Bernard Rougier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Rougier
Salon du livre de Paris 2011 - Bernard Rougier - 005.jpg
Bernard Rougier au Salon du livre de Paris en 2011
Fonction
Directeur
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Centre des Études Arabes et Orientales (d), université Saint-Joseph de Beyrouth (-), université Sorbonne-Nouvelle (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Directeur de thèse

Bernard Rougier est un sociologue français, spécialiste de sociologie politique et de relations internationales. Il travaille sur l'évolution de l'islamisme au Moyen-Orient et en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Rougier est docteur en science politique et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, d'études arabes et islamiques.

Il a enseigné à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth au Liban de 1996 à 2002, puis est devenu chercheur à l'Institut français du Proche-Orient en Jordanie.

De 2011 à 2015, il dirige le Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales du Caire, puis à partir de 2015 il enseigne à l'Université Sorbonne-Nouvelle en sociologie et politologie du monde arabe.

Idées[modifier | modifier le code]

Spécialiste des relations entre pouvoir et politique au Moyen-Orient, Bernard Rougier a notamment étudié en profondeur la diffusion du salafisme dans les années 1990-2000 dans le Moyen-Orient au moment de la montée du softpower saoudien, sa concurrence avec l'idéologie frériste et leurs implications dans les pays du Moyen-Orient : Yémen, Liban, Syrie, etc.

Il s'inscrit dans le débat français des années 2010 entre Gilles Kepel et Olivier Roy sur le chapitre de l'analyse des causes du terrorisme islamiste en France [1]: Gilles Kepel et Bernard Rougier considèrent qu'Olivier Roy est « le champion » d'une « posture intellectuelle » qui refuse l’analyse critique du domaine islamique en le cantonnant à des « radicalisations » ; le corollaire de cette dilution du jihadisme dans la radicalisation étant la peur de « l’islamophobie » caractéristique du « procès en sorcellerie » intenté au romancier Kamel Daoud[2]. Pour Rougier, le salafisme, phénomène récent dans le monde musulman, marque également fortement les populations d'origine immigrée en Europe et vient combler particulièrement dans les pays européens la perte de sens et de valeurs en proposant un retour à un passé mythifié et à son code de vie. Si le salafisme quiétiste se distingue du salafisme djihadiste, ce dernier trouve un terreau naturel dans le premier, puisqu'ils impliquent tous deux une sécession sociale et une hostilité à la participation à l’État.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2020 : Bernard Rougier (dir.), Les Territoires conquis de l'islamisme, PUF, .
  • 2016 : Gilles Kepel et Bernard Rougier, «Radicalisations» et «islamophobie» : le roi est nu, Libération, 14 mars 2016.
  • 2011 : L'Oumma en fragments, PUF.
  • 2008 : Qu'est-ce que le salafisme?, PUF.
  • 1997 : Yémen 1990-1994 : la logique du pacte politique mise en échec, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Roy et Gilles Kepel : le Prophète et le Mandarin », Pierre de Gasquet, Les Échos, 31 mars 2017.
  2. « “Radicalisations” et “islamophobie” : le roi est nu », Gilles Kepel et Bernard Rougier, liberation.fr, 14 mars 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]