ATK (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ATK.
ATK
Description de cette image, également commentée ci-après

Cyanure et Kesdo (ATK), au Festival Bobigny Terre(s) Hip Hop 2014.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Hip-hop, raggamuffin
Années actives Depuis 1995
Labels Oxygene Music, Leclod
Composition du groupe
Membres Axis, Cyanure, Freko Ding', Test, Fredy K
Anciens membres Antilop Sa, Tacteel

ATK est un groupe de hip-hop français, originaire de Paris. Il est formé en 1995 et est principalement connu pour son album Heptagone, publié en 1998. ATK est la contraction de l'expression « Avoue que tu kiffes », utilisée comme fond sonore sur un de leurs premiers morceaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, les collectifs hip-hop commencent à se multiplier un peu partout dans Paris, notamment dans les quartiers est de la ville (11e, 19e et 20e arrondissements). Les groupes se croisent jusqu'au jour où certains décident de se rassembler en 1995 en une seule entité, sous le nom d'ATK. De ce rassemblement va naître un collectif composé de 21 membres répartis en sept subdivisons ; puis, à la fin 1995, de sept membres répartis en trois binômes et un DJ qui, en 1996, réaliseront seuls leur premier album (exclusivement sous format vinyle) intitulé Micro Test[1].

ATK est la contraction de l'expression « Avoue que tu kiffes »[2], utilisée comme fond sonore sur un de leurs premiers morceaux. Dans une interview pour Académie HH, Cyanure indique : « À l'époque on avait un morceau avec Pit avec un sample un peu « chelou ». On se disait que personne n'allait aimer alors on a eu l'idée de mettre très bas en fond du morceau « Avoue que tu kiffes, avoue que tu kiffes… » Quand est venu le concert, il nous fallait un nom de posse et on a pris ATK : Avoue qu'tu kiffes[3]. »

Le groupe publie un deuxième album, Heptagone, en 1998[4]. Le titre fait référence aux sept membres du collectif restructuré. Le collectif se composait pourtant à la base de 24 membres) : Antilop Sa, Axis, Cyanure, Fredy K, Freko Ding', le DJ Tacteel et Test[4]. Il se distingue par la noirceur de ses textes et une forte volonté de travail au niveau des instrumentales. L'album atteint la 60e place des classements musicaux français[5].

Solos et continuité[modifier | modifier le code]

Antilop Sa signe chez Nouvelle Donne Music en 2000, pour finalement sortir un album solo en 2003, L'Encre en guise de larmes, qui a assez bien marché commercialement.

Après avoir sorti plusieurs maxis solos, Tacteel lance le groupe FuckALoop avec Para One en 2003 et quitte ATK. Il fonde ensuite le label Institubes avec Teki Latex de TTC. Après la sortie des trois volumes Oxygène O² de 2003 à 2005, seuls Axis, Cyanure, Fredy K, Freko Ding' et Test sortent le nouvel album tant attendu d'ATK : Silence Radio en 2007[4].

À la suite du décès de Fredy K dans un accident de moto le , les membres d'ATK sont désormais au nombre de quatre : Axis, Cyanure, Fréko Ding' et Test. En janvier 2009, un peu plus d'un an après le décès de Fredy. K (membre d'ATK et du Klub des 7), l'album hommage FK pour toi est enfin disponible. Enregistré durant le mois qui a suivi la disparition de Fredy. K, plus de 80 artistes (tous les membres initiaux du Posse ATK, Klub des 7, Ul'Team Atom, Kohndo, Daddy Lord C, Ill des X-Men, Mokobé et Manu Key de la Mafia K'1 Fry) sont venus saluer la mémoire du membre du crew.

Axis annonce en 2012 un album solo, dont le premier titre sorti est Addictions en duo avec Test[6], qui rassemblera un certain nombre d'anciens membres d'ATK[réf. nécessaire].

Membres[modifier | modifier le code]

1995[modifier | modifier le code]

24 membres répartis en neuf sous sections :

  • Le Komité : Metek et Celcius
  • L'akadémie : Watchos et Freko Ding'
  • Doté 2 : Pit et Boramy (du duo Ketro avec Keroz)
  • Le dispositif : Loko, Legi, Antilop Sa
  • Dealers 2 mots : Kassim, Kamal Haussmann et Zak (alias Odji Ramirez)
  • Sato et DJ Déon (aussi connu sous le nom de DJ Fab)
  • Integral Posse : Test, Fredy K, Physka (devenu Emotion Lafolie) et Sloa.
  • La Section Lyricale : Kesdo, Axis, Cyanure et DJ Tacteel
  • Ben et Matt (devenu Matt Houston)

1995–2003[modifier | modifier le code]

7 membres répartis en 3 sous sections :

  • Apocalypse : Axis et Antilop Sa
  • Maximum de phase : Test et Fredy K
  • Legadulabo : Cyanure, Freko Ding'

et DJ Tacteel.

Après cette séparation les anciens membres sont pour la plupart restés dans le milieu du rap :

  • Pit, renommé Pit Baccardi, a entamé sa carrière solo chez Première Classe, après un passage chez Time Bomb.
  • Loko a animé des émissions sur la radio Générations, et fait partie du Barillet avec Meka. Il est surtout le cofondateur du label Neochrome.
  • Kassim, Kamal, Celcius et Watchos ont créé le groupe la Korporation Bordélik et furent signés un moment sur Time Bomb avec le groupe Jedi devenu Ghetto Diplomats puis Famille Haussmann.
  • Kesdo et Metek ont créé le groupe les Refrès avec Diemba.
  • Physka a fait partie un temps des Maquisards puis change de nom pour devenir Emotion Lafolie.
  • DJ Déon a participé au premier album de Triptik avant de devenir DJ de La Caution.
  • Sloa (devenu Slow A dit le G, puis Waslo Dileggi) a créé le groupe Réservoir Dogues (moitié du CSRD), rejoint plus tard par Zak (devenu Odji Ramirez)

Discographie[modifier | modifier le code]

Solos et projets parallèles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ATK offre son premier album [ S'INFORMER ] [ ÉCOUTER ] [ TÉLÉCHARGER ] », sur allorap (consulté le 17 mai 2016).
  2. « ATK – Heptagone », sur Radiolaser,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  3. Interview : Cyanure (ATK) [Académie Hip Hop Français, janvier 2001, interview recopiée dans son intégralité sur Wordpress.
  4. a, b et c « ATK - Silence Radio », sur hiphopcore.net (consulté le 17 mai 2016).
  5. « ATK - Heptagone - charts », sur Charts in France (consulté le 17 mai 2016).
  6. « Axis, j’avoue que je kiffe ! », sur Lebonson.org,‎ (consulté le 17 mai 2016).

Lien externe[modifier | modifier le code]