Pluie de météores

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple de pluie de météores, les orionides.

Une pluie de météores, ou pluie d'étoiles filantes, est un phénomène lumineux provoqué par l'entrée dans l'atmosphère terrestre d’un nombre plus ou moins important de corps solides extraterrestres à une certaine période de l'année. Le terme d'essaim, d'étoiles filantes, météorique, ou par abus de langage, météoritique, est aussi employé.

Nature du phénomène[modifier | modifier le code]

La pluie d'étoiles filantes, également appelées météores, se produit lorsque la Terre traverse l'orbite d'une comète ou d'un astéroïde ayant laissé un nuage de poussières sur son passage. Ce nuage est aussi appelé par abus de langage un essaim météoritique. Lorsque ces poussières entrent dans l’atmosphère, elles provoquent des traînées lumineuses causées par l'ionisation de l'air échauffé sur leur trajectoire (phénomène dû principalement à la compression de l'atmosphère en avant du corps supersonique (et non à une friction)[réf. nécessaire]. La chaleur rayonnée par le gaz atmosphérique provoque la fusion de la surface du corps, et la vaporisation d'une partie de cette matière, ce qui ajoute à l'émission lumineuse d'origine atmosphérique, des lumières d'incandescence er de fluorescence liées à cette matière extraterrestre. Cette luminescence se produit entre 85 et 120 km d'altitude avec des vitesses comprises typiquement entre 10 à 12 km/s} jusqu'à de l'ordre de 80 km/s, entre 40 000 et 290 000 km/h.

Les étoiles filantes les plus brillantes et les plus durables sont appelées des bolides. Lors des essaims, par un effet de perspective, elles semblent toutes provenir d'un point appelé radiant.

Les pluies de météores et leur essaim sont nommés d'après la constellation où est situé le radiant ; par exemple, les orionides émergent d'un radiant situé dans la constellation d'Orion). Afin de différencier des essaims ayant leur radiant dans une même constellation, on ajoute le plus souvent le nom d'une étoile proche du radiant (Êta aquarides) ou le mois d'activité de l'essaim (bootides de juin).

La majorité des essaims météoritiques sont associés à des comètes ; cependant quelques-uns sont liés à des astéroïdes. Ainsi l'essaim des géminides est alimenté par l'astéroïde Phaéton ; ceci laisse supposer que ce dernier serait un noyau de comète devenu inactif.

Périodicité et intensité[modifier | modifier le code]

Chaque pluie de météores se produit tous les ans à la même période de l'année. Cette période peut durer de plusieurs semaines à quelques heures ; elle présente généralement un pic d’activité plus bref. Par exemple, les perséides, la plus célèbre des pluies d’étoiles filantes, se produisent entre le 17 juillet et le 24 août avec un maximum d’activité vers le 12 août.

Pour estimer le pic d'activité, les éphémérides donnent le taux horaire zénithal (THZ). Cette valeur théorique correspond au nombre d’étoiles filantes qu’un observateur, bénéficiant d’un ciel clair et d’une nuit parfaitement noire, verrait toutes les heures si le radiant était situé au zénith[1]. Ces conditions étant rarement réunies, il est difficile de prévoir quel sera en pratique le nombre de météores. Mais celui-ci peut être nettement supérieur au ZHR dans le cas où l’essaim a été ré-alimenté par le passage récent de la comète à laquelle il est associé. Cela peut donner des pluies de météores spectaculaires comme en 1966, avec les léonides observées aux États-Unis et au Mexique, avec un taux horaire de 150 000[2]. On parle alors de tempête d’étoiles filantes.

Il existe plus d’une centaine d’essaims actifs, la plupart sont mineurs et donnent des pluies de faible intensité, d'autres sont diurnes[3].

Une tempête de météorites (it) est une pluie de météores qui a un taux horaire zénithal supérieur à 1000.

Liste des essaims météoritiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : liste d'essaims météoritiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]