Hagenthal-le-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hagenthal.
Hagenthal-le-Bas
La mairie.
La mairie.
Blason de Hagenthal-le-Bas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Saint-Louis
Intercommunalité C.C. de la Porte du Sundgau
Maire
Mandat
François Gasser
2014-2020
Code postal 68220
Code commune 68120
Démographie
Population
municipale
1 188 hab. (2012)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 32″ N 7° 28′ 41″ E / 47.5256, 7.478147° 31′ 32″ Nord 7° 28′ 41″ Est / 47.5256, 7.4781  
Altitude Min. 319 m – Max. 481 m
Superficie 6,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hagenthal-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hagenthal-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hagenthal-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hagenthal-le-Bas

Hagenthal-le-Bas (Niederhagenthal en allemand) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hagenthal-le-Bas est une commune située dans le sud de l'Alsace, dans le Sud-Est du Sundgau, à proximité des frontières avec la Suisse et l’Allemagne, à environ 8 km de Bâle. Elle fait partie du canton de Huningue et de l'arrondissement de Mulhouse. Le hameau du « Klepferhof » appartient à Hagenthal-le-Bas. Le Lertzbach, un affluant du Rhin, passe par ce village. Hagenthal-le-Bas et sa commune voisine Hagenthal-le-Haut forment une seule zone d'habitation. Plusieurs bâtiments sont partagés entre ces deux villages, comme l'église et les écoles.

Les communes voisines de Hagenthal-le-Bas sont Wentzwiller au nord, Buschwiller et Schönenbuch (Suisse) au nord-est, Neuwiller à l'est, Leymen au sud, Hagenthal-le-Haut à l'ouest et Folgensbourg au nord-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Village mentionné pour la première fois en 1105, appartenant au comte de Thierstein ; en 1236 il passe aux mains du comte de Ferrette et est donné en fief aux nobles d'Eptingen en 1455 ; une communauté juive existait à Hagenthal, avec une synagogue et un cimetière.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Hagenthal-le-Bas

Les armes d'Hagenthal-le-Bas se blasonnent ainsi :
« D'argent au héron au naturel, tenant en son bec un serpent de sinople. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1994 Joseph Immelin UDF-CDS Agriculteur
1994 2008 Jean-Pierre Ueberschlag PS Professeur de Mathématiques
2008 en cours François Gasser DVD Mécanicien auto
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 188 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
812 832 721 869 928 951 962 1 016 1 063
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
995 947 936 919 848 815 816 755 726
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
720 704 703 618 662 705 708 701 692
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
757 747 814 777 896 1 001 1 049 1 064 1 188
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Hagenthal-le-Bas est jumelé avec les villages de Souprosse, Meilhan et Le Leuy (Landes).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raphael Ris (aussi : Raphael Ries; 1728–1813), Rabbin et kabbaliste Suisse
  • Abraham Ris (aussi : Abraham Ries; 1763–1834), Rabbin Suisse
  • Le curé Tröntlin ( * ? à Leymen) qui a empêché en 1813 la destruction du donjon du Landskron

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]