Google Brain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Google Brain est un projet de recherche d'apprentissage profond (deep Learning) conduit par Google.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet Google Brain a commencé en 2011 comme une collaboration de recherche à temps partiel entre Jeffrey Dean, Greg Corrado chercheurs chez Google et le professeur de l'université Stanford Andrew Ng[1],[2],[3]. Ng était intéressé depuis 2006 par l'utilisation de l'apprentissage en profondeur pour faire progresser l'intelligence artificielle, et en 2011 il avait commencé à collaborer avec Dean et Corrado pour construire un système logiciel d'apprentissage en profondeur à grande échelle, DistBelief[4], sur l'infrastructure du cloud computing de Google. En 2013, Andrew Ng a quitté Google pour fonder la startup Coursera, une compagnie offrant de la formation en ligne, puis en 2014, il est devenu le chef du groupe d'intelligence artificielle de Baidu[5].

Le projet est devenu une réussite du projet Google X. Astro Teller (en) a dit que le projet avait payé pour la totalité du coût de Google X[6].

En , le New York Times rapporte qu'un groupe de 16 000 ordinateurs imitant certains aspects de l'activité du cerveau humain a réussi à apprendre à reconnaître un chat sur la base de 10 millions d'images numériques de chats provenant de vidéos YouTube[3]. L'histoire a également été couverte par la National Public Radio[7] et SmartPlanet (en)[8].

En , Google embauche Geoffrey Hinton, un chercheur de pointe dans le domaine de l'apprentissage en profondeur, et acquiert la société DNNResearch Inc. dirigée par Hinton. Hinton a dit qu'il partagerait son temps entre sa future recherche universitaire et son travail chez Google[9].

Le , plusieurs organes de presse déclarent que Google avait acheté DeepMind Technologies pour un montant non divulgué. Plus tard, des analystes annoncent que la société a été acquise pour 400 millions £ (650M $ - 486 millions ). Des rapports ultérieurs ont estimé que le prix d'achat s'élevait à plus de 500 millions de £[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Utilisation dans les produits de Google[modifier | modifier le code]

La technologie du projet est utilisée dans le système de reconnaissance vocale du système d'exploitation Android[17], la recherche de photos de Google+[18] et les recommandations vidéos de YouTube[19].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Le projet Google Brain a reçu une couverture médiatique importante dans Wired Magazine[20],[11],[21], le New York Times[21], Technology Review[22],[10] National Public Radio[7] et Big Think[23].

Avancées en cryptographie et rumeurs médiatiques[modifier | modifier le code]

Le , le programme de recherche en intelligence artificielle Google Brain réalise une nouvelle percée lorsque deux ordinateurs parviennent à créer leur propre méthode de chiffrage: Bob et Alice, deux intelligences artificielles, sont ainsi parvenues à communiquer entre elles d'une manière qu'une troisième IA du nom d'Eve ne parvenait pas à décrypter.

Cette information scientifique a donné lieu à une rumeur, reprise dans de nombreux médias, qui sont allés jusqu'à affirmer « Deux intelligences artificielles communiquent dans une langue indéchiffrable. »[24],[25], affirmation qui est démentie tant par l'article du New Scientist cité en référence [26] que par la publication scientifique[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Google's Large Scale Deep Neural Networks Project » (consulté le 25 octobre 2015)
  2. (en) Jeff Dean and Andrew Ng, « Using large-scale brain simulations for machine learning and A.I. », sur Official Google Blog, (consulté le 26 janvier 2015)
  3. a et b (en) John Markoff, « How Many Computers to Identify a Cat? 16,000 », New York Times, (consulté le 11 février 2014)
  4. (en) Jeffrey Dean, « Large Scale Distributed Deep Networks », (consulté le 25 octobre 2015)
  5. (en) « Ex-Google Brain head Andrew Ng to lead Baidu's artificial intelligence drive », South China Morning Post
  6. (en) Conor Dougherty, « Astro Teller, Google’s ‘Captain of Moonshots,’ on Making Profits at Google X », (consulté le 25 octobre 2015)
  7. a et b (en) « A Massive Google Network Learns To Identify — Cats », National Public Radio, (consulté le 11 février 2014)
  8. (en) Laura Shin, « Google brain simulator teaches itself to recognize cats », SmartPlanet, (consulté le 11 février 2014)
  9. (en) « U of T neural networks start-up acquired by Google », Toronto, ON, (consulté le 13 mars 2013)
  10. a et b (en) Antonio Regalado, « Is Google Cornering the Market on Deep Learning? A cutting-edge corner of science is being wooed by Silicon Valley, to the dismay of some academics. », Technology Review, (consulté le 11 février 2014)
  11. a et b (en) Marcus Wohlsen, « Google’s Grand Plan to Make Your Brain Irrelevant », Wired Magazine, (consulté le 11 février 2014)
  12. (en) « Google Acquires UK AI startup Deepmind », The Guardian (consulté le 27 janvier 2014)
  13. (en) « Report of Acquisition, TechCrunch », TechCrunch (consulté le 27 janvier 2014)
  14. (en) Alexei Oreskovic, « Reuters Report », Reuters (consulté le 27 janvier 2014)
  15. (en) « Google Acquires Artificial Intelligence Start-Up DeepMind », The Verge (consulté le 27 janvier 2014)
  16. (en) « Google acquires AI pioneer DeepMind Technologies », Ars Technica (consulté le 27 janvier 2014)
  17. (en) « Speech Recognition and Deep Learning », Google Research Blog, Google, (consulté le 11 février 2014)
  18. (en) « Improving Photo Search: A Step Across the Semantic Gap », Google Research Blog, Google,
  19. (en) « This Is Google’s Plan to Save YouTube », Time,
  20. (en) Steven Levy, « How Ray Kurzweil Will Help Google Make the Ultimate AI Brain », Wired Magazine, (consulté le 11 février 2014)
  21. a et b (en) Daniela Hernandez, « The Man Behind the Google Brain: Andrew Ng and the Quest for the New AI », Wired Magazine, (consulté le 11 février 2014)
  22. (en) Robert Hof, « Deep Learning: With massive amounts of computational power, machines can now recognize objects and translate speech in real time. Artificial intelligence is finally getting smart. », Technology Review, (consulté le 11 février 2014)
  23. (en) « Ray Kurzweil and the Brains Behind the Google Brain », Big Think, (consulté le 11 février 2014)
  24. « Deux intelligences artificielles communiquent dans une langue indéchiffrable », 20 Minutes, (consulté le 9 novembre 2016)
  25. « Programme Google Brain : deux ordinateurs ont communiqué dans une langue inconnue », Blasting News, (consulté le 9 novembre 2016)
  26. (en) « Google’s neural networks invent their own encryption », New Scientist, (consulté le 9 novembre 2016)
  27. (en) Martın Abadi and David G. Andersen, « Learning to protect communications with adversarial neural cryptography », Google Brain, (consulté le 9 novembre 2016)