Hôtel Costes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Costes
Paris Hôtel de France et de Choiseul Perspectives.jpg

La façade de l'Hôtel Costes,
classée aux Monuments historiques.

Localisation
Pays
Commune
Paris
Adresse
Coordonnées
Architecture
Ouverture
Architecte
Style
Napoléon III
Équipements
Étoiles
Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Étages
5
Superficie
5000m2
Chambres
84
Restaurants
Restaurant Costes
Gestion
Propriétaire
Jean-Louis Costes
Site web
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
RedHut.svg
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Costes.

L’hôtel Costes est un hôtel parisien 5 étoiles de 84 chambres, fondé par Jean-Louis et Gilbert Costes[1] en 1995 et décoré par Jacques Garcia. Situé au 239 rue Saint-Honoré, à égale distance de la place Vendôme et du jardin des Tuileries, il est aussi connu pour son bar[2], sa terrasse[3] et son spa ainsi que son ambiance musicale « lounge » par le DJ Stéphane Pompougnac[4] jusque dans les années 2010.

L'établissement obtient le label officiel cinq étoiles de l'Atout France le 23 juillet 2012[5]. S'il s'agit d'un hôtel de luxe, sa stratégie est très différente de celle desdits palaces[6].

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Préambule[modifier | modifier le code]

La famille Costes, notamment Marie-Josèphe, possédait un restaurant gastronomique dans la région de l’Aubrac[7]. Les deux fils de Marie-Josèphe Costes, Jean-Louis et Gilbert, nés dans les années 1950, arrivent à Paris durant leur adolescence dans les années 1960, où ils commencent à travailler comme serveurs.

Article détaillé : Gilbert Costes.

Ils ouvrent le Café Costes dans le quartier des Halles, décoré par Philippe Starck[8], en 1984[n 1],[n 2]. « Nous étions les premiers dans Paris à mettre de la créativité et de la qualité dans le design d'un café »[n 3]. Les deux frères ouvrent successivement d’autres établissements à Paris, avec une attention particulière pour la décoration[9].

Dans les années 1990, l’Hôtel France et Choiseul est racheté pour être transformé, et devient l’Hôtel Costes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’hôtel ouvre en 1995[10]. Il a été réaménagé en collaboration avec Klay Robson, développeur et consultant en construction, et il est reconnu aujourd’hui comme un endroit très luxueux.

L’établissement exploite commercialement son nom avec la création de nombreux produits dérivés comme les chocolats, un parfum créé par Olivia Giacobetti, les Roses Costes Dani Roses de la chanteuse Dani[11], la liqueur[1], les bougies parfumées, les montres[12], les bagages[13] et surtout les disques.

L'hôtel poursuit sa croissance en tant qu'établissement de luxe. Ainsi, il accueille en 2006 une cabine de John Nollet, coiffeur talentueux et concepteur artistique international pour le groupe L'Oréal depuis 2005. Cette inauguration précède une autre cabine auprès de l'hôtel Cheval Blanc du groupe LVMH[14]. Ainsi l'hôtel Costes devient-il la première agence de ce coiffeur de vedettes[15].

En effet, cet établissement est notamment illustré par les vedettes. Surtout, l'ancien couple Vanessa Paradis et Johnny Depp s'y rencontrent. Pierre Lescure, Madonna ainsi que Sharon Stone fréquentent son restaurant tandis que Monica Bellucci et Sharon Stone aiment sa piscine au sous-sol[8].

Europe 1 y enregistre avec Michel Field une émission radiophonique[16] jusqu’en 2012. L’hôtel édite aussi un magazine, Palace Costes, diffusé à 40 000 exemplaires[17] sous la responsabilité de Claude Maggiori, directeur artistique de L'Écho des savanes.

Décoration[modifier | modifier le code]

Sa décoration commandée à l’architecte et décorateur Jacques Garcia, comme la plupart des établissements des frères Costes, est aussi emblématique du lieu : le magazine L'Express décrit le lieu comme « le dortoir le plus glamour de Paris[8] », à la décoration « de bordel Troisième République[18] » selon le journal Libération.

« Partout des recoins intimes - avec confidents en poirier et fauteuils crapauds -, des chambres raffinées jusque dans les détails (tons pourpre et or, linge avec monogramme, etc.), un restaurant décoré par Jacques Garcia : ce palace très chic et feutré reste le repaire de la jet-set ! (Guide Michelin rouge 2012, p.1256) »

Projet[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu le classement officiel cinq étoiles d'Atout France le 23 juillet 2012, l'hôtel Costes concentre désormais sur les améliorations de qualité et agrandissement de l'établissement. Plus précisément, en vendant l'hôtel Costes K au groupe Ascott Limited, il a récemment acquis l'hôtel Le Lotti. Les deux hôtels seront fusionnés afin de parachever un seul établissement plus haut de gamme, dans le quartier de la Place-Vendôme où sont rassemblés plusieurs hôtels parisiens les plus prestigieux. En effet, l'augmentation de la concurrence dans la capitale touche si gravement les hôtels de luxe parisiens depuis quelques années que ce choix est bien expliqué. Cependant, aucune date concernant ce projet n'est actuellement communiquée[19].

Hôtel Costes et les arts[modifier | modifier le code]

Hôtel Costes par Dominique Laty[modifier | modifier le code]

Dans un livre publié en 2009, Misia Sert & Coco Chanel, Dominique Laty favorisant cet hôtel exprime bien ses caractéristiques (Chapitre 2, Hôtel Costes, p.15-16)[20].

Compilations de l’Hôtel Costes[modifier | modifier le code]

Les disques portant le label de l’Hôtel Costes sont des compilations de musique lounge[21] éditées par Pschent depuis 1999[22]. Celles-ci rencontrent le succès dès le début[4], avec deux disques d'or comptabilisés à l'issue du quatrième volume[23], pour un total de 750 000 exemplaires[24] vendus en 2001, puis un million[25],[26] quelque temps après. Le DJ Stéphane Pompougnac, qui travaille avec Jean-Louis Costes depuis 1997, signe ces compilations ; si la plupart comportent un simple numéro comme titre, le premier volume reprend le nom de l’ancien Hôtel France et Choiseul qui se trouvait à l’emplacement actuel du Costes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est à noter pour le contexte historique que le quartier des Halles dans ces années là était en pleine effervescence : le centre Pompidou est inauguré en 1977, et le Forum des Halles en 1979, suivi du jardin des Halles l’année suivante, les défilés de mode des créateurs français de prêt-à-porter que sont Thierry Mugler ou Claude Montana sont organisés dans ce quartier , etc.
  2. Le Café Costes sera remplacé en 1994 par une boutique à l'enseigne Naf Naf.
  3. « We were the first in Paris to put creativity and quality in the design of a cafe »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Costes : un univers hypertendance sur La Libre Belgique, 10 février 2007
  2. Les lieux hype où l'on mode sur Le Nouvel Observateur, 30 septembre 2011
  3. Les 50 meilleures terrasses de Paris sur Le Figaro, 1er juin 2012
  4. a et b Anne-Cécile Sanchez, « La revanche des « pousseurs de disques » », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 1er novembre 2012)
  5. Consulté le site officiel le 12 juin 2013
  6. http://allinelectro.com/les-compilations-hotel-costes-le-succes-de-lelectro-comme-produit-derive
  7. http://books.google.fr/books?id=ChFy3RjcrN4C&pg=PA149 p.149
  8. a, b et c François-Régis Gaudry, « Les dessous d'un empire », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 1er janvier 2013)
  9. (en) Mallery Roberts Lane, « Seducing Paris, a Cafe at a Time », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 1er novembre 2012)
  10. http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/hotellerie/2011-04/Les-capitaux-etrangers-sont-ils-les-sauveurs-du-patrimoine-hotelier.htm
  11. La fleur des fleurs - Les roses sur Challenges, 27 juillet 2011
  12. Claire Mabrut, À l’heure du Costes, sur Madame Figaro, 3 janvier 2007
  13. Costes et Sequoia (dé)plient bagages sur Madame Figaro, 9 juillet 2009
  14. http://www.loreal-paris.fr/experts/john-nollet.aspx
  15. http://www.meilleurcoiffeur.com/news/john-nollet-coiffeur-de-stars-4018.html
  16. Rendez-vous à l’hôtel sur le site officiel d'Europe 1
  17. Palace Costes confie sa régie à Figaro Médias sur Stratégies, 9 janvier 2012
  18. Marie-Dominique Lelièvre, « Bien dans le décor », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 1er novembre 2012)
  19. Office du Tourisme et des Congrès de Paris, Calendrier des ouvertures et fermetures, p.7 [1]
  20. Dominique Laty, Misia Sert & Coco Chanel, Odile Jacob, Paris 2009, 256p. (ISBN 978-2-7381-2291-9) [2]
  21. Didier Stiers, « Café, addition, compile et set list », Interview de Stéphane Pompougnac, sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le 1er novembre 2012)
  22. (en) Daniel Altman, « Never Mind the Concierge, Where's the D.J.? », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 1er novembre 2012)
  23. Didier Stiers, « Les meilleures compils », sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le 1er novembre 2012)
  24. Remi Delahaye, « Labels de Paris », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 1er novembre 2012)
  25. Georges Valance, « Ambiance lounge assurée », sur lexpansion.lexpress.fr, L'Expansion, (consulté le 1er novembre 2012)
  26. Thierry Coljon, « Un CD lounge belgo-mauricien », sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le 1er novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]