Laurence Ferrari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurence et Ferrari.
Laurence Ferrari
Image illustrative de l'article Laurence Ferrari
Laurence Ferrari au festival de Cannes 2015.

Naissance (51 ans)
Aix-les-Bains (Savoie)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Spécialité Présentatrice de nouvelles
Animatrice de télévision
Médias
Média principal Télévision
Télévision C8 (2012-)
CNews (2013-)
TF1 (1997-2006, 2008-2012)
Canal + (2006-2008)
Fonction animatrice de télévision

Laurence Ferrari, née le à Aix-les-Bains (Savoie), est une journaliste et animatrice de télévision française.

Présentatrice du journal de 20 heures de TF1 du au , elle a aussi animé des émissions politiques ou de société, comme Dimanche + (2006-2008) sur Canal+, Le Grand 8 (2012-2016) sur D8, ou Tirs Croisés (2013-2016) sur I-Télé. Depuis le , elle présente l'émission Punchline, le dimanche à 11 h 50 sur C8.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Laurence Ferrari est la fille de Gratien Ferrari, principal de collège, homme politique et ancien député-maire UDF d’Aix-les-Bains[1]. Elle est l'aînée de trois sœurs[2].

Elle suit des études de communication à l’École française des attachés de presse à Lyon durant deux ans, après avoir échoué en première année de médecine[3]. Elle obtient un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de communication politique et sociale (3e cycle) de la Sorbonne (Paris I)[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Laurence Ferrari débute comme pigiste à l’Agence France-Presse et à l’édition Rhône-Alpes du Figaro Magazine en 1986, puis à Europe 2 à Lyon et traite ensuite la rubrique « santé » sur Europe 1 entre 1986 et 1997.

Pigiste à l'hebdomadaire Le Point à partir de 1994[5], elle devient chroniqueuse « santé » sur France 2 dans Studio Gabriel, animé par Michel Drucker, puis dans Combien ça coûte ?, émission produite par Christophe Dechavanne et présentée par Jean-Pierre Pernaut.

En 1997, elle présente les journaux de LCI de h à 10 h et intègre l’année suivante France Info comme journaliste « médias et communication ».

2000-2006 : TF1[modifier | modifier le code]

Entre et , Laurence Ferrari présente en duo avec son époux Thomas Hugues, le magazine Sept à huit, une émission dominicale de reportages, diffusée en access prime-time sur TF1.

De 2001 à 2006, elle anime Vis ma vie, un magazine diffusé en deuxième partie de soirée. Enfin, de à , elle est la remplaçante de Claire Chazal aux journaux du week-end de TF1[6].

2006-2008 : Canal+[modifier | modifier le code]

En , Laurence Ferrari rejoint Canal+ pour présenter Dimanche +, une émission politique diffusée le dimanche à 12 h 40 en lieu et place du Vrai Journal de Karl Zéro. Laurence Ferrari est aussi la coproductrice de cette émission à travers sa société de production Story Box Press[7] avec ses associés Thomas Hugues et Lorraine Willems.

En 2007 et en 2008, elle présente également les soirées électorales de Canal+ en alternance avec des sketches animés par Les Guignols de l'info.

Elle présente parallèlement Le journal inattendu tous les samedis de 12 h 30 à 13 h 30 sur la station de radio RTL, où elle rencontre des personnalités endossant ponctuellement le rôle de rédacteur en chef de la radio[8].

2008-2012 : retour sur TF1[modifier | modifier le code]

Laurence Ferrari au Festival de Cannes 2008.

À l'été 2008, Laurence Ferrari quitte Canal+ et RTL et revient sur TF1 pour présenter à partir du le journal de 20 heures en semaine ; elle succède ainsi à Patrick Poivre d'Arvor, débarqué du journal le [9],[10],[11], dans un contexte de remaniements majeurs visant à redresser l’audience de TF1[7],[12], devenant la première femme, depuis Marie-France Cubadda, à présenter le premier journal télévisé de France. Selon certains médias, comme L'Express[13], le président de la République française Nicolas Sarkozy « n’est pas étranger au départ du journaliste de TF1 », Patrick Poivre d'Arvor, qui « paye notamment son irrévérence ».

Le journal de 20 heures de TF1 est l'édition la plus regardée d'Europe[7]. En , Anne-Sophie Lapix, jusqu'alors joker de Claire Chazal sur TF1, lui succède sur Canal+ à la présentation de Dimanche +[14] tandis que Christophe Hondelatte reprend Le journal inattendu chaque samedi sur RTL[15].

En , Laurence Ferrari, enceinte, quitte pour quelques mois la présentation du 20 heures, remplacée par Harry Roselmack[16]. À partir de mai 2011, elle présente un jeudi par mois avec François Bachy Parole Directe, une émission politique mensuelle au journal de 20 heures de TF1[17].

Lors de l'élection présidentielle de 2012, elle présente Parole de candidat, une émission politique diffusée en première partie de soirée pendant trois lundis consécutifs au cours de laquelle les principaux candidats sont interrogés par un panel de Français[18]. Le , elle anime avec David Pujadas le débat télévisé de l'élection présidentielle entre le président de la République sortant Nicolas Sarkozy et son adversaire François Hollande. 2012 : Le Débat est diffusé en direct sur plusieurs chaînes de télévision.

En , Laurence Ferrari annonce son départ de TF1 pour rejoindre Direct 8[19]. Elle présente son dernier journal le 31 mai 2012, Gilles Bouleau lui succède le 4 juin 2012, d'abord par intérim[20], puis de façon définitive[21]. « C’est la fin d’un cycle », explique-elle alors. « J’ai une envie profonde de renouveau. [...] J’ai envie d’une émission plus libre, moins codifiée »[22]. Plusieurs médias, tel Libération, soulignent le caractère inéluctable de ce départ, en évoquant les audiences déclinantes du journal de 20 heures et une mésentente entre la journaliste et la rédaction de TF1[23].

Depuis 2012 : D8, I>Télé, et C8[modifier | modifier le code]

À partir du , Laurence Ferrari présente le talk-show Le Grand 8 diffusé du lundi au vendredi de 10 h 50 jusqu'à 12 h 5 sur D8[24]. Elle entend « dépoussiérer l’actualité » en traitant toutes sortes de sujets comme la politique, la mode, la société, ou encore la culture. Elle est accompagnée de chroniqueuses telles que la journaliste Audrey Pulvar, l'ancienne ministre Roselyne Bachelot, la chef d'entreprise Hapsatou Sy et la journaliste Élisabeth Bost[25]. À la rentrée 2015, la chroniqueuse Audrey Pulvar quitte l'émission et est remplacée par la journaliste Aïda Touihri[26].

En , Serge Llado, chroniqueur radio à Europe 1, accuse un chroniqueur de l'émission de Laurence Ferrari d'avoir plagié un de ses programmes sur la proximité entre le jingle du journal de 20 h de TF1 et la bande-son du film Les Dents de la mer[27],[28].

En 2013, Laurence Ferrari se voit refusée sa carte de presse. En effet, Le Grand 8, qu'elle anime sur D8 depuis , est qualifié de « divertissement » par la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels[29].

À partir du , la journaliste présente Tirs croisés de 18 h à 19 h 30 sur i>Télé. Cette émission porte sur la politique ainsi que sur l'actualité au sens large. Durant la première heure de l'émission consacrée exclusivement à la politique, elle reçoit avec ses deux acolytes Audrey Pulvar (également chroniqueuse du Grand 8) et Jean-Claude Dassier (son ex-patron de TF1), un ou plusieurs invités. La demi-heure restante est dédiée à l'actualité en général et est présentée seule par Laurence Ferrari. L'émission est élargie de 18 h à 20 h à la rentrée 2016 sur CNews[30].

En 2016, Le Grand 8 ne fait pas partie de la grille de rentrée de C8 (nouveau nom de D8) ; l'émission est arrêtée le 30 juin, faute d'audiences. Laurence Ferrari conserve Tirs croisés sur I>Télé. Elle anime également une nouvelle émission d'analyse et d'interview politique, Punchline, diffusée tous les dimanches en direct à 12 h 5 sur C8 à partir du 25 septembre. Cette émission est produite par la société d'Emmanuel Chain, Elephant[31].

Le , elle anime avec Ruth Elkrief le second débat de la primaire présidentielle des Républicains, opposant les sept candidats, diffusé sur BFMTV et I-Télé[32]. Le , elle anime avec Ruth Elkrief et Laurent Neumann le second débat de la primaire présidentielle de la Belle Alliance Populaire, opposant les sept candidats, diffusé également sur BFMTV et I-Télé[33].

Le , elle anime avec Ruth Elkrief le débat opposant les onze candidats à l'élection présidentielle, diffusé sur BFM TV et CNews ainsi que sur RMC, Dailymotion[34] et Youtube. C'est la première fois dans une élection présidentielle en France qu'un débat télévisé rassemble l'ensemble des candidats.

Émissions[modifier | modifier le code]

En tant que présentatrice ou chroniqueuse[modifier | modifier le code]

En tant que participante[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariages[modifier | modifier le code]

Le , Laurence Ferrari épouse le journaliste Thomas Hugues[36]. De cette union sont nés deux enfants, Baptiste et Laëtitia[36] Ils se séparent à l’amiable en octobre 2007[37].

Début 2008, elle a une relation avec l'acteur Richard Berry[38]. Ensuite, elle partage la vie du musicien Renaud Capuçon[39] qu'elle épouse le à la mairie du 16e arrondissement de Paris[1]. De cette union naît un garçon, Elliott[1], en novembre 2010[40].

Engagement[modifier | modifier le code]

Laurence Ferrari est ambassadrice de l’association SOS Villages d'Enfants depuis novembre 2003[41].

Plaintes pour « atteinte à la vie privée »[modifier | modifier le code]

En , Metro et Closer sont condamnés respectivement à 5 000 €[42] et 12 000 €[43] de dommages-intérêts « pour atteinte à la vie privée et droit à l’image » en ayant relayé une rumeur de liaison avec le président de la République française de l'époque Nicolas Sarkozy évoquée par le tabloïd britannique Daily Mail[44].

En , elle dépose une plainte contre Lyon Mag en réclamant 40 000 € de dommages-intérêts pour une interview de son père[45],[46],[3].

Au cours de l'année 2008, Laurence Ferrari obtient seize condamnations de journaux pour atteinte à la vie privée, soit 143 000 € de dommages et intérêts, plus que n'importe qui en France en 2008[47].

En , le magazine Voici, condamné à 25 000 € d'amende pour avoir publié des photos de Laurence Ferrari et Renaud Capuçon, engage une procédure pour récupérer les sommes après la parution de photos similaires dans Paris Match avec la participation de la journaliste[48],[49].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En , Laurence Ferrari remporte le Prix des neiges 2006 qui récompense la personnalité savoyarde de l’année[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Who's Who in France, édition 2013, p. 857.
  2. « La revanche d’une blonde », sur Gala.fr, .
  3. a et b Nadège Michaudet, « Laurence Ferrari attaque Lyon Mag », sur Lyon Mag.com,
  4. Bio. de Laurence Ferrari, Staragora.com (consulté le 9 juillet 2017).
  5. a et b « L’Aixoise prend les rênes du 20 heures de TF1 », Le Dauphiné libéré,‎ , p. 5
  6. Voici.
  7. a, b et c Guy Dutheil, « À TF1, Laurence Ferrari va remplacer Patrick Poivre d’Arvor », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Julien Mielcarek, « Laurence Ferrari présente "Le Journal inattendu" sur RTL », sur Ozap.com,
  9. J. Mielcarek & J. Lalande, « Laurence Ferrari quitte Canal pour le 20H de TF1 », sur Ozap.com,
  10. « TF1 embauche Laurence Ferrari pour le 20h à la place de PPDA », sur JeanMarcMorandini.com,
  11. « Laurence Ferrari présente le 20H de TF1 à la rentrée 2008 », sur RTL.fr,
  12. « TF1 : Laurence Ferrari prend les rênes du 20 heures », sur TF1.fr,
  13. Renaud Revel, « Nicolas Sarkozy à la manœuvre », sur L'Express.fr,
  14. Pierre Courade, « Anne-Sophie Lapix quitte TF1 pour "Dimanche +" », sur Ozap.com,
  15. « Hondelatte remplace Laurence Ferrari sur RTL le samedi matin », sur JeanMarcMorandini.com,
  16. « Laurence Ferrari : Regardez-la dans son dernier JT avant son accouchement ! », sur Pure People.com,
  17. « TF1 : un rendez-vous politique tourné vers 2012 », sur Europe 1.fr,
  18. « Parole de Candidat : Bayrou / Joly », sur Toutelatele.com,
  19. Emmanuel Berretta, « Laurence Ferrari démissionne de TF1 », sur Le Point.fr,
  20. Julien Bellver, « Très émue, Laurence Ferrari annonce qu'elle quitte le JT de 20 heures jeudi soir », sur Ozap.com,
  21. « Gilles Bouleau au 20H de TF1 en septembre », sur JeanMarcMorandini.com,
  22. « Laurence Ferrari : "Pourquoi je quitte TF1" », Le Parisien.fr,‎ (lire en ligne)
  23. Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos, « TF1 : les vaines heures de Laurence Ferrari », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  24. Christophe Pouly, « La nouvelle émission de Laurence Ferrari sur D8 s'appellera "Le Grand 8" », sur EXclusif People.com,
  25. « L'ambitieuse grille des programmes de D8 », sur programme-tv.net,
  26. Merwane Mehadji, « Le Grand 8 : Audrey Pulvar remplacée par Aïda Touihri », sur Le Figaro.fr,
  27. « Le Grand 8 : un chroniqueur de Laurence Ferrari accusé de plagiat », Première.fr, 25 février 2013.
  28. « Une chronique de l'émission de Laurence Ferrari sur D8 inspirée d'un chroniqueur d'Europe 1 ? », The Huffington Post.fr, 20 février 2013.
  29. http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/d8-laurence-ferrari-perd-sa-carte-de-presse-31-05-2013-2854203.php.
  30. « Rentrée CNEWS », sur news-room.fr (consulté le 14 août 2016).
  31. « Laurence Ferrari fait son retour en politique », sur Gala.fr (consulté le 14 septembre 2016).
  32. « Primaire de la droite : les contours du deuxième débat se précisent », sur L'Obs.com, .
  33. « Dates, chaînes… le programme des débats télé de la primaire à gauche », sur Marianne.net, .
  34. « Ruth Elkrief (BFMTV) et Laurence Ferrari (CNews) animeront le débat pour la présidentielle du 4 avril », sur Offremedia.com, .
  35. « Laurence Ferrari, Cyril Hanouna, Karine Le Marchand : En duo avec des stars ! », sur Pure People.com, .
  36. a et b Who's Who in France, édition 2008, p. 1151.
  37. « Rupture », Libération,‎ , p. 34
  38. « Bios de stars - Laurence Ferrari », sur Gala.fr (consulté le 30 mai 2012)
  39. Justine Boivin, « Premiers essais concluants pour la nouvelle reine du JT », sur Gala.fr,
  40. [vidéo] Harry Roselmack, « Laurence Ferrari est maman (annonce à la fin du journal de 20 heures) », sur videos.tf1.fr, .
  41. « Laurence Ferrari, ambassadrice de SOS Villages d'enfants : "La souffrance des enfants me bouleverse" », sur selectionclic.com (consulté le 8 juin 2009)
  42. « L. Ferrari : Métro condamné à 5 000 € de dommages et intérêts », sur JeanMarcMorandini.com,
  43. « Sarkozy - Ferrari: Closer condamné à verser12 000 € à la journaliste », sur Libération,
  44. (en) Peter Allen, « Flirting for France: Newly-divorced Sarkozy’s 'close and loving relationship' with the blonde TV star in a low-cut blouse », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  45. « Laurence Ferrari attaque «Lyon Mag» », sur LibéLyon,
  46. « Laurence Ferrari attaque «Lyon Mag» pour violation de sa vie privée », sur 20 minutes.fr,
  47. Éric de Legge, « Stars : combien la presse people leur a versé de dommages en 2008 », sur Le Journal du Net,
  48. Julien Mielcarek, « Voici demande à Laurence Ferrari de "rendre" 28 000 € », sur Ozap.com,
  49. Dan Israel, « Ferrari attaque la presse, mais pose dans Match », sur Arrêt sur images,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Éveillard, Laurence Ferrari, une femme à la Une, Paris, éditions Alcina,

Liens externes[modifier | modifier le code]