Émile Henriot (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henriot.
Ne doit pas être confondu avec Émile Henriot (chimiste).
Émile Henriot
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Distinction

Émile Henriot, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un poète, écrivain, essayiste et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du caricaturiste Henri Maigrot, dit Henriot, Émile Henriot participe à la Première Guerre mondiale.

Journaliste au Temps entre les deux guerres, il devient le critique littéraire du Monde, héritier du Temps à la Libération.

De 1908 à 1911, il participe au club des Longues moustaches.

Il a popularisé le terme « nouveau roman » dans un article du journal Le Monde en 1957 — le terme fut employé pour la première fois par Bernard Dort en avril 1955[1] —, critiquant le roman La Jalousie, d'Alain Robbe-Grillet et la réédition de Tropisme de Nathalie Sarraute, et caractérisant sous ce vocable un mouvement littéraire regroupant quelques écrivains appartenant principalement aux Éditions de Minuit.

Émile Henriot est élu à l’Académie française le 12 avril 1945, aucun concurrent ne se présentant contre lui.

Son épouse née Germaine Gounod, petite-fille de Charles Gounod, est décédée en 1971 à 79 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Poèmes à Sylvie (1906)
  • Eurynice (1907)
  • Petite suite italienne (1909)
  • XI portraits dont un de femme (1909)
  • Jardins à la Française (1911)
  • L’Instant et le Souvenir (1912)
  • Vignettes romantiques et turqueries (1912)
  • À quoi rêvent les jeunes gens ? (1913)
  • La Flamme et les Cendres (1914)
  • Bellica (1915)
  • Le carnet d’un dragon dans les tranchées (1918)
  • Valentin (1918)
  • Le diable à l’hôtel ou les plaisirs imaginaires (1919)
  • Les Temps innocents (1921)
  • Courrier littéraire I (1922)
  • Aquarelles (1922)
  • Aventures de Sylvain Dutourd (1923)
  • Livres et portraits, 3 vol. (1923-1927)
  • Aricie Brun ou les Vertus bourgeoises (1924), Grand prix du roman de l'Académie française
  • Stendhaliana (1924)
  • Courrier littéraire II (1925)
  • Les livres du second rayon (1925)
  • Promenades pittoresques sur les bords de la Seine (1926)
  • L’enfant perdu (1926)
  • Éloge de la curiosité (1927)
  • Journal de bord (1927)
  • Esquisses et notes de lecture (1928)
  • Alfred de Musset (1928)
  • Promenades italiennes (1928)
  • L’art de former une bibliothèque (1928)
  • Romanesques et romantiques (1930)
  • Les occasions perdues (1931)
  • Épistoliers et mémorialistes (1931)
  • La marchande de couronnes (1932)
  • En Provence (1932)
  • Courrier littéraire : XVIIe siècle (1933)
  • Le pénitent de Psalmodi (1933)
  • Vers l’oasis en Algérie (1935)
  • Portraits de femmes, d’Héloïse à Marie Bashkirtseff (1935)
  • Tout va finir (1936)
  • Portraits de femmes, de Marie de France à Katherine Mansfield (1937)
  • Le livre de mon père (1938)
  • Recherche d’un château perdu (1941)
  • Le pèlerinage espagnol (1942)
  • Quatre nouvelles (1944)
  • Poètes français, 2 vol. (1944-1946)
  • Naissances (1945)
  • Courrier littéraire : XIIIe siècle, 2 vol. (1945)
  • Beautés du Brésil (1946)
  • Courrier littéraire : XIXe siècle, autour de Chateaubriand (1948)
  • La rose de Bratislava (1948)
  • Courrier littéraire : XIXe siècle, Stendhal, Mérimée et leurs amis (1948)
  • Les fils de la louve (1949)
  • Tout va recommencer sans nous (1951)
  • Courrier littéraire III (1953)
  • Les Jours raccourcissent, poésies (1954)
  • Courrier littéraire : XIXe-XXe siècles, 2 vol. (1955-1956)
  • Au bord du temps (1958)
  • Rencontres en Ile de France (1958 Hachette - bibliothèque des Guides bleus)
  • On n’est pas perdu sur la terre (1960)
  • Raymonde Heudebert - Peintures, dessins, coécrit avec Jean Cassou et Claude Roger-Marx, Éditions Galerie du Cercle, Paris, 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]