Big Think

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de Big Think
Logo du site Big Think

Adresse www.bigthink.com
Langue Anglais
Lancement 2007
Classement Alexa 14 150 au monde (mars 2016)
6561 aux États-Unis (mars 2016)
État actuel Actif

Big Think est un site web qui propose des interviews, des présentations multimédias et des tables rondes avec des intervenants de différents domaines[1],[2].

Le concept de Big Think, qui a été décrit comme le YouTube des idées, a d'abord été développé par Victoria Brown (cofondateur et chef de la direction) et Peter Hopkins (cofondateur et président)[3]

Description[modifier | modifier le code]

Les deux cofondateurs se sont rencontrés en 2006 alors qu'ils travaillaient à PBS sur le débat télévisé de Charlie Rose[1]. Parmi les investisseurs initiaux du projet on retrouve Peter Thiel de PayPal, Tom Scott (en) de Nantucket Nectars (en), le producteur de télévision Gary David Goldberg, l'investisseur chef de file et investisseur en capital de risque David Frankel et l'ancien président de l'université Harvard, Lawrence Summers[1],[4],[5].

En mars 2016, le site proposait plus de 50 000 vidéos et articles sur différents sujets.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Tim Arango, « Ex-Harvard President Meets a Former Student, and Intellectual Sparks Fly », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 30 décembre 2010)
  2. Online Think Tank Big Think Launches New Multimedia Web Series Exploring Some of the Most Pressing Science and Medical Issues of our Time, Red Orbit, Aug 20, 2009
  3. (en) Ari Melber, « YouTube for Smart People » [archive du ], The Nation, (consulté le 30 décembre 2010)
  4. (en) Emma Thelwell, « Larry Summers bets on Harvard's Big Think », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Jim Wayne, « Big names, big ideas at Big Think (Interview with Founders) » [archive], Online Journalism Review, USC Annenberg School for Communication and Journalism / John S. and James L. Knight Foundation, (consulté le 31 mars 2014)