Ion Gheorghe Maurer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurer.

Ion Gheorghe Maurer
Illustration.
Fonctions
Président du Présidium de la Grande Assemblée nationale de la République populaire roumaine

(3 ans, 2 mois et 10 jours)
Premier ministre Chivu Stoica
Prédécesseur Petru Groza
Successeur Gheorghe Gheorghiu-Dej
(président du Conseil d'État)
Président du Conseil des ministres

(13 ans et 7 jours)
Président Gheorghe Gheorghiu-Dej
Chivu Stoica
Nicolae Ceaușescu
Prédécesseur Chivu Stoica
Successeur Manea Mănescu
Ministre des Affaires étrangères

(6 mois)
Prédécesseur Grigore Preoteasa
Successeur Avram Bunaciu
Biographie
Nom de naissance Ion Gheorghe Iosif Maurer
Date de naissance
Lieu de naissance Bucarest (Royaume de Roumanie)
Date de décès (à 97 ans)
Lieu de décès Bucarest (Roumanie)
Nationalité roumaine
Parti politique PCR
Profession Avocat

Ion Gheorghe Maurer
Présidents de Roumanie

Ion Gheorghe Maurer, né le à Bucarest et mort le dans la même ville, est un avocat et homme d'État communiste roumain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il défend comme avocat des membres du Parti communiste roumain et des anti-fascistes accusés de sédition par la dictature carliste. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mis en prison par la dictature fasciste pour ses activités politiques[1].

Il devient après la guerre membre du Comité central du Parti communiste roumain et prend plusieurs fauteuils ministériels dans le nouveau gouvernement communiste roumain. Il soutient la ligne politique de Gheorghe Gheorghiu-Dej et devient ministre des Affaires étrangères de 1957 à 1959. Il accède à la tête de l'État comme président du Présidium de la Grande Assemblée nationale (chef de l'État) de 1958 à 1961, puis président du Conseil des ministres (Premier ministre) de 1961 à 1974. Il se retire en 1974 de la vie publique alors que s'affirme le pouvoir de Nicolae et Elena Ceaușescu, dont il conteste la politique[2].

Il était membre de l'Académie roumaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ro) « Cum a evadat Gheorghe Gheorghiu Dej din lagărul de la Târgu Jiu. Ascensiunea primului dictator comunist a început de la mormântul lui Grigore Iunian », adevarul.ro,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2017).
  2. (hu) Lettre de I.G. Maurer à Károly Király, p. 9.