Dreamcatcher (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dreamcatcher.

Dreamcatcher

Titre québécois L'Attrapeur de rêves
Titre original Dreamcatcher
Réalisation Lawrence Kasdan
Scénario William Goldman
Lawrence Kasdan
Acteurs principaux
Sociétés de production Castle Rock Entertainment
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 2003
Durée 136 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dreamcatcher, également connu sous le titre L'Attrapeur de rêves au Québec, est un film américain, adapté du roman éponyme écrit par Stephen King, réalisé par Lawrence Kasdan et sorti en 2003. Malgré un budget important et une distribution comprenant des acteurs célèbres (Morgan Freeman en tête), le film a été un échec commercial et critique.

Résumé[modifier | modifier le code]

Henry, Beaver, Pete et Jonesy sont quatre amis d'enfance qui partent chaque année pour une partie de chasse dans les forêts du Maine. Ils sont reliés par un lien télépathique, qu'ils appellent « la ligne », depuis leur adolescence, quand ils ont porté secours à Duddits, un déficient mental aux étranges pouvoirs, et sont devenus ses amis. Jonesy et Beaver trouvent dans les bois un homme apparemment très malade et l'emmènent dans leur cabane de chasse, et des hélicoptères militaires surviennent un peu plus tard et annoncent que la zone est en quarantaine. Jonesy et Beaver trouvent l'homme mort dans la salle de bains et une créature, ressemblant à une lamproie, sort de son corps. Cette créature tue Beaver mais Jonesy parvient à lui échapper, seulement pour rencontrer un extraterrestre, dénommé M. Gray, qui prend possession de son corps.

Pendant ce temps, Henry et Pete, qui ignorent tout de ce qui se passe, trouvent une femme à moitié congelée qui meurt après et dont le corps excrète lui aussi une créature. Pete réussit à la tuer mais est capturé ensuite par M. Gray alors que Jonesy prévient télépathiquement Henry du danger. Dans un camp militaire installé non loin, le colonel Curtis tente par tous les moyens, y compris les plus extrêmes, de contenir cette contamination d'origine extraterrestre. Henry, capturé par les militaires et retenu dans le camp, parvient finalement à convaincre Owen, le second de Curtis, que son supérieur, obsédé par sa haine des extraterrestres, a perdu tout contrôle et qu'il faut le relever de ses fonctions. Curtis parvient cependant à s'échapper en hélicoptère avant d'être mis aux arrêts.

M. Gray, toujours dans le corps de Jonesy, tue Pete quand celui-ci refuse de coopérer avec lui et part pour le Quabbin Reservoir, dans l'intention de contaminer le plan d'eau avec une créature afin d'infecter la population. L'esprit de Jonesy lutte pendant ce temps avec M. Gray pour lui cacher des informations cruciales au sujet de Duddits. Henry et Owen vont chez Duddits et l'emmènent avec eux sur les traces de M. Gray. Alors qu'ils arrivent au Quabbin Reservoir, Curtis surgit avec son hélicoptère. Il est finalement abattu par Owen, qui meurt également de ses blessures. Henry tue la créature que M. Gray s'apprêtait à mettre dans le réservoir et Duddits, qui se révèle être également un extraterrestre, affronte M. Gray, qui sort du corps de Jonesy. Les deux extraterrestres s'entretuent et Jonesy écrase une dernière larve qui était sur le point de se jeter dans l'eau du réservoir.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Différences avec le roman[modifier | modifier le code]

Malgré de nombreuses différences mineures, le film est dans l'ensemble fidèle à l'intrigue principale du roman, mis à part pour le personnage de Duddits, qui est un extraterrestre dans le film alors que ce n'est pas du tout le cas dans le roman.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a été un échec commercial lors de sa sortie au cinéma, ne rapportant que 75 715 436 $ au box-office mondial (dont 33 715 436 $ aux États-Unis), soit à peine plus que son budget[1]. Il a réalisé 552 270 entrées en France, 118 401 au Québec, 44 963 en Suisse et 18 718 en Belgique[3].

Il a été éreinté par la critique, recueillant à peine 30 % de critiques positives, avec une note moyenne de 4,7/10 et sur la base de 166 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[4]. Il obtient un score de 35/100, sur la base de 38 critiques, sur Metacritic[5].

En France, les critiques ont également été mauvaises en général. Christian Jauberty, de Première, trouve que le « résultat reste distrayant » grâce aux acteurs ; François Maupin, du Figaroscope, trouve le film « dégoûtant » malgré « une scène d'anthologie dans les toilettes » ; Jean-François Rauger, du Monde, parle de « gestion désabusée, paresseuse et prosaïque d'archétypes », et Arnaud Bortas, de Mad Movies, évoque « des ambitions énormes pour un résultat catastrophique »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Dreamcatcher », Box Office Mojo (consulté le 4 mars 2011)
  2. a, b, c, d, e, f et g « Fiche de doublage Dreamcatcher », VoxoFilm (consulté le 4 mars 2011)
  3. « Dreamcatcher », Lumière (consulté le 4 mars 2011)
  4. (en) « Dreamcatcher », Rotten Tomatoes (consulté le 4 mars 2011)
  5. (en) « Dreamcatcher », Metacritic (consulté le 4 mars 2011)
  6. « Dreamcatcher - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 4 mars 2011)

Lien externe[modifier | modifier le code]