Le Meurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hôtel Meurice)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meurice.
Le Meurice
Le Meurice 001.jpg
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Architecture
Type
Construction
Ouverture
1835
Architecte
Style
Statut patrimonial
Équipements
Étoiles
Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Chambres
160 chambres
Restaurants
Le Meurice, et Le Dalí
Gestion
Propriétaire
Dorchester Collection, du Sultan de Brunei Hassanal Bolkiah
Site web
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
RedHut.svg
Localisation sur la carte du 1er arrondissement de Paris
voir sur la carte du 1er arrondissement de Paris
RedHut.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
RedHut.svg

Le Meurice, ou l’hôtel Meurice, est un palace parisien 5 étoiles de style néo-classique Haussmannien, fondé par Augustin Meurice en 1815. Situé depuis 1835 au 228, rue de Rivoli dans le 1er arrondissement, il est labellisé Entreprise du patrimoine vivant depuis 2014

Il appartient au groupe hôtelier Dorchester Collection (en) de Hassanal Bolkiah (sultan de Brunei), également propriétaire du Plaza Athénée à Paris, du Richemond à Genève, du Beverly Hills Hotel et du Bel-Air à Los Angeles, du 45 Park Lane et du Dorchester à Londres, de l’Eden à Rome, du Principe di Savoia à Milan et du Coworth Park dans la campagne anglaise, près d’Ascot[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1771 Augustin Meurice (1738-1820), maître de poste de Calais, ouvre l'Hôtel Meurice de Calais (en), ainsi qu'un hôtel de luxe au terminus de la diligence Paris-Calais, 223, rue Saint-Honoré à Paris.

Il applique une stratégie adressée aux touristes anglais qui souhaitaient trouver lors de leurs voyages sur le continent européen le confort et les commodités auxquels ils sont habitués chez eux. Le Meurice offrait alors le « service palace ».

En 1835, l’hôtel déménage pour s'agrandir en fondant ce palace, sur son emplacement actuel, au 228 rue de Rivoli, avec 160 chambres pour une clientèle richissime.

Au début du XXe siècle Le Meurice change de direction. En 1907, afin de concurrencer l'Hôtel Ritz, ouvert en 1902 sur la Place Vendôme voisine, Arthur Millon, un des actionnaires, s'associe à Frédéric Schwenter pour faire agrandir les lieux par l’adjonction de l'hôtel Métropole voisin de la rue de Castiglione. À l’exception des façades classées, l’hôtel est entièrement reconstruit par Henri-Paul Nénot en conservant le style Louis XVI d'origine. Il est équipé des évolutions modernes : salle de bains, téléphone, sonneries électriques pour leurs domestiques, ascenseur, etc. De cette époque, Le Meurice a conservé le grand salon Pompadour, la salle de restaurant, le salon Fontainebleau et la verrière de fer forgé qui abritait le hall. C’est au cours de ces travaux que les ouvriers recueillirent un lévrier errant sur le chantier dont le personnel fit sa mascotte, devenu l’emblème de l’hôtel.

Durant l'occupation de la Seconde Guerre mondiale, entre septembre 1940 et août 1944, l'hôtel Meurice sert à la fois de quartier général à l'Armée allemande et de logement de fonction pour le général Dietrich von Choltitz, commandant de Paris sous l'occupation allemande[2].

Acheté pour environ 100 millions de dollars par l'Aga Khan IV, il subit d'importants travaux de rénovation, restauration, et modification de certains espaces, entre 1998 et 2000, menée par Jean-Loup Roubert, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux.

Informations économiques[modifier | modifier le code]

L'hôtel est exploité par la société Meurice Spa de droit italien immatriculée 345034904 non contrainte de publier ses comptes, dirigée par Sofian Md Jani et qui emploie entre 400 à 499 personnes sur l'exercice 2017.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Meurice, 180 ans de luxe renouvelé », Slate.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Les sites d'occupation allemande », sur Ville de paris (consulté le 3 février 2010)
  3. Il y a désormais huit palaces en France, article sur le site Quotidien du Tourisme.com 5 mai 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :