Jérémie Renier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renier.
Jérémie Rénier
Description de cette image, également commentée ci-après

Jérémie Renier

Naissance (34 ans)
Bruxelles
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Profession Acteur
Films notables La Promesse (1996)
Le Pacte des loups (2001)
L'Enfant (2005)
Président (2006)
Bons baisers de Bruges (2008)
Potiche (2010)
Les Aventures de Philibert, capitaine puceau (2011)
Cloclo (2012)
Saint Laurent (2014)

Jérémie Renier, né le à Bruxelles (Belgique), est un acteur belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Demi-frère du comédien Yannick Renier, Jérémie Renier s’est très tôt intéressé au monde du spectacle. Il suit des cours de théâtre et de mime à Bruxelles, effectue des stages de vacances à la Rétine de Plateau et fréquente l'école de cirque de Bruxelles.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les castings lui donnent ensuite une plus grande assurance en situation de tournage. Jérémie Renier se présente, entre autres, à celui de Toto le héros de Jaco Van Dormael, mais n'est pas retenu. C’est à l’âge de dix ans qu’il figure dans Les Sept péchés capitaux de Beatriz Flores suivi, un an après, d’un premier rôle dans La Mélodie des héros, un téléfilm belgo-suisse de Tiziana Caminada.

On le voit sur les planches, dans le rôle de Pinocchio, au Théâtre royal de Mons, ainsi qu’à la télévision belge. Sa consécration vient à quinze ans dans le film des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne La Promesse, aux côtés d’Olivier Gourmet.

Son interprétation est saluée en Belgique et en France, où il commence dès lors à recevoir des propositions de tournage. Il tourne ensuite sous la direction de François Ozon dans Les Amants criminels en 1999, où il donne la réplique à sa compatriote Natacha Régnier, et on l'aperçoit ensuite dans Saint-Cyr de Patricia Mazuy.

Il joue également dans la superproduction Le Pacte des loups de Christophe Gans (2001), Le Pornographe de Bertrand Bonello (2001), La Guerre à Paris de Yolande Zauberman, Violence des échanges en milieu tempéré de Jean-Marc Moutout (2002), En territoire indien de Lionel Epp (2003), San Antonio (2003) de Fred Auburtin, Le Pont des Arts d'Eugène Green (2004).

L'Enfant des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne (2004), dans lequel il joue le rôle principal, est couronné de la Palme d'or du festival de Cannes 2005.

Il a posé pour les artistes Pierre et Gilles, pour des photos inspirées du film Les Amants criminels.

En 2006, il tourne deux films Dikkenek d'Olivier Van Hoofstadt et Fair-play de Lionel Bailliu.

En 2010 il est à l'affiche de Potiche oú il retrouve François Ozon avec qui il a tourné en 1999 dans les Amants criminels. L'année suivante, il est le père de Cyril dans Le Gamin au vélo des frères Dardenne, Grand prix au festival de Cannes.

En 2012, il reçoit le Magritte du meilleur second rôle aux Magritte du cinéma, pour son rôle dans Potiche.

En 2012, il incarne le chanteur Claude François dans le film biographique Cloclo réalisé par Florent Emilio Siri[1].

En 2014, il incarne Pierre Bergé dans le biopic d'Yves Saint-Laurent par Bertrand Bonello. La même année, le film fera partie de la sélection officielle du festival de cannes.

Comme beaucoup de jeunes comédiens belges réussissant une carrière européenne (tels Cécile de France, Marie Gillain, Émilie Dequenne, etc.), Jérémie Renier a habité plusieurs années à Paris mais est revenu s'installer à Bruxelles suite au tournage du film L'Enfant des frères Dardenne en 2005. [1]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jérémie Renier est marié à Hélène Helinck avec qui il a deux enfants[2]. Il est le frère du comédien Yannick Renier.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le prince Renier, Le Point, le 10 mars 2012
  2. Jérémie Renier : je ne voulais pas des collants, sur www.dhnet.be

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :