Gerbamont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gerbamont
La chapelle Saint-Del
La chapelle Saint-Del
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton La Bresse
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Granite

www.cc-vallons-bouchot-rupt.fr

Maire
Mandat
Danielle Poirot
2014-2020
Code postal 88120
Code commune 88197
Démographie
Gentilé Gerbamontois
Population
municipale
373 hab. (2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 20″ N 6° 45′ 19″ E / 48.00555555555, 6.7552777777748° 00′ 20″ Nord 6° 45′ 19″ Est / 48.00555555555, 6.75527777777  
Altitude Min. 409 m – Max. 1 023 m
Superficie 9,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gerbamont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gerbamont

Gerbamont est une commune française située dans le département des Vosges et la région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Gerbamontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gerbamont est une petite commune du piémont vosgien, nichée dans une cuvette entre les vallées de la Moselotte et du Bouchot. Elle est située à 2 km à l'est de Vagney dont est elle séparée par la colline du Mettey (622 m). L'habitat se disperse dans la vallée, entre 450 et 500 mètres d'altitude, en divers lieudits : Lejole, la Bruche, le Théâtre, la Fouillée...

Le relief s'élève progressivement vers l'est pour atteindre 1023 m aux Roches Saint-Jacques et 1008 m à la Piquante Pierre, haut lieu de la Résistance partagé avec Basse-sur-le-Rupt. Plusieurs ruisseaux y naissent : la Peute Goutte, la Goutte Mathias... La commune est enclavée dans le parc naturel régional des Ballons des Vosges mais n'en fait pas partie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au mont de sinople chargé d'une gerbe de blé d'or.
Commentaires : Il s'agit naturellement d'armes parlantes : « Gerbe à mont »

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Saut du Bouchot.
  • Chute d'eau le Saut du Bouchot.
  • Situées au cœur de la forêt sur un plateau, les roches Saint-Jacques sont constituées de poudingues. Ces roches présentent des formes originales avec notamment une cavité dans un rocher appelé « la Bourse ». Non loin de là se trouve une tourbière dans laquelle il est possible d'observer des droseras, petites plantes carnivores.
  • La chapelle construite en 1716, dédiée à saint Del, fut pendant plus de deux siècles le but d'un petit pèlerinage local. Elle a été inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 5 avril 1993[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1945 Léon Claudel    
Les données manquantes sont à compléter.
  juin 1995 Louis Gravier SE Cadre
juin 1995 en cours
(au 18 février 2015)
Danielle Poirot DVG[2] Agricultrice

Budget et fiscalité 2013[modifier | modifier le code]

En 2013, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 303 000 €, soit 792 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 225 000 €, soit 588 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 102 000 €, soit 268 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 314 000 €, soit 822 € par habitant.
  • endettement : 298 000 €, soit 779 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 25,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,40 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,28 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,87 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 373 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
510 492 544 543 573 590 603 568 511
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
486 481 433 414 378 379 324 320 328
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
308 268 304 305 323 293 300 276 286
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 -
249 238 297 310 319 325 372 373 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Del (également Saint Deil ou Saint Desle) a donné son nom à la chapelle du village. L'autel en granit de la chapelle y renfermerait certaines de ses reliques. Une vieille tradition gerbamontoise consiste à donner aux enfants naissants comme second prénom « Del » suivi du prénom d'un grand-parent. Mais cet usage n'est quasiment plus suivi aujourd'hui.
  • Dominique Pierrat (1820-1893), naturaliste. Voir Dominique Pierrat (en)[6].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire biographique des Vosges, Henri Jouve[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]