Emil Boc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emil Boc
Emil Boc, en 2013.
Emil Boc, en 2013.
Fonctions
Maire de Cluj-Napoca
En fonction depuis le
(5 ans, 3 mois et 10 jours)
Prédécesseur Sorin Apostu
Premier ministre de Roumanie

(3 ans, 1 mois et 15 jours)
Président Traian Băsescu
Gouvernement Boc I et II
Législature 6e
Coalition PDL-PSD (2008-09)
PDL-UDMR-UNPR (2009-12)
Prédécesseur Călin Popescu-Tăriceanu
Successeur Cătălin Predoiu (intérim)
Mihai Răzvan Ungureanu
Président du Parti démocrate-libéral

(4 ans, 6 mois et 15 jours)
Prédécesseur Création du parti
Successeur Vasile Blaga
Président du Parti démocrate

(2 ans, 11 mois et 27 jours)
Prédécesseur Traian Băsescu
Successeur Dissolution du parti
Maire de Cluj-Napoca

(4 ans, 5 mois et 23 jours)
Prédécesseur Gheorghe Funar
Successeur Sorin Apostu
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Răchițele (Roumanie)
Nationalité roumaine
Parti politique PD (2003-07)
PDL (2007-14)
PNL (depuis 2015)
Diplômé de Université Babeș-Bolyai
Profession Universitaire
Avocat

Emil Boc
Premiers ministres de Roumanie

Emil Boc, né le à Răchițele, est un homme d'État roumain, membre du Parti national libéral (PNL), qui fut Premier ministre du au . Auparavant, il a été maire de la ville de Cluj-Napoca, et président du Parti démocrate (PD) et du Parti démocrate-libéral (PDL).

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Étudiant de l'université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca, il est diplômé de la faculté d'histoire et de philosophie, en 1991, puis de la faculté de droit, en 1995, avant d'obtenir un doctorat de science politique et de philosophie politique en 2000. Il a également fréquenté plusieurs universités étrangères, comme l'université libre de Bruxelles, l'université de Nottingham ou des établissements américains, grâce à plusieurs bourses.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence à travailler en 1991, comme enseignant à Cluj-Napoca, puis est recruté comme préparateur à la chaire d'histoire contemporaine et de science politique de l'université Babeș-Bolyai deux ans plus tard. En 1994, il devient assistant à la faculté des science politique et administratives, avant de s'inscrire en tant qu'avocat au barreau de Cluj-Napoca, en 1996. Dès l'année suivante, il accède au grade de lecteur universitaire.

Après avoir obtenu son doctorat, il décroche un poste de maître de conférences, enseignant à la fois le droit constitutionnel, le système politique roumain et les libertés publiques au sein de l'université Babeș-Bolyai.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Du Parlement à la mairie de Cluj-Napoca[modifier | modifier le code]

Ancien président de l'Union des associations étudiantes communistes de Roumanie (UASCR) de 1987 à 1989, il se tient éloigné de la scène politique jusqu'aux élections législatives de 2000, lorsqu'il est élu à la Chambre des députés. Il devient vice-président de la commission juridique dès l'année suivante, puis prend la présidence du groupe parlementaire du Parti démocrate (PD) en 2003, dont il devient dans le même temps président exécutif.

Il quitte son siège en 2004, après avoir été élu maire de Cluj-Napoca. Au mois de décembre suivant, il prend par intérim la présidence du Parti démocrate, à la suite de l'élection de Traian Băsescu à la présidence de la République. Il y est formellement élu lors du congrès extraordinaire du .

La création du PDL et la direction du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le , il est porté à la présidence du Parti démocrate-libéral (PDL), formation de centre droit issue de la fusion du PD et du Parti libéral-démocrate (PLD)[1].

La grande coalition d'un an[modifier | modifier le code]

Exactement un an plus tard, à la suite des élections parlementaires du , Emil Boc est nommé Premier ministre, après le désistement de Theodor Stolojan, vice-président du PDL et candidat initialement retenu par le président Traian Băsescu. Il forme alors une grande coalition avec le Parti social-démocrate (PSD), et obtient l'investiture du Parlement roumain sept jours plus tard, le . À l'approche de l'élection présidentielle, la coalition avec le PSD est rompue et son gouvernement, désormais minoritaire, est renversé le par une motion de censure[2].

La reconduction[modifier | modifier le code]

L'opposition tente, sans succès, de le faire remplacer par son propre candidat Klaus Iohannis, mais le président choisit l'économiste indépendant Lucian Croitoru comme nouveau chef du gouvernement, puis Liviu Gheorghe Negoiță, à la suite de l'échec de Croitoru. Toutefois, après sa très courte réélection le 6 décembre, le chef de l'État décide de confirmer Emil Boc au poste de Premier ministre. Celui-ci tente d'abord une alliance avec le Parti national-libéral (PNL), puis parvient à constituer une coalition avec l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR), minoritaire mais soutenue par plusieurs élus indépendants. Il obtient à nouveau la confiance du Parlement roumain le . Depuis, les indépendants ont fondé l'Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR), une formation classée au centre gauche.

À la suite d'une série de manifestations en janvier 2012, il remet la démission de son gouvernement le , son ministre de la Justice Cătălin Predoiu étant chargé d'assurer l'intérim.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Oana Boc, avec qui il a eu deux filles : Cezara et Patricia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ro) « Președinții Partidului Democrat Liberal – AGERPRES », sur www.agerpres.ro, (consulté le 23 novembre 2015)
  2. « Le gouvernement roumain est tombé », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :