Yaniss Odua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yaniss Odua
Genre musical Reggae / ragga
Années actives Depuis 1988
Site officiel http://www.yanissodua.com/

Yaniss Odua est né en 1978 . Chanteur de Reggae / Dancehall, originaire de l'île de la Martinique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yaniss Odua commence à chanter à l'âge de 10 ans, par l'intermédiaire de son cousin, Daddy Harry, connu du milieu dancehall antillais. Grâce à lui, il a fréquenté très jeune les sounds systems martiniquais. À 13 ans, il sort son premier album Little Yaniss[1] et a été présentateur de l'émission Ragga'zine sur RFO[2].

En 1998, il s'installe à Paris[2].

Par la suite, on le retrouve sur des compilations : Dancehall Party, Jungle Party, Redzone : Eclipse Total ou encore Ultimatum et fit aussi une apparition sur l'album de Lord Kossity.

En 2001, il sort un premier single La caraïbe qui préfigure son futur album sorti en 2002 Yon Pa Yon. Pour Libération, cet album est "le disque reggae français qui s'approche le plus de la tendance dancehall actuelle avec des titres tels que Long Time ou On Your Mark"[2]. Cet album est nommé aux victoires de la musique en 2003.

En 2002, il chante sur le titre Y'en a marre' issu de l'album Françafrique du chanteur Tiken Jah Fakoly puis joue en première partie du concert de Bounty Killer à l'Élysée-Montmartre[2].

En 2003, il apparaît sur l'album de Don Choa, Vapeurs toxiques, album devenu très vite disque d'or. Il participe également à de nombreuses séries de One Riddim Albums et Compilations francophones tels que The Genesis, Savage, Juice, Dancehall Preview, Dancehall Academy, Bomboclaat, Jah Kingdom Mix-Tapes, etc.

En 2007, il cofonde le label Legalize Hits et sort un album intitulé High Tunes en collaboration avec Matinda et Straïka D.

En 2013, il sort son album Moment Idéal[3], qu'il a préparé pendant plus de 4 ans. Le single principal est "Rouge Jaune Vert", chanson où il exprime sa vision du mouvement rastafari[4].

En 2017, sort son nouvel album intitulé Nouvelle Donne où figure le titre "Refugee", où il explique de manière poignante l'histoire des réfugiés, le pourquoi et le comment, les guerres et les drames qui sévissent expliquant leur décision[5].

En 2020, la sortie de son nouvel album, initialement prévue en septembre est repoussée à 2021 en raison du coronavirus[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Cachin, « Yaniss Odua, le son du reggae », sur RFI, (consulté le )
  2. a b c et d Stéphanie Binet, « Gare au ragga », sur Libération, (consulté le )
  3. Timothy Mirthil, « Un moment idéal avec Yaniss Odua », sur Franceinfo, (consulté le )
  4. Annick Delefosse, « Yaniss Odua & Artikal Band - Montpellier », sur Nova, (consulté le )
  5. Gilbert Pytel, « Yaniss Odua, Recevoir et donner », Magazine Reggae Vibes, no 54,‎ , p. 45-46
  6. Albane Lussien, « Sortie d'album repoussée pour le chanteur de reggae martiniquais Yaniss Odua », sur Franceinfo, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]