Lascăr Catargiu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lascăr Catargiu
Lascăr Catargiu c. 1850
Lascăr Catargiu c. 1850
Fonctions
Président du Conseil des ministres du Royaume de Roumanie

(3 ans, 9 mois et 16 jours)
Prédécesseur Ion Emanuel Florescu
Successeur Dimitrie Sturdza

(7 mois et 5 jours)
Prédécesseur Theodor Rosetti
Successeur Gheorghe Manu
Président du Conseil des ministres des Principautés unies de Moldavie et de Valachie

(5 ans et 19 jours)
Prédécesseur Ion Ghica
Successeur Ion Emanuel Florescu

(2 mois et 2 jours)
Monarque Carol Ier
Prédécesseur Nicolae Crețulescu
Successeur Ion Ghica
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Iași (Principauté de Moldavie)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Bucarest (Royaume de Roumanie)
Nationalité roumaine
Parti politique Parti conservateur
Religion Orthodoxe

Lascăr Catargiu
Présidents du Conseil des ministres des Principautés unies de Moldavie et de Valachie

Lascăr Catargiu (né le à Iași mort le à Bucarest) est un homme d'État roumain. Il est président du Conseil des ministres des Principautés unies de Moldavie et de Valachie puis du Royaume de Roumanie à quatre reprises en 1866, de 1871 à 1876, en 1889 et de 1891 à 1895[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de Valachie dont les ancêtres ont été expulsés au XVIIe siècle par le prince Matthieu Basarab, il est nommé préfet de police de Iași de 1849 à 1856. En 1857 il est membre de l'assemblée de Moldavie appelée à se prononcer sur la fusion de la Moldavie et de la Valachie en accord avec le traité de Paris de 1856. Il est le candidat des conservateurs pour l'accession au trône des Principautés unies de Moldavie et de Valachie en 1859. Durant le règne d'Alexandre Jean Cuza il est un des leaders de l'opposition formée de l'alliance des conservateurs avec les libéraux-radicaux. À l'accession au pouvoir de Carol Ier en mai 1866, il est nommé Premier ministre le mais, échouant à s'entendre avec les libéraux, il démissionne le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mirko Harjula, Romanian historia, (ISBN 978-9529252640), p. 251.