Folgensbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Folgensbourg

Folgensburg

Folgensbourg
La mairie.
Blason de Folgensbourg Folgensburg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Intercommunalité Saint-Louis Agglomération
Maire
Mandat
Max Delmond
2020-2026
Code postal 68220
Code commune 68094
Démographie
Population
municipale
926 hab. (2018 en augmentation de 2,77 % par rapport à 2013)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 04″ nord, 7° 26′ 45″ est
Altitude Min. 365 m
Max. 499 m
Superficie 6,72 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Louis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Folgensbourg Folgensburg
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Folgensbourg Folgensburg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Folgensbourg Folgensburg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Folgensbourg Folgensburg

Folgensbourg (en allemand et dialecte alsacien Folgensburg) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Folgensbourgeois et les Folgensbourgeoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du village[modifier | modifier le code]

La première mention du village dont nous disposons date de 1190 ; il fait partie de la seigneurie de Ferrette qui passe aux Habsbourg en 1324 ; au XIXe siècle il y a deux tuileries et des ateliers de poterie ; la paroisse dépendait de l'abbaye de Lucelle et était desservie par un cistercien du prieuré voisin de Saint-Apollinaire[1].

Le nom de la commune[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité a varié selon les époques et selon la langue officielle germanique ou française, on retrouve ainsi les variantes suivantes : Folchenspurg, Folgeburg, Folgensburg, Folgensburg dioecesis Basiliensis, Folgensburgensis, Folgenspurg, Folgesburg, Folkensburg, Volckenspurg, Volgensburg, Volgensburgensis, Volgensgurg, Volgenspurg, Volgenspurg oriundi, Volgensurg, Volgersburgensis, Volgerspurg, Volgesburg, Volkensberg, Vollgenspurg, Wolckelsberg, Wolgenspurg[2]. L’étymologie du nom du village vient probablement du nom alémanique "Wolkensburg" signifiant "château des nuages", évoquant d'une part l'altitude élevée de la commune (la mairie est située à 450 m d'altitude[3]) qui domine Bâle et la plaine d'Alsace, et d'autre part se rapportant très certainement au château construit dans la localité au Moyen Âge, aujourd'hui disparu.

Néanmoins, il faut noter qu'en 1850, le village portait le nom de Volkensberg[4], ce qui peut aussi signifier "montagne aux nuages" ou encore "montagne des peuples", cette dernière étant moins probable.

Le château de Folgensbourg[modifier | modifier le code]

En effet, comme évoqué plus haut, un château de Folgensbourg est cité en 1361 ; son emplacement n'est pas connu avec certitude mais il pourrait avoir été élevé au lieu-dit Zollbuchel où existe encore une motte ; ce lieu-dit ne ferait qu'un avec le village disparu de Munchendorf cité au XVe et au XVIe siècle[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Folgensbourg

Les armes de Folgensbourg se blasonnent ainsi :
« D'azur au cygne passant d'argent becqué, langué et membré d'or, soutenu en pointe des lettres majuscules V S P également d'or. »[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Rémy Stempflin    
mars 2001 En cours Max Delmond Cap21 puis UDI (NED) Gérant, conseiller général puis départemental depuis 2011
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2018, la commune comptait 926 habitants[Note 1], en augmentation de 2,77 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +1,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494512542606670632699671686
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
607650658634632643585548518
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523522525502538508481500495
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
524532600590581633727864903
2018 - - - - - - - -
926--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans la vie politique[modifier | modifier le code]

Dans les ordres militaires[modifier | modifier le code]

  • Georges Emmanuel Beuret (°1772-†1828), général d'Empire, né à Larivière (Territoire de Belfort) et décédé au prieuré Saint Apollinaire, dont il devint propriétaire vers 1810, situé entre les communes de Michelbach-le-Haut et de Folgensbourg
  • Charles Albert Girard (°16 novembre 1865 à Folgensbourg - †25 juin 1916), engagé volontaire le 29 janvier 1884, affecté au 1er régiment du Génie, obtenant le grade de 2e sapeur le 31 janvier 1884, caporal le 1er janvier 1884, sergent le 20 septembre 1885, sergent-fourrier le 21 décembre 1886, sergent le 14 septembre 1887, sergent-major le 3 janvier 1889, adjudant le 27 avril 1890, sous-officier stagiaire le 31 juillet 1894, puis affecté à l'État-major à Cherbourg le 11 août 1894, obtenant le grade d'adjoint de 3e classe le 10 octobre 1896, puis d'Officier d'administration de 2e classe le 7 juillet 1900, affecté ensuite à Versailles le 9 juillet 1901, le 12 juillet 1909 à Commercy, le 11 novembre 1909 à Verdun, y obtenant le grade d'Officier d'administration de 1re classe le 24 juin 1910 officier d'administration de 1re classe du service du Génie à Verdun ; Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 11 juillet 1914[11]
  • Ernest Joseph Schluraff (°25 avril 1913 à Folgensbourg - †9 septembre 1970 à l’hôpital Pasteur de Colmar), soldat de la classe 1933 de la subdivision de Mulhouse au 76è RI, affecté au 35è RI du 19 octobre 1934 au 12 octobre 1935 (où il est nommé caporal le 16 avril 1935), affecté le 24 août 1939 au 171è RIF. (sous-secteur défensif de Franken qui regroupe 32 casemates), blessé le 26 septembre 1939 (fracture jambe gauche), hospitalisé du 28 septembre au 2 décembre 1939, affecté le 3 janvier 1940 au dépôt de guerre N°72 à Belfort-Valdoie, 212è Cie de passage, affecté le 19 mars 1940 (refusant ensuite d'être réformé) comme caporal au 61è Bataillon de chasseurs à pieds aux avant-postes de Forbach, puis déplacé dans l'Aisne vers fin mai 1940, prenant part aux combats contre l'envahisseur Allemand, blessé par balles et fait prisonnier le 13 juin 1940 près d'Ormoy-Villers, libéré par les autorités allemandes en tant qu'alsacien le 15 octobre 1940, rapatrié en Alsace mais refusant d'exercer comme instituteur sous le régime nazi, destitué et expulsé en Zone libre, y devenant instituteur au Collège Moderne à Châtillon-sur-Chalaronne et y prenant part aux combats de rue en juin 1944, réhabilité et réaffecté en juin 1945 comme instituteur à Feldbach après la libération ; invalide pour blessure de guerre (amputé du bras gauche et de l'avant-pied gauche), décoré de la Croix de guerre 1939-1945,Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 29 décembre 1947[12]

Dans la vie religieuse[modifier | modifier le code]

Sept prêtres, issus de deux familles du village, ont célébré leur "première messe" dans l'église bicentenaire St-Gall de leur village natal , dont plusieurs se sont distingués par un parcours inédit.

  • Aloïse Guthlin (°20 décembre 1828 à Folgensbourg - †20 août 1878 à La Combe-de-Lancey), prêtre catholique ordonné le 18 décembre 1852 pour le diocèse de Strasbourg, théologien, métaphysicien, professeur de grammaire et de philosophie, missionné au diocèse d'Orléans en 1872, chanoine honoraire en 1875, vicaire général de l'évêque d'Orléans Félix Dupanloup en 1877[13].
  • Joseph Guthlin (°12 juin 1850 à Folgensbourg - †20 décembre 1917 à Rome), prêtre catholique ordonné le 29 mars 1873, professeur d'apologétique au Grand séminaire de Strasbourg, chanoine honoraire de la cathédrale de Strasbourg, missionné à Rome à partir de 1878, docteur en droit canon et canoniste à l'Ambassade de France près le Saint-Siège, conseiller du pape pour les questions d'Orient, prélat domestique de la Maison de Sa sainteté le pape Léon XIII, prélat référendaire de la signature papale, recteur de l'église Saint-Nicolas-des-Lorrains de Rome, supérieur de l'église St-Louis-des-Français de Rome, chevalier de la légion d'honneur, écrivain sous le nom pseudonyme "Lector Lucius" ; il est le neveu de Aloyse Guthlin.
  • Georges Sturchler (chanoine) (°25 septembre 1878 à Folgensbourg - †30 juin 1958 à Oltingue), prêtre catholique ordonné le 25 juillet 1904, première messe au village natal le 7 août 1904, vicaire à Issenheim en 1904, économe du Petit séminaire de Zillisheim en 1905, chanoine honoraire de la cathédrale de Strasbourg le 4 novembre 1926, curé de Dessenheim le 1er novembre 1934, curé d'Oltingue le 12 novembre 1940[14]
  • Philippe Sauner (chanoine) (°4 octobre 1890 à Folgensbourg - †12 septembre 1956), ordonné prêtre catholique le 4 août 1914, chanoine honoraire de la cathédrale de Strasbourg, licencié ès-lettres, professeur au Petit Séminaire de Zillisheim, curé de la paroisse Saint Martin de Colmar de 1940 à 1945 ; il est le neveu de Joseph Guthlin et petit-neveu de Aloyse Guthlin[14].
  • Georges Sturchler (°24 avril 1921, Folgensbourg - †24 novembre 2015), ordonné prêtre catholique le 24 novembre 1943, première messe au village natal le 21 novembre 1943, vicaire dans la paroisse sainte Jeanne d'Arc de Mulhouse de 1943 à 1947 puis à Colmar de 1947 à 1952, curé de Morschwiller-la-bas de 1952 à 1961, aumônier diocésain de l'ACG du Haut-Rhin, curé de Rixheim en 1965, inhumé au cimetière des Sœurs de la Divine Providence, à Ribeauvillé ; neveu de Georges Sturchler (chanoine), frère de Léon Sturchler[14].
  • Léon Sturchler (°17 mars 1931 à Folgensbourg - †10 juin 2015), ordonné prêtre catholique le 21 décembre 1958, première messe au village natal le 26 décembre 1958, curé de Feldkirch, retraité à Wickerschwihr ; neveu de Georges Sturchler (chanoine), frère de Georges Sturchler[14].
  • Philippe Sauner (°24 août 1943 à Sierentz - †1er avril 2020 à Mulhouse), ordonné prêtre catholique le 29 juin 1970, première messe au village natal le 6 juillet 1970 ; de 1970 à 1977, vicaire et aumônier de lycée à Altkirch ; de 1977 à 1985, vicaire à la paroisse Saint-Luc à Mulhouse et aumônier de l'hôpital E. Muller à Mulhouse ; de septembre 1985 à 2004, curé de Heimsbrunn et Galfingue, y étant l'initiateur du pèlerinage à Notre-Dame du Chêne pour la fête de l'Assomption ; à partir de 2004, prêtre coopérateur dans les paroisses Sainte Geneviève, Sainte Jeanne d'Arc, Saint Jean Bosco à Mulhouse, aumônier de la Mission Ouvrière, animateur de "Bouge ta Galère" ; retraité en 2014 ; neveu du chanoine Philippe Sauner, petit-neveu de Joseph Guthlin, et arrière-petit-neveu de Aloyse Guthlin[14].

En littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Village - Monument historique de Folgensbourg - Actuacity », sur Actuacity (consulté le 26 février 2018)
  2. CRHF, « Généalogie Alsace Lorraine Vosges - CRHF - Centre de Recherches sur l'Histoire des Familles Haut-Rhin Guebwiller - Villages », sur www.crhf.net (consulté le 26 février 2018)
  3. « PLAN FOLGENSBOURG - Plan, carte et relief de Folgensbourg 68220 », sur www.cartesfrance.fr (consulté le 26 février 2018)
  4. SITZMANN, Dictionnaire de biographie d'hommes célèbres d'Alsace, tome I, pp.671-672
  5. « Château fort - Monument historique de Folgensbourg - Actuacity », sur Actuacity (consulté le 26 février 2018)
  6. Archives Départementales du Haut-Rhin
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. « GIRARD Charles Albert », sur www2.culture.gouv.fr, Base de données LEONORE des décorés de la Légion d'Honneur (consulté le 13 mars 2020)
  12. « SCHLURAFF Ernest Joseph », sur www2.culture.gouv.fr, Base de données LEONORE des décorés de la Légion d'Honneur (consulté le 13 mars 2020)
  13. Nouveau dictionnaire de Biographie Alsacienne, fascicule 14, , pp. 1340-1341
  14. a b c d et e Association Socio-Sportive et Culturelle de Folgensbourg, Historique de Folgensbourg et le Bicentenaire de son Eglise 1776-1976, Saint-Louis, Imprimerie Prospecta, , 104 p., p. 65-72

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :