Gilles Bouleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gilles Bouleau
Naissance (53 ans)
Paris[réf. nécessaire], France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Journaliste
Autres activités Présentateur de nouvelles
Médias
Média principal Télévision
Pays Drapeau de la France France
Télévision TF1

Gilles Bouleau, né le [1] à Paris[réf. nécessaire], est un journaliste français de télévision.

Après avoir été reporter à TF1 pendant plusieurs années, il passe dix ans à l'étranger comme correspondant à Londres puis Washington. Chef des opérations spéciales à partir de 2011, il présente le journal de 20 heures de TF1 depuis le 4 juin 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Gilles Bouleau va à l'école à Colombes (Hauts-de-Seine)[1]. Il sort diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ) et de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1986, après avoir remporté la bourse Jean d'Arcy, prix destiné aux jeunes journalistes, il entre à la rédaction de TF1. Il passe par les services Économie et Social, Politique Intérieure, Enquêtes et Reportages et Informations Générales[3]. Il enchaine alors les reportages : Yougoslavie en 1987, Élection présidentielle française de 1988, Festival de Cannes, Jeux olympiques d'hiver de 1992 et de 1994[1]. En 1994, il devient grand reporter et fait un détour au service Arts et Spectacles en tant que chef adjoint[3].

De 1996 à 1999, il présente la matinale sur la chaîne d'information en continu LCI, filiale de TF1[4].

En 1999, il devient rédacteur en chef adjoint de l'émission 19h dimanche, une émission de reportages et interviews présentée par Ruth Elkrief sur TF1[3].

En juin 2001, il commence une parenthèse anglo-saxonne en devenant correspondant pour TF1 à Londres (Royaume-Uni)[5]. Quatre ans plus tard, en juillet 2005, peu après les attentats de Londres du 7 juillet 2005 et du 21 juillet 2005, il quitte la capitale britannique[1] pour Washington et devient à partir d'août le correspondant aux États-Unis pendant cinq ans[5]. Il couvre plusieurs évènements importants de la vie américaine comme l'ouragan Katrina survenu le mois même de son arrivée, ou l'élection présidentielle américaine de 2008 que remporte Barack Obama[1].

En juillet 2011, il revient à Paris et devient le joker de Laurence Ferrari à la présentation du journal de 20 heures de TF1 à la suite du départ d'Harry Roselmack[6]. Le mois suivant, il succède à Jean-Claude Narcy à la tête des opérations spéciales. Il dirige aussi « une équipe chargée d'imaginer et d'organiser un flux de données graphiques et infographies intégrées aux journaux de TF1 »[7].

En juin 2012, à la suite de la démission de Laurence Ferrari, il est rappelé d'urgence de vacances pour assurer provisoirement la présentation du journal à partir du lundi 4 juin[8]. Quelques jours plus tard, il est officialisé comme le nouveau présentateur titulaire du journal de 20 heures de TF1[9].

Le 4 juin 2014, TF1 diffuse une interview du Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine effectuée par Gilles Bouleau et Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1)[10].

Le 14 juillet 2014, il interviewe pour la première fois, avec David Pujadas (France 2), le Président de la République française François Hollande[11]. Le 6 novembre 2014, il interviewe pour la deuxième fois, avec Yves Calvi (RTL), le Président François Hollande dans l'émission En direct avec le président sur TF1[12].

Le 6 février 2015, TF1 lui confie, avec Christophe Dechavanne, l'animation du prime-time exceptionnel consacré aux 40 ans de la chaîne. Cette émission, composée essentiellement d'images d'archives, est baptisée TF1, 40 ans d'émotions partagées[13].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié à une journaliste, Gilles Bouleau est père de deux filles[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Bédat, Gilles Bouleau, Bernard Nicolas, L'Ordre du Temple Solaire : les secrets d'une manipulation, Paris, éditions Flammarion, coll. « Documents »,‎ , 451 p. (ISBN 978-2-08-067842-3, LCCN 00358611)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Tania Kahn, « Gilles Bouleau, le présentateur normal », sur Libération,‎ .
  2. « Biographie de Gilles Bouleau », sur Télé Loisirs (consulté le 12 janvier 2015).
  3. a, b et c « Biographie de Gilles Bouleau », sur TF1 (consulté le 12 janvier 2015).
  4. « Harry Roselmack remplacé par l'excellent Gilles Bouleau ! », sur Marie Claire,‎ .
  5. a et b « "Je suis à l'antenne ce que je suis dans la vie" (Gilles Bouleau) », sur France Info,‎ .
  6. « Gilles Bouleau remplace Harry Roselmack au JT de TF1 », sur L'Express,‎ .
  7. Julien Bellver, « TF1 : Gilles Bouleau remplace Jean-Claude Narcy aux opérations spéciales », sur PureMédias,‎ .
  8. Julien Bellver, « Très émue, Laurence Ferrari annonce qu'elle quitte le JT de 20 heures jeudi soir », sur PureMédias,‎
  9. « Gilles Bouleau au 20H de TF1 en septembre », sur JeanMarcMorandini.com,‎ .
  10. Benjamin Meffre, « Europe 1 et TF1 décrochent une interview exceptionnelle de Vladimir Poutine », sur PureMédias,‎ .
  11. F.P, « Gilles Bouleau aux commandes de l'interview du 14 juillet pour la première fois, avec David Pujadas », sur Télé Loisirs,‎ .
  12. Benjamin Rabier, « François Hollande invité exceptionnel d'un prime sur TF1 le 6 novembre 2014 », sur Télé Loisirs,‎ .
  13. Benjamin Meffre, « Gilles Bouleau et Christophe Dechavanne présenteront la soirée des 40 ans de TF1 », sur PureMédias,‎ .
  14. Emmanuel Galiero, « Gilles Bouleau: « Le JT, un sport d'équipe » », sur TV Magazine,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]