Geispitzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Geispitzen
Geispitzen
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Geispitzen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Intercommunalité Saint-Louis Agglomération
Maire
Mandat
Christian Baumlin le Magnifique
2020-2026
Code postal 68510
Code commune 68103
Démographie
Gentilé geispitzenois
Population
municipale
461 hab. (2018 en augmentation de 6,96 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 06″ nord, 7° 25′ 18″ est
Altitude Min. 246 m
Max. 333 m
Superficie 6,02 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Bale - Saint-Louis (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brunstatt
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Geispitzen
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Geispitzen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Geispitzen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Geispitzen

Geispitzen (Geischpìtza en alsacien) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Le territoire de Geispitzen connut une occupation humaine dès le Néolithique ; deux établissements gallo-romains y ont été repérés ; il reste des vestiges de la voie romaine Kembs-Besançon ; un village, disparu avant l'époque médiévale, se situait au lieu-dit Altrad ; la première mention du nom de la commune remonte à l'an 1267 ; le village bénéficia de deux périodes de construction remarquables, l'une à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, la deuxième à la fin du XVIIe siècle après la guerre de Trente Ans ; destructions pendant la Seconde Guerre mondiale ; lotissement vers 1970.

Le gentilé est geispitzenois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Geispitzen est l’adaptation franco-allemande du nom alsacien Geischpìtza, antérieurement d’origine latine.

En l’an 1188, on retrouve le nom de Cespite (du latin cæspitem, accusatif de cæspes, « motte de gazon » ; « maisonnette fabriquée avec des mottes gazon » ; « terrain gazonné » ou « pelouse » ; « contrée verdoyante »).

À partir de 1580, le nom devient tel qu’on le connaît aujourd’hui : Geispitzen, car réformé selon une fausse étymologie germanisante pensée sur le radical *spitz, c’est-à-dire « pointe », l’Alsace faisant alors partie du Saint-Empire[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Geispitzen est située sur le territoire français, en Alsace, à environ 25 km de la frontière allemande, et environ 20 km au nord de la ville suisse de Bâle. Côté français, elle est située à environ 20 km au sud de Mulhouse, et 500 km à vol d'oiseau de Paris. Strasbourg, capitale régionale et siège du Parlement européen est, quant à elle, située à 127 km du village.

Communes limitrophes de Geispitzen
Schlierbach
Geispitzen Kembs
Kœtzingue Waltenheim Sierentz

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Geispitzen est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bale - Saint-Louis (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 94 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (54,2 %), terres arables (40,2 %), zones urbanisées (5,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,4 %), mines, décharges et chantiers (0,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines : Le ban de Geispitzen connut une occupation néolithique rubanée. Deux établissements gallo-romains y ont été repérés. Par ailleurs on y a relevé des vestiges de la voie romaine Kembs-Besançon. Le lieu-dit « Beim hohem Stein » rappelle le souvenir d'une borne plantée le long de cette route. Un village, disparu avant l'époque médiévale, se situait au lieu-dit Altrad. La première mention du nom de la commune remonte à l'an 1267.

Seigneurs : Geispitzen faisait partie des biens patronymiques des Habsbourg intégré au bailliage de Haut-Landser. La famille de Waldner-Freundstein y détenait des possessions.

Paroisse : Geispitzen possédait une chapelle dédiée à saint Germain dont le droit de collation revenait jusqu'à la Révolution aux nobles de Waldner-Sierentz. Filiale de la paroisse de la Hochkirch de Sierentz elle relevait du chapitre rural Inter-Colles de Bâle. Il fallut attendre l'année 1807 pour la création d’une paroisse indépendante et la construction de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Développement : Le village bénéficia de deux périodes de construction remarquables, l'une à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, la deuxième à la fin du XVIe siècle après la guerre de Trente Ans. La population double pendant la seconde moitié du XVIIe siècle. Un siècle plus tard, elle chute à nouveau pour ne remonter qu'à partir de 1970. Néanmoins, Geispitzen n'est aujourd'hui qu'un village-dortoir qui ne connaît aucune activité commerciale ni artisanale et où seules subsistent 5 exploitations agricoles.

Œuvres détruites : La première mairie-école était située jusqu'en 1900 à l'emplacement de la maison au no 3 rue du Général Koenig. Une fontaine, située au carrefour des rues du Général de Gaulle et du Général Koenig, fut édifiée en 1868 par le maître tailleur de pierre Urs Bargetzi de Soleure (Suisse). La fontaine se composait d'une auge de 5 m de long et d'une colonne. Elle fut détruite vers 1965 puis remplacée par une fontaine moderne. Par ailleurs, 6 puits publics avec auges situés dans les rues ont disparu. L'établissement de cure fondé en 1893 par le curé Ellerbach, disciple du curé Kneipp, fut détruit en 1915 par faits de guerre.

Œuvres non étudiées : Oratoire rue de la Chapelle : reconstruit en 1969 en souvenir d'un précédent oratoire de 1855, situé au carrefour de la rue du Général de Gaulle et de la rue des Fleurs. Borne datée 1658 et portant les armoiries du village : d'azur à une croix haussée alézée et à double traverse d'or...

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Geispitzen

Les armes de Geispitzen se blasonnent ainsi :
« D’azur à la croix de Lorraine d’or accostée de deux branches de chêne d’argent englantées d’or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Albert Dollmann    
mars 2001 2008 Gérard Issner    
mars 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Christian Baumlin [9]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 461 habitants[Note 4], en augmentation de 6,96 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362350390470463477481477473
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
407430444434413425406409400
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406386378334316324325291294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
298303306395441418412424448
2018 - - - - - - - -
461--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Population provisoire pour 2006 : 412.
  • Population en 2013 : 485.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Etymologie de 35.000 noms de lieux, vol. 1 : « Formations préceltiques, celtiques, romanes. », Genève, Librairie Droz, , 704 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne), IV : « Formations latines ou romanes » (§ 5001-11862), p. 376.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bâle - Saint-Louis (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L'Alsace Geispitzen: une pétition pour sauver de la démolition une ancienne grande , p. 10.

BAQUOL (J.). L'Alsace ancienne..., Strasbourg 1865, p. 145-146.

BARTH {M.).Hanbdbuch der elsàssischen Kirchen..., Strasbourg 1960-63, p. 418.

BARTH (M.). Elsass, das "Landder Orgeln"..., Haguenau 1966, p. 198.

CLAUSS (J.). Historisch-Topographisches Wôrterbuch..., Saveme 1895, p. 377. Encyclopédie de l’Alsace, t.6, 1984, p. 3280.

GRODWOHL (Marc). La Maison gothique du XVe siècle en pierre dans le Sundgau.- in: Espace Alsacien (Maisons Paysannes d'Alsace), 1973, no.3, p. 17-30. ill.

GARDNER (A.), GRODWOHL (M.). La maison paysanne du Sundgau - p. 57, 125, 130, 223. Colmar 1979

HAABY {i.-i.)JJnteaux de portes..., in: Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 1982, p. 57-58.

Le Haut-Rhin: Dictionnaire..., t.l, 1980, p. 404-407.

HEIMBURGER (Oscar). Les noms des lieux-dits du ban de Geispitzen.- in; Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 1984, p. 71-81.

KRAUSS (F.X.).A'w«5/ undAlterthum..., t.2(l), 1884, p. 120.

MEYER-SIAT(P.). Les Frantz, facteurs d'orgues dans le Sundgau.- in; Ann.Soc.Hist.Sundgauvienne, t.34, 1983, p. 136, 141.

MUNCK (A.). Le guide du Sundgau..., Strasbourg 1989, p. 130.

MUNCH (Claude et Paul-Bernard). Landser, un canton par ses cartes postales, 1898-1948.- Riedisheim: Alsagraphic 1989, p. 27-29, ill.

Orgues en Alsace, 1.1, 1985, p. 128.

Orgues en Alsace, L2, 1986, p. 123.

Das ReichslandElsass-Lothringen..., t.3(l), Strasbourg 1901-03, p.331; t.2, p.20.

Recensement de la population, 1982,1.N.S.E.E.

RAPP (Gérard). Geispitzen au fil des siècles.- in: Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 1982, p. 20-27.

RAPP (G.). Le clocher de Geispitzen, son histoire;- in: Ann.Soc.95. Hist.Hochkirch 1983 ’ n 92-

RAPP (G.). La Hochkirch et Geispitzen....- in: Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 1984, p. 55-60.

RAPP (G.). L'influence et importance de l'eau sur la vie à Geispitzen.- in:

Ann. Soc. H ist. Hochkirch, 1985, p. 67-77.

RAPP (G.). Chapelles et églises à Geispitzen.- in: Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 85. 1988-91 ’ n 67-

STINTZI (P.). Le Sundgau et le Territoire de Belfort...,\951, p. 59-60.

STINTZI (P.). Die Kirchen des Ober-Elsass..., in: A.E.A., 1971, p. 27.

STINTZI (P.), WACKER (E.). Der Sundgau: ein Führer durch Landschaft. p. 147. -Colmar 1943

VANOBBERGHEN (Fernand). Une maison d'école à Geispitzen 1834-1856.- in; Ann.Soc.Hist.Hochkirch, 1987, p. 34-42. ill.

Liens externes[modifier | modifier le code]