Rochesson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rochesson
Fin d'après-midi en juin.
Fin d'après-midi en juin.
Blason de Rochesson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton La Bresse
Intercommunalité Hautes Vosges
Maire
Mandat
André Lejal
2014-2020
Code postal 88120
Code commune 88391
Démographie
Gentilé Rochenat(e)s
Population
municipale
704 hab. (2014)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 23″ nord, 6° 47′ 11″ est
Altitude Min. 497 m – Max. 1 060 m
Superficie 21,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Rochesson

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Rochesson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochesson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochesson
Liens
Site web rochesson.free.fr

Rochesson (prononcer Rochaisson) est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Rochenats.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de Rochesson.

Le village s'étire au creux de la vallée encaissée du Bouchot. En amont, celle-ci permet de rejoindre La Bresse via le col de Grosse Pierre (954 m) et Gérardmer via le col du Haut de la Côte (799 m) ; en aval, elle se dirige vers Vagney par un passage plus étroit correspondant à la moraine de l'ancien glacier. Une grande partie du territoire est occupée par la forêt domaniale de Noire Goutte. De nombreux ruisseaux s'échappent de cet ample massif forestier, renforçant parfois brutalement le débit du Bouchot.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rochesson
Sapois Gérardmer Gérardmer
Sapois Rochesson La Bresse
Gerbamont Basse-sur-le-Rupt Cornimont

On note que Rochesson est en contact avec Cornimont en un seul point situé sur la borne dite Pierre des Quatre Communes culminant à 1 061 m, à la pointe méridionale de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rochesson tire son origine des éboulis de roches de part et d’autre du village[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un hameau dénommé Aurimont est attesté en 1359. Situé vers l'aval, il sera emporté en 1522 par une crue du Bouchot.

On lit le nom de Rourssechons en 1407. En 1656, le village se nomme Rougessons.

Sous l'Ancien Régime, Rochesson faisait partie du ban de Vagney, au bailliage de Remiremont.

En 1749, le village devient une paroisse.

À la Révolution, Rochesson est inclus dans le canton de Vagney puis, en 1801, dans celui de Cornimont qui devient deux ans plus tard celui de Saulxures.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

En général la commune vote à droite (comme les Vosges, les communes rurales ou encore l'Est de la France) même si en 2012 elle voit Hollande puis la candidate socialiste aux législatives arriver en tête des suffrages (au second tour). Depuis 2014 on assiste à une montée du Front National qui est depuis 2015 le premier parti de Rochesson.

En 2012, pour les élections présidentielles, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 27,92% des voix exprimées. Il est suivi par François Hollande (24.89%), Marine Le Pen (15,58%) , François Bayrou et Jean Luc Mélenchon (à égalité avec 12,12% ). Au second tour François Hollande, comme au niveau national, arrive en tête du scrutin avec 52,08% des suffrages (47.92% pour Nicolas Sarkozy)[3].

Pour les élections législatives (3ème circonscription des Vosges), François Vannson (UMP puis LR) arrive en tête avec 42,06% des voix exprimées, il est suivi par la socialiste Elise Calais qui obtient 41,23% des suffrages. Ils sont suivis par Rachel Sembach, Front National (6.96%) et le candidat Front de Gauche Dominique Cholez (5.57%). Au second tour la socialiste obtient 54,34% des voix devant Vannson qui réalise un score de 45,66%[4]a.u niveau de la circonscription c'est le candidat UMP qui arrive en tête et qui est donc député de cette circonscription.

En 2014, pour les européennes, la liste de droite menée par Nadine Morano obtient 25,39% des voix, elle est suivie par la liste Rassemblement Bleu Marine qui réalise une percée avec 21.88% des suffrages, loin devant les socialistes (12,11%), les centristes (11.72%) , le Front de Gauche (6.64%) et la liste Debout la France ! (5.86%)[5].

En 2015,pour les régionales, la liste de Florian Phillippot (Front National) arrive en tête avec 27,95% des voix, elle est suivie de prés par la liste Les Républicains de Philippe Richert (25,94%) et la liste Socialiste (et alliés) de Jean Pierre Masseret (25,07%). Arrive ensuite la liste Front de Gauche de Patrick Peron (6,05%) et la liste Debout la France ! de Laurent Jacobelli (5,19%)[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Georges Toussaint (1926-2007)   Entrepreneur de maçonnerie
mars 2001 mars 2008 André Lejal   Cadre en bâtiment
mars 2008 avril 2014 Jean-François Gillot   Garde forestier
avril 2014 en cours André Lejal DVD Cadre en bâtiment

Finances locales[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[7] :

  • total des produits de fonctionnement : 514 000 , soit 793 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 358 000 , soit 490 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 46 000 , soit 63 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 178 000 , soit 244 par habitant ;
  • endettement : 375 000 , soit 512 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 18,79 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,19 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,20 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,33 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 704 habitants, en augmentation de 2,47 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
768 760 803 888 923 944 955 984 1 007
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 085 1 071 1 134 972 1 052 1 015 1 032 966 995
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 109 982 960 886 843 724 735 737 701
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 - -
755 724 627 658 664 702 704 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages, manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France Mégrit (France). Le petit village vosgien est jumelé avec la commune bretonne de Mégrit dans les Côtes-d'Armor[12].
  • Le foyer de ski et le ski-club de Rochesson se sont alliés aveLlc le club de ski de Vagney pour ne faire qu'un seul foyer et qu'un seul club, dénommé Ski Club Vagney Rochesson[13].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède quelques commerces (dont une boulangerie), quelques résidences touristiques (gîte avec piscine, chalets à louer...), la station de ski des Truches, un entrepôt de produits de la mer : La belle marée (qui est aussi ouvert pour les particuliers certains jours de la semaine), une fabrication artisanale d'objets en bois[14], ainsi que plusieurs exploitations agricoles de petite taille.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Station des Truches[modifier | modifier le code]

Au lieudit les Truches, les pentes de l'ubac ont été aménagées en une petite station, proposant une piste de ski de descente et des pistes de ski de fond[15]. Elle est gérée par les bénévoles du comité des fêtes[16].

Coté ski alplin, elle possède une unique piste de 210 mètres[16] ce qui en fait peut être la plus petite station de France[16]; et avec une altitude variant de 580 à 625 mètres [17] vraisemblablement aussi la plus basse du pays.

Ouverte en fonction des conditions d'enneigement ; elle a accueillis 1 500 visiteurs en 2015[16] pour 30 jours d'ouverture[18].

Un premier téléski a été installé en 1970[17]. L'appareil actuel date de 1978[17].

On trouve également une piste d'initiation au ski de fond de 3 km et une liaison avec le domaine nordique de Gerardmer[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Blaise.
  • L'église Saint-Blaise avec son clocher et le chœur gothiques, la nef de 1723.
Équipée en 1922 d'un orgue d'occasion, réparé par Jacquot en 1931[20],[21],
et sa cloche de 1738[22].
  • La Roche des Ducs (850 m) surplombe le village[23].
  • Un petit étang bucolique au lieudit Pré Le Thia, à 940 mètres d'altitude, aux confins de La Bresse.
  • La tourbière de Gemnaufaing.
  • La cascade de Battion.
  • L'armée y possède un camp de vacances, rue d'Orimont.
  • Ancienne scierie hydraulique à cadre domaniale des Ponts[24],[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or, à deux roches de sable issantes de la pointe soutenant celle de dextre un chamois contourné et celle de sénestre un grand-duc, le tout de gueules et accompagné en chef de trois sapins de sinople rangés en fasce.
Commentaires : Les roches rappellent la forme de la vallée et le nom de la commune. Le chamois symbolise la faune de montagne, le grand-duc indique la Roche des Ducs, site naturel classé, et les sapins dominant la vallée figurent les montagnes verdoyantes des Hautes Vosges.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. Un Lieu, une signification, une histoire, page 8
  3. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__PR2012 (consulté le 18 avril 2017)
  4. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__LG2012 (consulté le 18 avril 2017)
  5. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2014 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__ER2014 (consulté le 18 avril 2017)
  6. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2015 (consulté le 18 avril 2017)
  7. Les comptes de la commune de Rochesson
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Comité de jumelage Rochesson / Mégrit. Mariage de la mer et de la montagne
  13. Le Ski Club Vagney Rochesson
  14. Jouets et objets en bois
  15. Les Truches au rythme de l'hiver
  16. a, b, c et d Vosges : une centaine de personnes pour l’ouverture du champ de neige des Truches à Rochesson Républicain Lorrain 18/01/2016
  17. a, b et c Les Truches : pour skier heureux…, Vosges matin 23/12/2011
  18. Vosges : les bénévoles du comité des fêtes de Rochesson sauvent leur téléski aux Truches Vosges matin 20/02/2016
  19. http://www.tourisme-lorraine.fr/a-voir-a-faire/activites-neige/domaines-nordiques/743000042-domaine-nordique-des-truches-rochesson
  20. Présentation de l'orgue de l'église
  21. Inventaire de l'orgue de l'église Saint-Blaise
  22. Notice no PM88000822, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de l'église, classée monument historiques au titre des objets mobiliers
  23. Le site classé de la Roche des Ducs
  24. « scierie hydraulique à cadre domaniale des Ponts », notice no IA88001814, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) patrimoine industriel
  26. « Biographie du Chanoine Nicolas Georgel », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 16 avril 2016)