Géminides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Géminides
Observation des Géminides en 2013 dans l'hémisphère nord.
Observation des Géminides en 2013 dans l'hémisphère nord.
Caractéristiques
Parent (3200) Phaéton
Mois décembre
Date du maximum 12-14 décembre
Vitesse 35 km/s
Taux horaire zénithal 75+
Radiant
Constellation Gémeaux
Coordonnées équatoriales α : 7h 28m 0s
δ : 32° 0′ 0″

Localisation dans la constellation : Gémeaux

(Voir situation dans la constellation : Gémeaux)
Gemini IAU.svg

Les Géminides sont une pluie d'étoiles filantes observable chaque mois de décembre.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Géminides sont observées pour la première fois à Manchester par l'astronome anglais Robert Philips Greg en décembre 1861[1] (une date très récente par rapport à d'autres essaims tels que les Perséides ou les Léonides), probablement en raison du mauvais temps en hiver et d'un accroissement de leur activité[2].

Observations[modifier | modifier le code]

Les météores de cet essaim peuvent être vus à la mi-décembre et avec habituellement un pic autour du 12 au 14 du mois[3].

Pour les observer, Il suffit de regarder la constellation des Gémeaux au-dessus de l'horizon est. Cependant, les plus longues et les plus brillantes étoiles filantes de cet essaim peuvent apparaître presque n'importe où sur le ciel[3].

Ils ont une vitesse moyenne de 35 km/s, environ la moitié de celle des Perséides, ce qui leur donne une couleur jaunâtre et explique que seulement 4 % laissent des traînées[4].

Origine[modifier | modifier le code]

L'essaim des Géminides semble provenir de (3200) Phaéton, astéroïde du groupe de Pallas qui passe près du Soleil tous les 1,4 an[5]. La masse qui s'en échappe est cependant beaucoup trop faible pour expliquer l'essaim, à moins que Phaéton n'ait été beaucoup plus actif dans un passé récent (noyau inactif d'une comète morte ou dormante)[6].

Activité annuelle[modifier | modifier le code]

Année Activité Pic d'activité THZmax[7]
2006 7-17 décembre 14 décembre 115
2007 15 décembre 122
2008 14 décembre 139
2009 13 décembre 120
2010 7-17 décembre 14 décembre 127
2011 14 décembre 198
2012 4-17 décembre 13-14 décembre 109
2013 4-17 décembre 14 décembre 134
2014 11-19 décembre 14 décembre 253
2015 4-17 décembre 13 et 14 décembre 120
2016
2017 4-17 décembre 13 et 14 décembre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Philips Greg, E.W. Brayley, A. S. Herschel & J. Glaisher, Report on Observations of Luminous Meteors, 1862–63 (London, 1864) ; R.P. Greg, « A general comparative table of radiant – positions and duration of meteor-showers », Mon. Not. R. Astron. Soc., vol 32, 1872, p.345–354.
  2. (en) Petrus Matheus Marie Jenniskens, Meteor Showers and Their Parent Comets, Cambridge University Press, , p. 400.
  3. a et b Guillaume Cannat, Le ciel à l'œil nu en 2017, Nathan, , p. 132.
  4. (en) Gary W. Kronk, Meteor showers: a descriptive catalog, Enslow Publishers, , p. 246.
  5. « Ça se passe là haut... », sur www.ca-se-passe-la-haut.fr
  6. (en) Man-To Hui et Jing Li, « Resurrection of (3200) Phaethon in 2016 », The Astronomical Journal, vol. 153, no 1,‎ , article no 23 (DOI 10.3847/1538-3881/153/1/23).
  7. (en) IMO Meteor Shower Calendar - Geminids

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]