Vénilon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vénilon
Biographie
Décès
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Rouen
vers 858 –

Vénilon ou Ganelon[1] est un archevêque de Rouen de la seconde moitié du IXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il assiste Ragenarius, évêque d'Amiens, au synode de Canisy en 848[2].

Il suucède à Paul comme archevêque de Rouen[2]. Vénilon quitte Rouen vers 860 pour trouver refuge à Andely, dans un domaine lui appartenant[3].

Il assiste au concile de Savonnières en 859. Il sera un des juges quant à l'accusation de trahison portée envers Wenilon, archevêque de Sens. Il assiste au concile d'Aix-la-Chapelle concernant le divorce de la reine Teutberge avec Lothaire II en 859 puis celui de 861[2].

Vénilon est présent au concile de Pîtres[2]. Il reçoit une lettre d'Hincmar, archevêque de Reims, concernant la construction du pont de Pîtres pour contrer l'avancée des Vikings sur la Seine[1]. Il assiste le au concile de Soissons, tenu à la demande du pape Nicolas Ier[2].

C'est à sa demande avec Gombert, évêque d'Évreux et Pardule, évêque de Laon que Charles le Chauve fait plusieurs donations à l'Abbaye de la Croix-Saint-Leufroy en Perche Drouais[pas clair] avant 858 et Thiverny en Beauvaisis entre 858 et 862, afin de servir de refuge aux moines[4].

Il meurt le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie: identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand » (réimpr. 2006) (1re éd. 2004), 481 p. (ISBN 978-2-84133-299-1), p. 108
  2. a, b, c, d, e et f François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen..., L. Maurry, Rouen, 1667, p. 207-215.
  3. François Neveux, L'aventure des Normands : VIIIe-XIIIe siècle, Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 368 p. (ISBN 978-2-262-02981-4), p. 69.
  4. Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie: identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand » (réimpr. 2006) (1re éd. 2004), 481 p. (ISBN 978-2-84133-299-1), p. 122-126

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]