Saint-Hilaire-de-Villefranche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Hilaire-de-Villefranche
Image illustrative de l'article Saint-Hilaire-de-Villefranche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Chaniers
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche
Maire
Mandat
Didier Bascle
2014-2020
Code postal 17770
Code commune 17344
Démographie
Gentilé hilairois
Population
municipale
1 210 hab. (2014)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 05″ nord, 0° 31′ 42″ ouest
Altitude Min. 22 m – Max. 95 m
Superficie 22,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Villefranche

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Villefranche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Villefranche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Villefranche

Saint-Hilaire-de-Villefranche est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Hilairois et les Hilairoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Hilaire-de-Villefranche se situe dans le nord-est du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

La commune, pôle d'équilibre du canton de Chaniers et appartenant à l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély, est traversée par la RD 150, ex route nationale 150, et se situe presque à mi-chemin entre Saint-Jean-d'Angély et Saintes. Elle est reliée à Chalais, via Cognac, par la D 731, ex route nationale 731.

Commune rurale et résidentielle, elle occupe de fait un petit carrefour géographique dans la Saintonge du Nord, étant située à 11 km au sud de Saint-Jean-d'Angély, 15 km au nord de Saintes et 25 km au nord-ouest de Cognac.

La gare de Saint-Hilaire - Brizambourg est desservie quotidiennement par le TER Poitou-Charentes qui assure des dessertes ferroviaires sur la ligne de Niort à Saintes).

Une rivière traverse la commune : il s'agit du Bramerit.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Hilaire-de-Villefranche[3]
Grandjean Mazeray Asnières-la-Giraud
La Frédière Saint-Hilaire-de-Villefranche[3] Nantillé
Juicq Le Douhet Écoyeux

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Hilaire a pris le nom actuel le .

Sous la Révolution, la commune portait le nom de L'Egalité.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Jacky Dutilh PS .
2014 en cours Didier Bascle DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 210 habitants, en augmentation de 2,54 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 113 1 223 1 207 1 316 1 321 1 304 1 317 1 335 1 324
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 316 1 321 1 323 1 338 1 322 1 240 1 144 1 132 1 104
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 086 1 097 1 129 1 080 1 042 984 976 953 922
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
868 881 803 970 1 009 1 042 1 131 1 202 1 210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Hilaire-de-Villefranche compte une école maternelle et une école élémentaire. Les enfants sont accueillis à la garderie gérée par la municipalité avec un accueil spécifique pour la maternelle. A la rentrée 2010, ce sont environ 200 élèves qui ont été accueillis sur les 2 écoles.

Saint-Hilaire-de-Villefranche est également siège d'un collège de l'enseignement secondaire public qui a reçu 279 élèves à la rentrée 2010. Ceux-ci sont encadrés par un corps professoral de 19 enseignants[8].

Services de la santé[modifier | modifier le code]

Saint-Hilaire-de-Villefranche dispose de quelques services dans les domaines médical, paramédical et médico-social[9] dus à sa fonction de chef-lieu de canton.

  • Les services médicaux

Le chef-lieu de canton dispose de deux cabinets de médecine générale situés dans le centre-bourg.

Saint-Hilaire-de-Villefranche ne dispose pas de médecins spécialistes, les habitants vont habituellement consulter ceux situés à Saintes ou à Saint-Jean-d'Angély et la commune n'est pas équipée d'un centre de radiologie médicale ou IRM, le plus proche étant situé à Saint-Jean-d'Angély[Note 2].

Le centre hospitalier le plus proche est celui de Saint-Jean-d'Angély pour les interventions les plus banales, sinon celui du Centre Hospitalier de Saintonge situé à Saintes, à une quinzaine de kilomètres au sud, ce dernier offrant une palette extrêmement étendue de soins, étant le plus grand hôpital de toute la partie centrale et méridionale du département de la Charente-Maritime.

  • Les services paramédicaux

Dans ce domaine, Saint-Hilaire-de-Villefranche dispose de deux cabinets en soins infirmiers et d'un cabinet de kinésithérapie. La commune ne dispose pas d'un laboratoire d'analyses médicales, le plus proche étant situé à Saint-Jean-d'Angély[Note 3].

À cela s'ajoute une pharmacie.

Un service d’ambulanciers est en place dans la commune et étend son rayon d'action dans tout le canton.

Saint-Hilaire-de-Villefranche est équipée d'un centre de secours où les pompiers peuvent intervenir dans les situations d'urgence. Ce centre, qui relève du SDIS de la Charente-Maritime, dépend plus précisément du Centre de secours principal de Saint-Jean-d'Angély.

  • Les services médico-sociaux

Un petit établissement public pour l'accueil de personnes retraitées est implanté à Saint-Hilaire-de-Villefranche. La MDR Les Deux Cèdres dispose de 11 chambres, permettant l'accueil des personnes valides et semi-valides[10].

Autres équipements[modifier | modifier le code]

Saint-Hilaire-de-Villefranche est, en outre, dotée d'une piscine, d'un bureau de poste, d'une gare ferroviaire et d'une bibliothèque municipale.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Hilaire recèle une plaque funéraire inscrite aux Monuments Historiques le 30 novembre 1984. Elle est cependant mutilée des inscriptions qui y figuraient.
  • La chapelle Saint-Martin de Sarçay, dans la campagne alentour.
  • Le château de Laléard, au nord-ouest du bourg, ainsi que son pigeonnier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Les onze villes de la Charente-Maritime à être équipées au moins d'un centre de radiologie médicale sont par ordre alphabétique les suivantes : Jonzac, Marennes, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon et Surgères
  3. Liste des villes de la Charente-Maritime équipées au moins d'un laboratoire d'analyses de biologie médicale (par ordre alphabétique) : Aytré, Châtelaillon-Plage, Jonzac, Marans, Marennes, Montendre, Pons, Puilboreau, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon, Surgères, Tonnay-Charente et La Tremblade. À cette liste de 19 villes s'ajoute le centre rural de Montguyon dans la Double saintongeaise.

Références[11][modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]