Impérial Palace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Impérial Palace
Impérial Palace Annecy (été 2005).jpg
Présentation
Type
Construction
Localisation
Adresse
Annecy (d), Haute-Savoie
Flag of France.svg France
Coordonnées

L'Impérial Palace est un hôtel quatre étoiles situé sur les bords du lac d'Annecy[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , l'Impérial Palace ouvre ses portes. Il est conçu par Louis Ruphy dans l'esprit Belle Époque sur commande de René Leyraz. Inauguré en 1913, exploité par un groupe allemand jusqu'en été 2013, le bâtiment appartient aujourd'hui à la ville d’Annecy.

Vers les années 1950, les premiers signes de déclin se manifestent, le palace ne fait plus recette. Le , il ferme définitivement ses portes. La municipalité se porte acquéreur de l'ensemble du site. Le , le parc est officiellement ouvert au public.

Dans la nuit du dimanche 25 au lundi , un incendie le détruit en partie. Les travaux de réhabilitation commencent le . Le , l'Impérial Palace devient un complexe hôtelier haut de gamme. Il est géré par le groupe Hopf Holding, la ville restant propriétaire de l'ensemble du site et des murs.

À compter du 1er août 2013, le groupe hôtelier PVG de La Clusaz[2] est devenu propriétaire de la société gestionnaire de l’Impérial Palace[3].

La direction de l'hôtel a été confiée à Philippe Gourgaud.   

Informations économiques[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Controverse concernant l'université d'été du Front National[modifier | modifier le code]

Interdit à Pau et refusé à Reuilly[4], le Front national (FN) a été autorisé à y tenir son université d’été, du 28 au 30 août 2002, après l’accession en date du 21 avril 2002 de son candidat et chef de file Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

En effet, en vue de l’organisation de l’université d’été du FN, l’Institut de Formation des Élus Locaux (IFOREL), association liée à ce parti politique, avait conclu le 8 juillet 2002 avec l'Impérial Palace un contrat réservant le centre de congrès pour la période du 26 au 30 août 2002 et versé des arrhes, d’un montant de 17 340,90 , correspondant au tiers du montant de ce contrat.

Le maire d’Annecy a fait part le 29 juillet 2002 au président du directoire de l'Impérial Palace de son « refus de la tenue de l’Université d’été du FN au centre de congrès de l’Impérial », et il a, par un autre courrier du même jour, mis en demeure la société de se conformer à ce refus, en se référant aux clauses relatives à la résiliation du contrat d’affermage du 28 octobre 1983.

L'Impérial Palace, qui avait déjà indiqué à l’IFOREL, le 25 juillet 2002 que la ville d’Annecy lui interdisait de mettre les salles du centre de congrès à la disposition du FN, a résilié, le 5 août 2002, le contrat de réservation conclu avec cette association et passé avec elle un autre contrat, relatif à l’accueil, du 25 au 28 août, d’un simple séminaire de formation.

Ainsi, contrairement à ce que soutenait l’Impérial Palace dans son mémoire, transmis au Conseil d’État le jour même de l’ordonnance des référés (no 249666 du 19 août 2002)[5], à savoir, « la résiliation du premier de ces contrats rend le litige sans objet », il s’avère, comme le dit le Conseil d’État, que « la résiliation du contrat de réservation initial ne rend pas celle-ci sans objet », puisqu'un second contrat subsistait, ce qui avait pour effet de lier le FN avec l’Impérial Palace, dont l'entreprise ne pouvait se soustraire de ses obligations, ceci malgré l’opposition de la mairie d’Annecy et de la communauté d’agglomération annécienne, propriétaire du bâtiment. D’où la volonté manifeste de l’Impérial Palace d’accueillir le FN.

Controverse concernant le centre de congrès[modifier | modifier le code]

Situé dans l’aile ouest attenante à l’hôtel et au casino, le centre de congrès propose des prestations pour des journées d'étude, séminaires, congrès, etc. L'agglomération d'Annecy a émis un projet concurrent de construction d'un centre d'expositions, de séminaires et de congrès de 10 000 m2 en novembre 2010, suscitant l'opposition de la population annécienne. En 2018, les recours en justice ne sont pas clos[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parc de l'Impérial », notice no IA74000207, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Créé en 1979 par Gaston Pollet-Villard, le groupe PVG est une société familiale dirigée par son fils Olivier depuis 2009.
  3. Le Dauphiné.com, Annecy : Pollet-Villard Gaston inaugure le nouvel Impérial Palace, 14 juin 2014 [1].
  4. « Le FN s'accroche à son université d'Annecy », sur Libération.fr (consulté le 28 février 2016)
  5. « Ordonnance du Juge des Référés du 19 août 2002 », sur www.conseil-etat.fr (consulté le 28 février 2016)
  6. Article du Dauphiné Libéré de janvier 2018 : Centre de congrès : la justice valide le principe d’urbanisation de la presqu'île d’Albigny [2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charly Lascoux, Le bonheur sur les bords du lac, Publibook, , 141 p. (lire en ligne), p. 27.

Lien externe[modifier | modifier le code]