Liste des ducs et duchesses de Brabant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ducs de Brabant)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brabant.
Maison des Ducs de Brabant, Grand-Place de Bruxelles.
Le duc Henri II de Brabant, ancêtre de la maison de Brabant-Hesse, branche subsistante actuelle de la maison de Brabant.

Le titre de duc de Brabant a été créé lorsque l'empereur Frédéric Barberousse éleva en 1183/1184 le landgraviat de Brabant en duché en faveur de Henri Ier de Brabant. En 1190, Henri Ier (1183-1235) succède à son père Godefroid III de Louvain comme duc de Basse-Lotharingie (Lothier), mais sans autorité territoriale ou judiciaire en dehors de ses propres comtés. À partir de 1288, les ducs de Brabant deviennent aussi ducs de Limbourg.

Actuellement, le titre de duc ou duchesse de Brabant désigne, depuis l'arrêté royal du , le fils ou la fille aînée du roi des Belges, prince héritier ou princesse héritière du trône de Belgique.

La Maison de Brabant-Hesse[modifier | modifier le code]

Lord Mountbatten descendant direct en ligne patrilinéaire ininterrompue de la maison de Brabant et du duc Henri II de Brabant.

La maison de Brabant ne s'est pas éteinte dans les mâles et existe toujours d'une façon ininterrompue jusqu'à nos jours. La branche cadette s'est perpétuée dans le Saint-Empire en devenant landgrave puis grand-duc de Hesse.

Cette branche subsistante est issue de Henri II, duc de Brabant, époux en premières noces de Marie von Hohenstauffen, et en seconde noces de Sophie de Thuringe, fille de Louis IV et de sainte Élisabeth de Hongrie. Ils sont les parents de Henri Ier de Hesse dit « l'Enfant de Brabant » (das Kind von Brabant) né le à Marbourg et mort le dans cette même ville et qui fut landgrave de Hesse de 1275 à sa mort.

Parmi les descendants de cette lignée figure Lord Mountbatten.

Les ancêtres des ducs de Brabant[modifier | modifier le code]

Les États de Brabant énuméraient traditionnellement la dynastie nationale brabançonne à partir de Pépin de Landen auquel était donné le numéro I dans l'ordre dynastique. Ils mentionnaient avant eux huit générations non reprises dans l'ordre et que l'on peut qualifier de fabuleuse ou légendaire mais qu'il est bon de connaître car ils figurent dans certaines chroniques[1] et sont représentés dans les arts.

Premiers dynastes légendaires[modifier | modifier le code]

  • I. Taxandre.
  • II. Ansegise.
  • III. Charles le Bel.
  • IV. Lando.
  • V. Austrasius.
  • VI. Charles Naso.
  • VII. Charles Hasbanius.
  • VIII. Carloman.

Premiers dynastes ayant régné sur le futur duché de Brabant[modifier | modifier le code]

Comtes de Louvain et de Bruxelles[modifier | modifier le code]

Boîte-reliquaire dite « Reliure de Maastricht ». Première moitié du XIe siècle. Contenait le livre du serment des ducs de Brabant. Musée du Louvre, département des Objets d'art, ancien trésor de la cathédrale de Maastricht.
marié en 994 à Gerberge, fille de Charles le Gros, duc de Basse Lotharingie
marié à Oda de Verdun (v.995 † après 1047), fille de Gothelon Ier, duc de Basse-Lotharingie et de Haute-Lotharingie.
marié à Adèle d'origine inconnue. Fut assassiné en 1068 dans son lit.
marié à Gertrude de Flandre (1080 † 1117), fille de Robert Ier le Frison, comte de Flandre, et de Gertrude de Saxe. Ils ne laissa point d'enfants.

Landgraves de Brabant, comtes de Louvain et Bruxelles[modifier | modifier le code]

marié
comtes de Louvain.

Note : après Godefroid Ier, le titre de comte de Bruxelles n'apparaît plus dans le protocole diplomatique (dernière attestation en 1138).

marié vers 1139 à Lutgarde de Soulzbach (1109 † 1163), fille de Bérengar II, comte de Soulzbach et seigneur de Bamberg, et d'Adelaïde de Lechsgemünd
marié

Ducs de Brabant et de Lothier[modifier | modifier le code]

ducs de Brabant.
  • XXVII. 1183-1235 : Henri Ier (1165 † 1235), ou Henri IV, dans la nomenclature, fils du précédent, comte de Bruxelles en 1179, duc de Brabant en 1183, comte de Louvain et duc de Basse-Lotharingie (ou Lothier) en 1190. Il fut le premier à avoir mis aux armes de Brabant le lion d'or sur fonds de sable. Mort à Cologne en 1235.
marié
marié :
marié en 1251 à Adélaïde ou Aleide de Bourgogne (1233 † 1273), fille d'Hugues IV, duc de Bourgogne, et de Yolande de Dreux

XXX. Aleide ou Alice, épouse du précédent, gouverna le Brabant durant sept ans.

Ducs de Brabant, de Lothier et de Limbourg[modifier | modifier le code]

ducs de Brabant et de Limbourg.
Jean II le Pacifique (1275 † 1312), duc de Brabant.
marié :
En 1288, il fait la conquête du duché de Limbourg.
marié en 1290 à Marguerite d'Angleterre (1275 † 1333), fille d'Édouard Ier, roi d'Angleterre, et d'Éléonore de Castille
marié en 1311 à Marie d'Évreux († 1335), fille de Louis de France, comte d'Évreux, et de Marguerite d'Artois.
mariée :
Après la mort de Wenceslas, elle désigna comme ses héritiers sa nièce Marguerite de Flandre (1350 † 1405), comtesse de Flandre, et le mari de celle-ci, Philippe le Hardi (1342 † 1404), duc de Bourgogne. Ils cédèrent leurs droits, en 1404, à leur second fils, Antoine, comte de Rethel, frère du duc Jean Sans Peur.

Maison de Bourgogne[modifier | modifier le code]

ducs de Brabant de la maison de Bourgogne.
marié
marié en 1418 à Jacqueline de Bavière (1401 † 1436), comtesse de Hainaut et de Hollande.

Maison d'Autriche[modifier | modifier le code]

Le duc d'Alençon, proclamé duc de Brabant par les États à Anvers en 1582.

Maison de Valois[modifier | modifier le code]

Maison d'Autriche[modifier | modifier le code]

Prince héritier du Royaume de Belgique[modifier | modifier le code]

Depuis peu après la proclamation du royaume de Belgique, le titre de duc de Brabant est donné à l'héritier (ou héritière depuis 2001) quand il ou elle descent du roi.

Instauré par l'arrêté royal du 16 décembre 1840[3], celui-ci est réservé initialement au fils aîné du Roi, ou à défaut au fils aîné du fils aîné[4]. Puisque la Couronne de Belgique se transmet par primogénture simple depuis 1991, il est réservé, depuis une réforme par l'arrêté royal du 16 octobre 2001, à l’enfant (fils ou fille) aîné du roi des Belges, ou à son défaut, par l’enfant aîné de l’enfant aîné du Roi[5].

Maison de Saxe-Cobourg-Gotha[modifier | modifier le code]

Maison de Belgique[modifier | modifier le code]

  • 1934-1951 : Baudouin (1930-1993), prince de Belgique et comte de Hainaut (1930-1934), prince héritier et duc de Brabant (1934-1951) ; Baudouin Ier, roi des Belges (1951-1993) ; fils de Léopold III.
  • 1993-2013 : Philippe (1960-), prince de Belgique, prince héritier et duc de Brabant (1993-2013) ; Philippe Ier, roi des Belges (2013-) ; fils d'Albert II.
  • Depuis 2013 : Élisabeth (2001-), princesse de Belgique, princesse héritière et duchesse de Brabant (2013-) ; fille de Philippe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La liste officielle des « ducs » de Brabant est reprise ici des Délices des Pays-Bas, Liège : chez J.F. Bassompierre, 1769, p. 160 à 179.
  2. Les Délices des Pays-Bas, Liège, 1769, tome I, p. 179.
  3. Arrêté royal du 16 décembre 1840 attribuant à l'héritier présomptif de la Couronne le titre de Duc de Brabant et au Prince Philippe celui de Comte de Flandre
  4. Article 1er alinéa 2: "Ce titre (= Duc de Brabant) sera toujours à l'avenir, porté par le prince fils aîné du roi, et, à son défaut, par le prince petit-fils aîné du roi."
  5. 16 OCTOBRE 2001. - Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 16 décembre 1840 attribuant à l'héritier présomptif de la Couronne le titre de Duc de Brabant et au Prince Philippe celui de Comte de Flandre, et l'arrêté royal du 10 septembre 1930 octroyant le titre de Comte de Hainaut au fils aîné du Duc de Brabant. Publication au Moniteur belge : 17 octobre 2001. Entrée en vigueur 16 octobre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]