Stand by Me (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stand by Me.
Stand by Me
Titre québécois Compte sur moi
Titre original Stand by Me
Réalisation Rob Reiner
Scénario Raynold Gideon
Bruce A. Evans
Acteurs principaux
Sociétés de production Act III Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Durée 89 minutes
Sortie 1986

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Stand by Me ou Compte sur moi au Québec est une comédie dramatique américaine réalisée par Rob Reiner, sortie en 1986. Il s’agit de l’adaptation de la nouvelle Le Corps (The Body) publiée dans le recueil Différentes Saisons de Stephen King.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En été 1959, dans l'Oregon, quatre garçons d'une douzaine d'années partent à la recherche du corps d'un enfant de leur âge, Ray Brower, en suivant les rails d'un train dans l'espoir de passer dans les journaux grâce à leur découverte.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

En été 1959, dans l'Oregon, trois amis d'une douzaine d'années — Gordie Lachance, Chris Chambers, Teddy Duchamp — jouent aux cartes en fumant des cigarettes. Chris est le chef de la bande et le meilleur ami de Gordie. Il vient d'une famille à problèmes, son père est alcoolique et le bat. Teddy a un père qui a des accès de rage, au point où il a presque brûlé l'oreille de Teddy sur un poêle. Gordie a des parents qui ne se soucient guère de lui. Ils sont rejoints par Vern Tessio qui a appris — en écoutant discrètement son frère Billy parler avec un ami — qu'ils ont trouvé à South Harlow le cadavre d'un enfant. Cet enfant — Ray Brower — est porté disparu depuis trois jours. Billy et son ami ne veulent pas en parler à la police pour éviter des ennuis. En effet, le cadavre est relativement éloigné de leur maison et c'est avec une voiture volée qu'ils ont pu aller aussi loin.

Les quatre garçons décident de partir en camping pour aller chercher le cadavre. Ils s'imaginent avoir une photo dans le journal, voire passer à la télévision pour avoir trouvé le corps. Ils emmènent un pistolet avec eux, pris au père de Chris, mais ils oublient d'emporter de la nourriture. Ils font alors un crochet par une supérette. Au cours de ce détour, Gordie a l'occasion de remarquer la différence entre les mythes et la réalité. En effet, il se fait courser par le chien le plus craint du village, entrainé par son propriétaire pour — selon la légende — arracher les testicules. Une fois en sécurité, il se rend compte que le chien n'a pas grand-chose de terrifiant.

Ils poursuivent leur chemin, longeant une voie ferrée. Face à un pont ferroviaire, pour éviter un long détour, ils décident de le traverser malgré le risque qu'un train arrive. Au cours de leur traversée, un train arrive par derrière, ce qui les oblige à se précipiter. Gordie et Vern sautent de justesse sur le bas-côté, à la fin du pont.

Ils campent finalement autour d'un feu, Gordie leur raconte une histoire basée sur la vengeance d'un garçon harcelé à cause de sa corpulence. Entendant des bruits d'animaux sauvages, ils organisent des tours de garde. Ils reprennent la route le lendemain. Pour traverser un cours d'eau, ils s'immergent et se retrouvent avec des sangsues. Gordie va jusqu'à s'évanouir après en avoir retiré une de ses organes génitaux. Après cet incident, ils débattent à propos de rebrousser chemin, mais, influencés par Gordie, ils décident finalement de continuer leur trajet.

Pendant ce temps, Billy révèle à un groupe d'amis — groupe mené par Ace, un dangereux voyou — qu'il a vu l'enfant mort. Pour les mêmes raisons que Gordie, Chris, Teddy et Vern, ils décident d'aller chercher le cadavre en voiture.

Gordie, Chris, Teddy et Vern finissent par découvrir le cadavre. Peu de temps après, les autres arrivent en voiture. Ace demande aux quatre garçons de partir et ainsi renoncer à la notoriété de la découverte. Le ton monte et Ace va jusqu'à menacer Chris avec un couteau, jusqu'à ce que Gordie tire un coup de feu en l'air, puis menace Ace avec l'arme à feu. Ace et sa bande renoncent finalement et s'en vont, tout en menaçant de représailles.

Refusant finalement de devenir des héros de cette manière-là, ils rentrent et préviennent la police par un coup de téléphone anonyme, plutôt que de ramener le corps.

Finalement, Chris devient avocat et meurt en essayant de calmer deux hommes qui se battent. Vern devient conducteur d'engins de levage dans un entrepôt de bois. Teddy n'arrive pas à entrer dans l'armée et fait de la prison, puis des petits boulots. Gordie écrit un livre relatant cette amitié, dont il n'a jamais trouvé ailleurs l'équivalent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le scénariste Bruce A. Evans envoie, comme cadeau d’anniversaire, une copie de la nouvelle Le Corps (The Body) de Stephen King à Karen Gideon, l’épouse de son ami et collaborateur Raynold Gideon, le [3]. Très vite, ces deux hommes deviennent fanatiques des nouvelles et, peu après, appellent Kirby McCauley, l’agent de Stephen King, pour demander à négocier les droits d’adaptation au cinéma. Ce dernier répond que les conditions de l’auteur sont de cent mille de dollars et 10 % de bénéfices bruts. Quoi que l'argent n'est pas le problème, la part des bénéfices bruts était considérée trop élevée, d'autant plus qu'aucune vedette ne peut se présenter pour contribuer le film. Finalement, les collaborateurs poursuivent un réalisateur reconnu Adrian Lyne pour promouvoir le projet[3].

Après avoir lu plusieurs fois, Adrian Lyne collabore avec les deux scénaristes et, ensemble, visitent tous les studios qui refusent leur projet sauf le producteur Martin Shafer d’Embassy Pictures. Cette société passe quatre mois à obtenir des droits de négociation avec Kirby McCauley, à régler cinquante mille de dollars et une part plus faible des bénéfices. Bruce A. Evans et Raynold Gideon écrivent le scénario en huit semaines. Ces derniers demandent à être producteurs du film, et Martin Shafer leur propose de faire équipe avec le producteur expérimenté Andrew Scheinman[3]. Embassy Pictures refuse de verser le salaire d’Adrian Lyne en tant que réalisateur jusqu’à ce que les scénaristes acceptent la perte de la moitié de leur part des bénéfices pour atteindre le prix demandé par le réalisateur[3].

Adrian Lyne allait tourner le film, mais s’était promis des vacances après sa réalisation 9 semaines 1/2 (9½ Weeks, 1986)[4], et ne serait pas disponible pour commencer la production avant le printemps 1986[3]. Rob Reiner, alors bien connu en tant qu’acteur dans la série télévisée All in the Family dans le rôle de Michael « Meathead » Stivic (1971-1979), reçoit le script envoyé par Andrew Scheinman[3]. Après qu’Adrian Lyne se soit retiré du projet, Rob Reiner signe le contrat et commence à tourner le film en [3]. Il réalise que l'histoire se concentre sur le personnage Gordie Lachance sur le fait que « son père prête plus d’attention à son frère aîné », dont il se souvient avoir éprouvé de difficultés à l’ombre de la gloire exprimé[évasif] par son père Carl Reiner[5]. Les scénaristes inclurent ses suggestions, réécrivant un nouveau scénario en afin de le présenter aux fins d'examen et d'approbation par l’Embassy Pictures[3].

Quelques jours avant le début du tournage en été 1985, la société Embassy Pictures est vendue à Columbia Pictures qui a pris des dispositions pour faire annuler la production. L’un des cofondateurs de l’Embassy Pictures, Norman Lear, offre 7,5 millions de dollars pour lancer le film, tant était grande sa confiance dans le réalisateur et dans le scénario[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le pont menant au village Brownsville (Oregon) qui a été utilisé pour les pénultième scènes.

Avec un budget de 8 millions de dollars, le tournage a débuté le [6] à Brownsville dans l'État de l'Oregon. Les scènes censées se dérouler dans la ville fictive de Castle Rock sont en fait tournées dans plusieurs lieux différents. La réalisation s'est terminée en [6].

La scène où John « Ace » Merrill détruit les boîtes aux lettres avec sa batte de baseball, dans la voiture de sa bande, a été filmée à Veneta, dans l'Oregon. Le magasin général se trouvait à Franklin, au nord de Veneta. Les séquences filmées le long des voies ferrées, ainsi que le long du chemin de fer de l'Oregon, de la compagnie Pacific and Eastern, ont été enregistrées près de Cottage Grove. La scène inoubliable de la traversée du pont par les quatre garçons talonnés par une locomotive, a été filmée à Burney dans le comté de Shasta, sur le chemin de fer de McCloud, près du Parc d'État de McArthur-Burney Falls Memorial en Californie.

Le pont à chevalets McCloud River Railroad, d'où coule le lac Britton.

Lieux du tournage[7]

Musique[modifier | modifier le code]

Le titre du film vient de la chanson de Ben E. King, Stand by Me de 1961, utilisée en fond sonore. Rééditée à cette occasion, elle fut de nouveau un succès planétaire sur les ondes.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sorties[modifier | modifier le code]

Stand by Me sort le aux États-Unis. En France, il sort six mois après les États-Unis, le .

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film rapporte 52 287 414 dollars au box-office américain[8] et est très bien accueilli par la critique, recueillant 91 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8/10 et sur la base de trente-quatre critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[9]. En 2008, le magazine Empire le classe à la 70e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[10].

Quant à la France, il rencontre un succès relatif avec 530 451 entrées[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stand by Me - Compte sur moi est un titre secondaire (source Encyclociné).
  2. (en) « Stand by Me », sur The Numbers (consulté le 20 mai 2018).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Vernon Scott, « How `Stand By Me` Was Almost Left Standing At The Gate », sur Chicago Tribune, (consulté le 20 mai 2018).
  4. (en) Alex Hannaford, « 25 years of 'Stand by Me' », sur The Daily Telegraph, (consulté le 20 mai 2018).
  5. (en) Brent Lang, « ‘Stand by Me’ Oral History: Rob Reiner and Cast on River Phoenix and How Coming-of-Age Classic Almost Didn’t Happen », sur Variety, (consulté le 20 mai 2018).
  6. a et b (en) « Box office/business for Stand by me », sur The Internet Movie Database (consulté le 28 mai 2011).
  7. (en) « Locations for Stand by me », sur The Internet Movie Database (consulté le 28 mai 2011).
  8. (en) « Stand by Me », Box Office Mojo.
  9. (en) « Stand by Me », sur Rotten Tomatoes
  10. « The 500 Greatest Movies of All Time », sur Empire (consulté le 26 mars 2011).
  11. « Stand by Me », sur Jp's Box-office (consulté le 2 juin 2011).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]