Standardisation et uniformisation de l'orthographe des langues nationales du Zaïre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La standardisation et uniformisation de l'orthographe des langues nationales du Zaïre est un ensemble de règles orthographiques et de critères alphabétiques recommandés par une des commissions du premier séminaire des linguistes du Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo) à Lubumbashi du 22 au 26 mai 1974. Les langues directement concernées sont : le kikongo, le lingala, le swahili et le tshiluba.

Règles et principes de base[modifier | modifier le code]

Règles de base[modifier | modifier le code]

  1. Dans la mesure du possible, il faut éviter de recourir à des digraphes, trigraphes, etc., pour représenter un seul son.
  2. Il ne faut jamais se servir d’un seul signe pour représenter un groupe de sons.
  3. Il ne faut pas utiliser plusieurs signes différents pour représenter un même son.
  4. L’orthographe d’une langue est avant tout phonologique et non phonétique ; pour cette raison tous les traits distinctifs d’une langue doivent être représentés et les traits phonétiques négligés

Principes de base[modifier | modifier le code]

Plusieurs principes de base découlent de ces règles de base :

  1. L’orthographe (écriture phonologique) doit être distinguée de la transcription (notation phonétique).
  2. Le principe fondamental de toute orthographe qui se veut fonctionnelle est celui qui commande de représenter tout son distinctif par un seul signe.
  3. Par réalisme cependant, certains traits phonétiques peuvent être représentés dans l’écriture. C’est ainsi que des allophones d’un même phonème peuvent être notés. Cela doit dépendre de la distance phonétique qui les sépare ou de la nature des contextes qui les déterminent.
  4. Parce que l’orthographe est une convention qui doit viser avant tout l’efficacité dans la perspective de son apprentissage et de son utilisation par les locuteurs de la langue, la Commission a tenu compte des situations préexistantes ; nous ne sommes donc pas partis de zéro. Nous avons, en partie, été d’accord avec ce qui existait déjà. Nous avons cependant apporté des modifications lorsque l’uniformisation l’imposait.
  5. L’orthographe peut avoir une fonction morphologique : cependant, le niveau morphologique ne peut être représenté dans l’écriture que dans la mesure où cette représentation n’entraîne aucun inconvénient.
  6. La transcription doit éviter de s’embarrasser des considérations d’ordre diachronique ; elle doit plutôt s’appliquer à l’état actuel de la langue.

Règles[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Voyelles
i   u
e   o
ɛ   ɔ
  a  
Semi-voyelles
y   w

Voyelles orales[modifier | modifier le code]

Les lettres a, e, ɛ, i, o, ɔ et u sont utilisées, mais ɛ et ɔ sont omis dans les langues à cinq voyelles (kikongo, swahili, tshiluba, etc.).

Voyelles nasalisées[modifier | modifier le code]

Le tilde est utilisé pour indiquer les voyelles nasales dans les langues où elles sont attestées.

Semi-voyelles[modifier | modifier le code]

Les lettres y et w sont utilisées pour la notation directe de la semi-voyelle correspondant aux voyelles antérieures (/i/, /e/, /ɛ/) par 'y' et celle correspondant aux voyelles postérieures (/ɔ/, /o/, /u/) par 'w'.

Consonnes[modifier | modifier le code]

Les consonnes sont représentées par des lettres simples ou par des digraphes.

Bilabial Labio-
dental
Alvéolaire Post-
alvéolaire
Palatal Vélaire Laryngale Labio-
vélaire
Nasale m   n   ny ng
ng’
   
Occlusive p b   t d       k g   kp gb
Fricative     f v s z sh j         h    
Affriquée       c dj        
Latérale   l          
Vibrante     r          

Quantité vocalique[modifier | modifier le code]

quantité vocalique notation
voyelle courte e
voyelle longue ee
voyelle ultra-longue eee

La notation de la quantié vocalique (voyelle longue ou courte) est recommandée par le doublement du signe de voyelle pour les voyelles longues. Les voyelles ultra-longues peuvent être représentées par le triplement de signe de voyelle.

Tons[modifier | modifier le code]

ton notation
ton haut ó
ton moyen
ton bas ò
ton montant ǒ
ton descendant ô

La notation des tons est recommandée. En général, le ton le plus fréquent n’a besoin d’être noté afin d’alléger l’orthographe. Les symboles suivant sont utilisés :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edema A.B. et Nduku K., « Application du projet ORTHAF. Les variantes graphiques de l’IFA : un point de vue zaïrois », dans Inventaire des usages de la Francophonie : nomenclatures et méthodologies, Paris, AUPELF-UREF, John Libbey Eurotext, , 355-372 p. (lire en ligne)
  • Edema Atibakwa-Baboya, « L’orthographe des langues de la République démocratique du Congo: entre usages et norme », Cahiers du Rifal, no 23 « Le traitement informatique des langues africaines »,‎ , p. 76-83 (lire en ligne)