Michelbach-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michelbach-le-Haut

Obermichelbach

Michelbach-le-Haut
La mairie.
Blason de Michelbach-le-Haut Obermichelbach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Intercommunalité Saint-Louis Agglomération
Maire
Mandat
André Wolgensinger
2020-2026
Code postal 68220
Code commune 68208
Démographie
Population
municipale
598 hab. (2018 en diminution de 2,13 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 02″ nord, 7° 26′ 41″ est
Altitude Min. 324 m
Max. 468 m
Superficie 7,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bale - Saint-Louis (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Louis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Michelbach-le-Haut Obermichelbach
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Michelbach-le-Haut Obermichelbach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Michelbach-le-Haut Obermichelbach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Michelbach-le-Haut Obermichelbach

Michelbach-le-Haut (en allemand et dialecte alsacien Obermichelbach) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans le Sundgau, dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Michelbach-le-Haut est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bale - Saint-Louis (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 94 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43 %), zones agricoles hétérogènes (17,7 %), forêts (17,3 %), mines, décharges et chantiers (11 %), prairies (5,6 %), zones urbanisées (5,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En allemand : Obermichelbach[8].
  • Le village tire son nom de la rivière « Michelbach » (bach signifiant rivière en alsacien).

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la seigneurie de Landser.
  • Appelé Mychelenbach en 1090.
  • Il est fait mention de Michelbach en 1144, lorsque le pape Lucius II prend sous sa protection le prieuré bénédictin d'homme dédié à la Vierge Marie qui y est situé.
  • Prend le nom d'Obermichebach en 1278 pour se distinguer de Niedermichelbach.
  • Le village accueillait un tribunal et un lieu de pèlerinage.
  • Durant le Moyen Âge et l'Ancien Régime, le village faisait partie de la seigneurie de Landser, plus précisément du bailliage du Haut-Landser, jusqu'en 1798 (voir carte ci-après ; source : bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg).
  • Il a appartenu aux Habsbourg de 1303 (au moins) à 1648.
  • En 1980, sous l'impulsion du curé Fernand Nussbaumer (père spiritain, prêtre du village de 1966 jusqu'à son décès en 2008), a été créé la « fête du Pain ». Cette fête du village a lieu chaque année le deuxième dimanche de septembre. Nombre de commerçants et artisans viennent y proposer leurs produits. Le moment central de la journée est, à l'image de la tradition alsacienne, un cortège de vieux tracteurs et autres machines agricoles tirant des chariots sur lesquels des figurants animent des scènes de la vie campagnarde d'antan.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Michelbach-le-Haut

Les armes de Michelbach-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'azur au couteau de tanneur posé en fasce surmonté de deux étoiles et soutenu d'un cœur, le tout d'or. »[9]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Bernard Birger    
mars 1995 En cours
(au 31 mai 2020)
André Wolgensinger [10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 598 habitants[Note 3], en diminution de 2,13 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443443464489548513534547525
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
474497489440439431433410397
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
361367374362334382342358365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
366344341398471479474474587
2017 2018 - - - - - - -
597598-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques-le-Majeur.

L'église Saint-Jacques-le-Majeur date de 1869. Elle a été construite en lieu et place de l'ancienne église qui elle datait du Moyen Âge.

Le prieuré Saint-Apollinaire : avant la Révolution française, le prieuré appartenait à l'abbaye cistercienne de Lucelle. Pendant la Révolution, il est devenu bien national. Puis le domaine a été vendu à divers particuliers. Actuellement, il appartient à la famille Laroche, et accueille depuis 2018 un parcourt de golf.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bâle - Saint-Louis (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Georges Stoffel, Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin, 1868.
  9. Archives Départementales du Haut-Rhin
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :