, Paris, Alphonse Picard, , 544 p. (lire en ligne), p. 338.
  • Noémi-Noire Oursel, Nouvelle Biographie normande, t. 2, Paris, Alphonse Picard, , 586 p. (lire en ligne), p. 447.