Antoine de Lévis-Mirepoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévis.
Antoine de Lévis-Mirepoix
1953. Remise de l'épée d'académicien au duc de Levis-Mirepoix à Mirepoix (1953) - 53Fi4942.jpg
Antoine de Lévis-Mirepoix en 1953.
Fonction
Président
Association d'entraide de la noblesse française
-
Guy de Polignac (d)
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
LavelanetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions

Antoine de Lévis-Mirepoix (Antoine Pierre Marie François Joseph de Lévis-Mirepoix), dit duc de Lévis-Mirepoix, né à Léran (Ariège) le 1er août 1884 et mort à Lavelanet (Ariège) le 16 juillet 1981, est un romancier, historien et essayiste français, membre de l'Académie française. Il était le 5e duc de San Fernando Luis, Grand d'Espagne, et le 4e baron de Lévis-Mirepoix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Noblesse espagnole[modifier | modifier le code]

Il succéda à son père, Charles François Henri de Lévis-Mirepoix, (1849-1915) au titre ducal de San Fernando Luis et à la dignité de Grand d'Espagne, qui lui furent confirmés par décret royal espagnol du 25 juin 1916. Par décret présidentiel du 24 août 1961, le général de Gaulle autorisa le port en France du titre de duc (autorisation accordée à titre viager), mais Antoine de Lévis-Mirepoix portait déjà depuis des années le titre de courtoisie de duc de Lévis-Mirepoix.

D'une guerre à l'autre[modifier | modifier le code]

Il participa à la Première Guerre mondiale, notamment à la Bataille de la Somme, en 1916.

Il est élu mainteneur de l'Académie des Jeux floraux de Toulouse en 1924. Il devint président de l'Association d'entraide de la noblesse française (ANF) en 1934 et le resta jusqu'en 1966.

Antoine de Lévis-Mirepoix est indissociable de l'histoire de la cité de Mirepoix, dont il fut maire par délégation spéciale durant l'Occupation. Son nom figure dans la liste des titulaires de l’ordre de la Francisque.

L'Académie française[modifier | modifier le code]

Il collabore occasionnellement au Courrier français (1948-1950)

Il est élu à l’Académie française le 29 janvier 1953, le même jour que Fernand Gregh et Pierre Gaxotte. Il succédait à Charles Maurras qui, bien que radié de l’Académie après la Libération, n’avait pas été remplacé de son vivant. Lors de son discours de réception, il fait l'éloge de son prédécesseur, ce qui est contraire aux usages de succession après un académicien exclu. Proche de l'Action française, il collabore à La Nation française de Pierre Boutang et Michel Vivier.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Philippe Auguste et ses trois femmes, Coll. Histoire, XXXIII, Club des Libraires de France, Paris, 1962, 328 p.
  • Jeanne de France, fille de Louis XI. La Cendrillon des Valois, Flammarion, 2e trim. 1943.
  • Les Guerres de Religion 1559-1610, Coll. Connaissance de l'histoire - Arthème Fayard, 1950.
  • Les Campagnes ardentes (ouvrage couronné par l'Académie française).
  • La vie des poupées, contes à ma fille.

Romans :

  • Le papillon noir.
  • Le nouvel apôtre.
  • Le baiser de l'antéchrist.
  • Le voyage de Satan.

Romans historiques :

  • Montségur.
  • Le seigneur inconnu.

Mémoires :

  • Latouche-Tréville à Naples.

Reportages :

  • Vieilles races et temps nouveaux.

Histoire :

  • Les trois femmes de Philippe-Auguste.
  • Le siècle de Philippe le Bel.
  • Jeanne de France, fille de Louis XI.
  • François Ier (prix Gobert).
  • La France de la Renaissance (grand prix Gobert de l'Académie Française 1948).
  • Les guerres de religions (1559-1610) (Fayard, Paris, octobre 1950).
  • Aventures d'une famille française [histoire de la famille de Lévis, sa propre famille] (1955).
  • Le cœur secret de Saint-Simon.
  • La guerre de Cent Ans (Albin Michel, 1973)
  • La France Féodale (en 6 volumes, Librairie Jules Tallandier, 1977).

En collaboration avec le Comte Félix de Vogüé :

  • La politesse, son rôle, ses usages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Chaffanjon, Grandes familles de l'histoire de France, Éditions Albatros, 1980.
  • Hubert Cuny et Nicole Dreneau, Le Gotha français : état présent des familles ducales et princières (depuis 1940), L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 1989 (ISBN 2-908003-00-7)
  • Comité de Défense du Château de Lagarde "chateau-lagarde.com"

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]