Laure Boulleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laure Boulleau
Image illustrative de l'article Laure Boulleau
Laure Boulleau en janvier 2013
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 3
Biographie
Nom Laure Pascale Claire Boulleau
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (31 ans)
Lieu Clermont-Ferrand (France)
Taille 1,60 m (5 3)
Période pro. 2003-
Poste Arrière gauche
Pied fort Gauche
Parcours junior
Saisons Club
2001 Drapeau : France FC Riomois
2001-2002 Drapeau : France FF Yzeure
2002-2003 Drapeau : France Le Puy Foot
Parcours professionnel1
Saisons Club 0M.0(B.)
2003-2005 Drapeau : France Clairefontaine 035 0(0)
2005- Drapeau : France Paris SG 215 (16)
Sélections en équipe nationale2
Années Équipe 0M.0(B.)
2006 Drapeau : France France U20 005 0(1)
2006-2007 Drapeau : France France U21 005 0(0)
2005- Drapeau : France France 065 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 2 février 2017

Laure Boulleau (de son complet Laure Pascale Claire Boulleau[1]), née le à Clermont-Ferrand (France), est une footballeuse internationale française. Elle évolue au poste d'arrière latérale gauche au Paris Saint-Germain, avec qui elle est vice-championne de France en 2011, 2013, 2014 et 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Laure Boulleau est remarquée en jouant au collège par un surveillant qui entraine le club du FC Riomois. Elle y joue quelques mois avec l'équipe masculine des moins de 13 ans en DH puis évolue dans les clubs auvergnats du Nord Allier Yzeure (désormais FF Yzeure) et de l'Entente Saint-Maurice Yssingeaux . Durant un match disputé avec l'équipe d'Auvergne pour la coupe nationale, elle se fait remarquer par les observateurs du CNFE Clairefontaine et le rejoint dans la foulée en 2003[2],[3], elle en est pensionnaire en même temps que Blaise Matuidi[4], futur joueur lui aussi du Paris Saint-Germain. Elle rejoint l'équipe féminine du Paris Saint-Germain en 2005 et est très attachée à ce club[5], déclinant notamment une offre de l'Olympique Lyonnais avant la reprise du PSG par Qatar Sports Investments[6] et la professionnalisation de l'équipe féminine qui en découla en 2012[7].

L'agence française de lutte contre le dopage (AFLD) ouvre une procédure contre elle pour trois manquements à des contrôles anti-dopage durant une période de dix-huit mois : absence le 29 mars 2013 et le 25 février 2014, oubli du formulaire de localisation le 10 juin 2014[8] (le contrôle inopiné peut avoir lieu n'importe où[9]). Du fait du changement de règlement faisant passer la période des trois manquements de 18 à 12 mois et de sa présence en équipe de France (Guyane) lors de l'oubli de sa localisation[10], la commission de l'AFLD l'a relaxée[11],[8].

En sélection[modifier | modifier le code]

Laure Boulleau dispute avec l'équipe de France le championnat d'Europe des moins de 19 ans en 2004 puis connait sa première sélection avec l'équipe A en 2005 contre les Pays-Bas[12]. Elle dispute la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2006, y marquant un but lors du premier match contre l'Argentine. Elle est sélectionnée par Bruno Bini pour disputer la Coupe du monde 2011 en Allemagne et termine à la quatrième place. Elle est également quatrième des Jeux Olympiques 2012 à Londres où l'équipe de France perd le match de la troisième place contre le Canada. En avril 2015, elle est sélectionnée parmi les 23 joueuses qui vont à la Coupe du monde de football féminin 2015. Elle participe aux quatre premiers matches mais manque le quart de finale perdu face à l'Allemagne à cause d'une blessure au genou.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Dans une entrevue avec Le Parisien en février 2016, Blaise Matuidi indique que Laure Boulleau défend très bien et qu'elle lui fait penser à Bixente Lizarazu[13].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Laure Boulleau au 2 février 2017[14]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B C M B M B
2003-2004 Drapeau de la France CNFE Clairefontaine Division 1 17 0 - - - - - 17 0
2004-2005 Drapeau de la France CNFE Clairefontaine Division 1 18 0 - - - - - 18 0
Sous-total 35 0 - - - - - 35 0
2005-2006 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 11 2 - - - - - 11 2
2006-2007 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 16 3 - - - - - 16 3
2007-2008 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 13 2 3 0 - - - 16 2
2008-2009 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 9 0 - - - - - 9 0
2009-2010 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 21 2 5 0 - - - 26 2
2010-2011 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 16 0 1 0 - - - 17 0
2011-2012 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 17 1 5 0 C1 4 0 26 1
2012-2013 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 19 2 5 1 - - - 24 3
2013-2014 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 18 2 3 0 C1 2 0 23 2
2014-2015 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 15 1 2 0 C1 5 0 22 1
2015-2016 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 10 0 3 0 C1 4 0 17 0
2016-2017 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 2 0 0 0 C1 0 0 2 0
2017-2018 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Division 1 6 0 0 0 - - - 6 0
Sous-total 173 15 27 1 - 15 0 215 16
Total sur la carrière 207 15 27 1 - 15 0 249 16

En sélection[modifier | modifier le code]

Sélection Année Statistiques
Matchs Buts
France 2005 1 0
2006 1 0
2007 0 0
2008 0 0
2009 1 0
2010 6 0
2011 11 0
2012 13 0
2013 13 0
2014 6 0
2015 9 0
Total 61 0

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Drapeau : France Équipe de France :

En club[modifier | modifier le code]

Drapeau : France Paris Saint-Germain :

Vie privée[modifier | modifier le code]

En parallèle de sa carrière footballistique, Laure Boulleau poursuit ses études de kinésithérapeute[15],[16] à Saint-Maurice (94)[17].

Depuis juin 2012, elle possède un compte Twitter sur lequel elle est très active et très suivie (en mars 2017, 2 000 messages et 214 000 abonnés). Toujours disponible pour les médias, elle a reçu le « Prix de la sportive numérique » en 2013[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« List of Players - France » [PDF], sur fifa.com, , p. 11
  2. Fédération française de football, « Joueuse - Laure BOULLEAU » (consulté le 4 décembre 2014)
  3. L'Équipe, « Laure Boulleau, au bonheur d’une Parisienne » (consulté le 4 décembre 2014)
  4. « Laure Boulleau, l'atout charme du football féminin français » (consulté le 4 décembre 2014)
  5. PSG, « Laure Boulleau répond à vos questions », (consulté le 4 décembre 2014)
  6. Koralee Cano, « Laure Boulleau (PSG) "J'essaie de tourner cette petite page noire" », (consulté le 4 décembre 2014)
  7. Foot d'Elles, « Les féminines du PSG dans une nouvelle dimension - Intérieur clubs », (consulté le 4 décembre 2014)
  8. a et b L'Équipe, « Dopage - Bleues: Laure Boulleau, relaxée dans l'affaire des contrôles antidopage, est qualifiable pour le Mondial », (consulté le 23 mai 2015)
  9. Franck Gineste, « J'ai eu peur de perdre mon métier », (consulté le 27 mai 2015)
  10. Le Parisien, « La footballeuse Laure Boulleau espère éviter une suspension », (consulté le 23 mai 2015)
  11. Le Parisien, « Dopage : la footballeuse du PSG Laure Boulleau relaxée », (consulté le 23 mai 2015)
  12. Esprit Bleu, « Laure BOULLEAU - L'équipe de France Olympique » (consulté le 23 mai 2015)
  13. Le Parisien, « VIDEOS. PSG : Matuidi - Boulleau, conversation complice »,
  14. « Statistiques de Laure Boulleau », sur Footofeminin.fr
  15. Maxime Lambert, « Equipe de France féminine: Laure Boulleau, "On va jouer la médaille d'or, et on a l'équipe pour" », (consulté le 4 décembre 2014)
  16. Le Parisien, « « C'est la belle vie ! », (consulté le 4 décembre 2014)
  17. ChtieduCartois, « Actualité - Féminines Universitaires », (consulté le 4 décembre 2014)
  18. Rémi Chevrot, « Féminines - Laure Boulleau, atout communication », (consulté le 4 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :