Gaëtane Thiney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gaëtane Thiney
Image illustrative de l’article Gaëtane Thiney
Gaëtane Thiney en 2015.
Situation actuelle
Équipe Paris FC
Numéro 17
Biographie
Nom Gaëtane Iza Laure Thiney[1]
Nationalité Française
Naissance (36 ans)
Troyes (France)
Taille 1,69 m (5 7)[2]
Poste Milieu offensif, Attaquante
Pied fort Droit
Parcours junior
Années Club
1990-1998 ASS Brienne-le-Château
1998-2000 Saint-Memmie Olympique
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2000-2006 Saint-Memmie Olympique 1260(22)
2006-2008 US Compiègne CO 0450(31)
2008- FCF Juvisy / Paris FC 3410(180)
2021 Gotham du NJ/NY 130(2)
Total 5250(235)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2005-2007 France -21 ans 0060(1)
2007-2019 France 1630(58)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 01 Juin 2022

Gaëtane Thiney, née le à Troyes, est une footballeuse internationale française. Elle joue depuis l'été 2008 au FCF Juvisy Essonne, devenu en 2017 le Paris FC. Elle évolue au poste de milieu offensif et d'attaquante en club, comme en sélection.

Elle mène en parallèle un projet professionnel comme conseillère technique nationale à la Fédération française de football, chargée du développement des pratiques du football chez les jeunes. Elle est marraine de l'association Team Léo du souffle pour Léonie et ses amis, qui a pour but de lutter contre la mucoviscidose.

Biographie[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Ses débuts en D1 à Saint-Memmie[modifier | modifier le code]

Gaëtane commence l'apprentissage du football chez les jeunes de l'ASS Brienne-le-Château, à quelques kilomètres à l'est de Troyes. Arrivant à un âge où la mixité n'est plus possible en compétition, elle rencontre la présidente de Saint-Memmie Olympique, Régine Pierre, et Marinette Pichon, qui lui propose plusieurs possibilités pour partir à l'internat. Elle fait finalement le choix de rester chez ses parents, et durant ses trois premières saisons, de 14 à 17 ans, s'entraînait donc avec les seniors garçons de Brienne-le-Château et allait jouer le week-end avec les filles de Saint-Memmie. Elle ne s'entraînait avec ces dernières que sur les périodes de vacances scolaires et sur la reprise de début de saison. Malgré la distance durant la semaine, elle est très rapidement intégrée par le coach Alain Rampant et les joueuses de l'équipe[3].

Elle fait ses débuts en première division le 17 septembre 2000 à seulement 14 ans contre Quimper[4]. Elle côtoie en club notamment Élise Bussaglia et Marinette Pichon. Avec Bussaglia, elle perd en finale la Coupe de France féminine des moins de 16 ans en 2001 avec l'équipe de la Ligue de Champagne-Ardenne[5]. Elle faisait face en D1 à des équipes comme Juvisy ou Toulouse, très difficiles à battre. L'écart avec son club de Saint-Memmie était énorme, alors qu'elle n'avait que 15 ans, elle jouait contre des filles de 25 ans, qui avait déjà joué un Championnat d'Europe. Mais, elle met en avant la cohésion qui était présente ainsi de son club[3].

Passage à l'US Compiègne (2006-2008)[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle vit en 2005 la mort douloureuse d'une de ses coéquipière, elle ressent le besoin de découvrir un autre club après six saisons à Saint-Memmie. Elle reçoit alors de nombreuses sollicitations, notamment de Toulouse, du PSG, de Juvisy... Elle rejoint finalement à 20 ans l'US Compiègne pour la saison 2006-2007. Étudiante à Reims, elle négocie avec son nouveau club la possibilité de rester vivre à Reims et venir jouer à Compiègne[3].

Dans ce club de l'Oise, elle réalise une première saison correcte avec sa nouvelle équipe en 1re division, mais ne peut empêcher son club d'être relégué à l'échelon inférieur à l'issue du championnat. Se lassant des deux heures de route les jours d'entraînement, elle emménage finalement à Compiègne la deuxième saison. Alors qu'elle reçoit des indemnités pour la première fois de ma vie, elle ne se voit pas de partir au bout d'un an et conditionne alors sa durée au club avec une remontée en D1. Elle inscrit 20 buts en 18 matchs de 2e division et termine meilleure buteuse de son groupe. Mais l'équipe termine deuxième et reste en D2, elle quitte ainsi le club[3].

FCF Juvisy puis Paris FC (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Gaëtane Thiney (ici au centre sur la devanture de la boutique du club) est l'une des figures de proue de l'équipe juvisienne.

Gaëtane Thiney a alors la volonté d'intégrer une équipe de haut niveau. Elle rejoint ainsi le FCF Juvisy, l'équipe la plus titrée à cette époque, à l'aube de la saison 2008-2009. Ayant cours à 8h à l'INSEP, et s'entraînant le soir à 19h30, elle avait des journées très chargées. Le travail athlétique est beaucoup plus intense dans ce club et la première année à Juvisy, elle perd six kilos[3]. Elle inscrit tout de même 10 buts en 21 apparitions, aidant son club à terminer troisième du championnat de D1. La saison suivante, son club termine dauphin de l'Olympique lyonnais, et peut qualifie alors pour le tour préliminaire de la Ligue des champions 2010-2011. Durant cette saison, elle réalise un parcours européen jusqu'en quarts de finale et inscrit quatre buts en 9 apparitions, puis achève le championnat avec 11 réalisations en 21 matchs. Elle termine de nouveau à la deuxième place du championnat lors de la saison 2011-2012, mais améliore son record avec 14 buts marqués en 22 matchs et remporte surtout le trophée UNFP de la meilleure joueuse de Division 1, où elle était en concurrence avec Camille Abily et Lotta Schelin.

Lors de la saison 2012-2013, le FCF Juvisy finit 3e du championnat de France, et surtout va jusqu'en demi-finale de la Ligue des champions féminine, avant de tomber contre Lyon. Thiney met en avant l'alliance trouvée entre l'entraîneuse Sandrine Mathivet, la présidente Marie-Christine Terroni, Sandrine Soubeyrand et toutes les joueuses de cette génération-là, qui a permis cet exploit[3]. Toutes compétitions confondues, Gaëtane Thiney inscrit 20 buts en 27 matchs.

2013-2014 est la saison la plus marquante de sa carrière : de nouveau à la 3e place du championnat de France de ; Meilleure joueuse de première Division (trophée UNFP) ; Meilleure buteuse de D1 avec 25 buts en 22 rencontres.

Face à une compétition acharnée, la saison 2014-2015 est, pour le club de Juvisy, une année de développement sur le plan sportif et organisationnel. Le club conforte ainsi sa place dans le haut classement.

La saison 2015-2016 est un peu plus difficile pour le club qui finit à la 4e place derrière Montpellier. Le club s'offre toutefois une belle fin de saison, avec notamment une victoire 1-3 contre Montpellier, match lors duquel Gaëtane inscrit un but et délivre deux passes décisives, et un match nul face au Paris Saint-Germain Football Club (féminines) où Gaëtane Thiney délivre une passe décisive.

La saison 2016-2017 est une très mauvaise saison pour le club, qui termine seulement à la cinquième place. Gaëtane Thiney termine toutefois deuxième passeuse du championnat et meilleure passeuse française. Lorsque Juvisy cède ses droits sportifs au Paris FC, Gaëtane Thiney renouvelle son engagement au club en signant un contrant de deux saisons.

Gaëtane Thiney inscrit également le premier but du championnat de D1 féminine de 2017-2018, contre le FC Fleury. Le match se solde par une victoire 1-5 du Paris FC, avec un triplé de Gaëtane. Lors de la saison 2017-2018 elle inscrit son 150e but en première division féminine le contre le Rodez Aveyron Football.

Elle atteint et dépasse les 300 matchs avec le FCF Juvisy/Paris FC lors de la saison 2019-2020. Le lors du match contre Fleury (1-1), elle joue son 400e match en D1[4].

Prêt au Gotham FC[modifier | modifier le code]

Prolongeant d'une saison son contrat avec le Paris FC, le 8 juin 2021, elle est prêtée jusqu'au 31 décembre 2021 au Gotham du NJ/NY en NWSL[6].

En sélection[modifier | modifier le code]

Gaëtane Thiney (à droite, en bleu) et Bianca Schmidt lors du match France - Allemagne de la coupe du monde de football féminin 2011.

Gaëtane commence son parcours en équipe de France des moins de 19 ans et devient avec les Bleuettes, sous les ordres de Bruno Bini, championne d'Europe des moins de 19 ans en 2003, avec notamment Élise Bussaglia, Laure Lepailleur, Ophélie Meilleroux ou encore Élodie Thomis.

Elle fait sa première apparition en équipe de France le face à la Chine (victoire 2-0), où elle marque un sublime but de l'extérieur du droit sous la transversale.

Elle participe par la suite à son premier tournoi majeur avec les Bleues lors de l'Euro féminin 2009, où elle inscrit son seul but de la compétition, en phase de groupe contre les futures championnes d’Europe allemandes (défaite 1-5).

Gaëtane se révèle décisive en sélection lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2011, inscrivant son premier triplé face à l’Estonie le (victoire 12-0), l'unique but du match en Islande, qualifiant la France pour les barrages, puis un nouveau triplé dans ses terres natales face à la Serbie (victoire 7-0) au Stade de l'Aube, et enfin contribue avec un superbe but lors du barrage retour en Italie (victoire 3-2) à la qualification des Bleues pour la Coupe du monde en Allemagne. Pendant neuf mois (du au ), et du 16 au , elle est seule meilleure buteuse en activité en sélection.

Durant la Coupe du monde, elle contribue grandement à qualifier les Bleues pour les quarts de finale dès leur deuxième match face au Canada (victoire 4-0), en inscrivant un doublé pendant la rencontre : elle ouvre le score de la tête, puis double la mise sur une frappe enroulée des 20 mètres au ras du poteau droit[7] et sera élue « joueuse du match ». Par la suite, Gaëtane et les Bleues terminent à la 4e place de cette compétition, après la défaite contre la Suède (1-2).

Elle est victorieuse avec l'équipe de France du tournoi de Chypre en [8].

Elle participe aux Jeux Olympiques de Londres et commence sa compétition par un but contre les États-Unis, équipe championne olympique en titre. Les bleues iront jusqu’en demi-finale et terminent la compétition à la 4e place après un match contre le Japon, où elles perdent de peu devant 60 000 personnes au stade de Wembley.

En 2013, elle atteint les ¼ de finale de l’euro contre le Danemark, ce qui sera ressenti comme une contre performance après leurs performances aux JO. En club avec le FCF Juvisy, Gaëtane parvient jusqu’aux demi-finales de la Ligue des champions féminine de l’UEFA.

En 2014, Gaëtane Thiney confirme son statut de cadre de l'équipe de France en inscrivant 15 but en 17 matchs et se qualifie pour la coupe du monde.

2015, année de la coupe du monde, elle finit 2e avec l'équipe de France du tournoi de l’Algarve, vaincue en finale par les États-Unis. En demi-finale contre le Japon, Gaëtane inscrit un doublé et offre une très belle passe décisive.

Été 2015, la France est éliminée par l'Allemagne aux tirs au but en 1/4 de finale lors de la Coupe du monde. Entrée en jeu lors des prolongations, Gaëtane Thiney tire le 1er penalty et marque face à Nadine Angerer. Les Bleues, pourtant favorites de la compétition, sont éliminées à la suite de l'arrêt du 5e tir par la gardienne allemande.

Fin , Gaëtane n'est pas sélectionnée pour la double confrontation contre les Pays-Bas et l'Ukraine. Le sélectionneur Philippe Bergeroo invoque un choix sportif [9], alors que Camille Abily accuse quant à elle Gaëtane d'être "sortie du cadre"[10]. Malgré ses 11 buts avec Juvisy lors de la saison 2015-2016, Gaëtane ne sera jamais rappelée sous l'ère Bergeroo. Non sélectionnée pour les JO 2016, elle sort enfin de son silence et accepte de donner une interview pour le journal l'Equipe[11]. Elle réfute les accusations de mauvais comportement colportées par son ancienne coéquipière, déclarations qu'elle met sur le compte de "l'euphorie".

Après l'élimination précoce de la France en quarts de finale des Jeux Olympiques, Olivier Echouafni est nommé pour remplacer Philippe Bergeroo à la tête des Bleues et rappelle Gaëtane Thiney.

Au , elle compte 136 sélections et 55 buts en équipe nationale.

Le , elle est convoquée parmi les 23 pour disputer la coupe du monde 2019[12].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Détails par saison[modifier | modifier le code]

Statistiques de Gaëtane Thiney au 01 Juin 2022[4]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
France Total
Division M. B. M. B. Comp. M. B. M. B. M. B.
2000-2001 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique N1A 22 3 - - - - - - - 22 3
2001-2002 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique N1A 20 2 - - - - - 20 2
2002-2003 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique D1 20 3 - - - - - 20 3
2003-2004 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique D1 22 1 - - - - - 22 1
2004-2005 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique D1 20 6 - - - - - 20 6
2005-2006 Drapeau de la France Saint-Memmie Olympique D1 22 7 - - - - - 22 7
Sous-total 126 22 - - - - - 126 22
2006-2007 Drapeau de la France US Compiègne CO D1 21 5 2 1 - - - 8 2 31 8
2007-2008 Drapeau de la France US Compiègne CO D2 18 20 4 5 - - - 8 3 30 28
Sous-total 39 25 6 6 - - - 16 5 61 36
2008-2009 Drapeau de la France FCF Juvisy D1 21 10 3 0 - - - 7 0 31 10
2009-2010 Drapeau de la France FCF Juvisy D1 22 9 4 1 - - - 13 8 39 18
2010-2011 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 21 11 5 4 WCL 9 4 14 8 49 27
2011-2012 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 22 14 3 2 - - - 18 9 43 25
2012-2013 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 17 13 2 5 WCL 8 2 19 5 46 25
2013-2014 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 22 25 5 3 - - - 22 15 49 43
2014-2015 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 22 14 4 4 - - - 18 5 44 23
2015-2016 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 21 11 3 3 - - - - - 24 14
2016-2017 Drapeau de la France FCF Juvisy Essonne D1 21 8 4 3 - - - 14 0 39 11
2017-2018 Drapeau de la France Paris Football Club D1 22 11 2 1 - - - 5 2 29 14
2018-2019 Drapeau de la France Paris Football Club D1 22 8 4 2 - - - 15 1 41 11
2019-2020 Drapeau de la France Paris Football Club D1 14 2 1 0 - - - 2 0 17 2
2020-2021 Drapeau de la France Paris Football Club D1 22 3 1 0 - - - 0 0 23 3
2021-2022 Drapeau de la France Paris Football Club D1 11 3 3 4 - - - - - 14 7
Sous-total 280 142 44 32 - 17 6 147 53 488 233
2021 Drapeau des États-Unis Gotham du NJ/NY (prêt) NWSL 13 2 - - - - - - - 13 2
Sous-total 13 2 0 0 - - - - - 13 2
Total sur la carrière 458 191 50 38 - 17 6 163 58 688 293

https://www.footofeminin.fr/Coupe-de-France-Aucune-surprise-pour-les-seiziemes-de-finale-retrouvez-tous-les-resumes-_a8269.html

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Tableau réalisé d'après les statistiques et les rapports de matchs officiels de la Fédération française de football[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« List of Players - France » [PDF], sur fifa.com, , p. 11.
  2. (en) Liste complète des équipes à la Coupe du monde 2019, sur www.fifadata.com
  3. a b c d e et f Sebastien Duret, « #D1Arkema - Gaëtane THINEY : "Je n'ai pas choisi la facilité" », sur Footofeminin.fr, (consulté le )
  4. a b et c Sebastien Duret, « #D1Arkema - 400e match en D1 pour Gaëtane THINEY ce samedi », sur Footofeminin.fr, (consulté le )
  5. Frédéric Hamelin & Hugo Lebrun, « Finales jeunes : les sentiers de la gloire », Onze Mondial, no 150,‎ , p. 22-23 (ISSN 0995-6921)
  6. « Transferts (F) : Gaëtane Thiney prolonge avec le Paris FC qui la prête au Gotham FC (États-Unis) », sur L'Équipe, (consulté le )
  7. Mondial : les Bleues faciles face au Canada, sur lejdd.fr
  8. « Les Bleues déjà en forme olympique », sur fr.fifa.com,
  9. Claire GAILLARD à Jean-Bouin, « Philippe Bergeroo : «Thiney ? Ça reste dans le groupe» », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Rédaction, « Camille Abily comprend l'absence de Gaëtane Thiney en équipe de France », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Claire GAILLARD, « Gaëtane Thiney : «J'y pense chaque jour » », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Coupe du monde féminine de football 2019 : la liste des 23 Bleues sélectionnées.
  13. « Fiche de Gaëtane Thiney », sur FFF.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :