Basse-sur-le-Rupt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Basse-sur-le-Rupt
Basse-sur-le-Rupt
Monument des fusillés de la Résistance
à la Piquante Pierre.
Blason de Basse-sur-le-Rupt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton La Bresse
Intercommunalité Hautes Vosges
Maire
Mandat
Nadine Perrin
2014-2020
Code postal 88120
Code commune 88037
Démographie
Gentilé Bassurois
Population
municipale
872 hab. (2015 en diminution de 1,36 % par rapport à 2010)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 22″ nord, 6° 46′ 05″ est
Altitude Min. 409 m
Max. 1 060 m
Superficie 13,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Basse-sur-le-Rupt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Basse-sur-le-Rupt
Liens
Site web bassesurlerupt.ifrance.com

Basse-sur-le-Rupt est une commune du Massif des Vosges, dans le département des Vosges et la région Grand Est. Elle appartient aux unité et aire urbaines de La Bresse. Elle fait partie de la Communauté de communes des Hautes Vosges. C'est une des 189 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Ses habitants sont appelés les Bassurois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en moyenne montagne, la commune de Basse-sur-le-Rupt s'allonge sur une dizaine de kilomètres, le long de la départementale 34 qui relie Vagney à La Bresse, passant de 409 m à 1 060 m d'altitude.

La commune est composée de sept hameaux :

  • la Burotte
  • Contrexard
  • Planois
  • Presles
  • Pubas
  • Trougemont
  • l'Echté

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Basse-sur-le-Rupt est bordée à l'est par La Bresse, au sud-est par Cornimont, au sud par Saulxures-sur-Moselotte, au sud-ouest par Thiéfosse à l'ouest par Vagney, au nord par Gerbamont, au nord-est par Rochesson et à l'est par La Bresse.

On note que Basse-sur-le-Rupt est en contact avec La Bresse en un seul point, situé sur la borne dite Pierre des Quatre Communes.

Communes limitrophes de Basse-sur-le-Rupt
Gerbamont Rochesson
Vagney Basse-sur-le-Rupt La Bresse
Thiéfosse Saulxures-sur-Moselotte Cornimont

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant de la commune se trouve au sommet de Ronfaing (1 060 m). La commune est composée de plusieurs petits hameaux avec au centre, Planois où se trouve la mairie et l’église à 650 m d'altitude. Le hameau est entouré par quelques sommets, dont certains dépassent les 1 000 m comme le Haut du Roc et la Piquante Pierre. Mais aussi le Bambois de Planois (840 m) qui surplombe directement le village au nord, la Haute Rapaille (803 m) au sud ou encore le Sarimont (974 m) à l'est.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Hydrographie et eaux souterraines[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par un ruisseau de montagne : le Rupt[2], qui lui a donné une partie de son nom. Le toponyme Rupt ou la finale -rupt, fréquents en Lorraine, sont une graphie régionale pour le mot ru signifiant précisément « ruisseau »[3].

Le Bouchot, connu pour sa cascade de 28 mètres à Sapois, traverse également la commune et rejoint la rive droite de la Moselotte.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard, particulièrement marqué sur les sommets à plus de 1 000 m.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rupt (toponyme).

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sur le Rupt en 1704[4], La Basse sur le Rupt en 1790,[5].

L'élément Basse désigne des « terres basses »[4], basse signifiant précisément « bas-fond » en langue d'oïl.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut créée à la Révolution française par la réunion de différents hameaux de la vallée du Rupt, affluent de la Moselotte.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune de Basse-sur-le-Rupt fut le théâtre d'un épisode tragique durant la Seconde Guerre mondiale au moment de la Libération de la France. En effet, La Piquante Pierre, un des plus hauts sommets de la commune, de par sa situation à la fois en altitude et entourée de forêts, abrita un maquis.

Ce maquis fut détruit le par l'armée allemande[6],[7].

La Piquante Pierre devint ensuite un lieu de mémoire où fut érigé un monument aux morts en souvenir des 83 maquisards disparus.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 872 habitants[Note 1], en diminution de 1,36 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
7685647878318598429079031 026
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 0261 0351 1931 2211 1861 2061 1339991 090
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
982923932914893932897838778
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 -
704786804819881890878872-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
11 mai 1904 1919 Émile Mathieu (1851-1919)   Comptable
10 décembre 1919   Camille Belzung    
Les données manquantes sont à compléter.
5 août 1951 21 mars 1959 Léon Perrin (1903-1976)   Cultivateur
21 mars 1959 21 mars 1971 Adrien Perrin (1910-1987)    
21 mars 1971 21 mars 1977 Daniel Perrin    
21 mars 1977 21 mars 1983 Raymond Perrin    
21 mars 1983 juin 1995 Daniel Perrin    
juin 1995 mars 2014 Marc Grandemange    
mars 2014 en cours Nadine Perrin DVD  

Finances locales 2016[modifier | modifier le code]

Mairie au centre de Planois.

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[12] :

  • total des produits de fonctionnement : 563 000 , soit 622  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 377 000 , soit 416  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 377 000 , soit 416  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 65 000 , soit 72  par habitant ;
  • endettement : 271 000 , soit 299  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 16,33 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,33 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 16,50 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 15,68 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 160 [13].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Patrimoine industriel : Scieries hydrauliques à cadre, Usine de taille de granite dite graniterie[14],[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas
Culte dépendant de la paroisse du Ban-de-Vagney[16].
  • Le Haut du Roc
Ce site à 1 014 m d'altitude, partagé avec la commune de Saulxures-sur-Moselotte, est implanté sur des poudingues (mélange de grès et de galets). Sur une plate-forme qui offre un large panorama sur la commune, une croix a été érigée en 1933.
  • La Pierre des Quatre Communes
Cette pierre que l'on trouve dans la forêt sur les sentiers de promenade est une borne qui marque la limite de la commune avec ses trois voisines, La Bresse, Cornimont et Rochesson. Il s'agit également du point culminant de la commune à 1 060.
On ne connaît pas très bien l'origine de ce monolithe situé à 1 008 m d'altitude. Il est cependant remarquable car si on le regarde bien on peut constater qu'il est formé de 4 visages (un peu à l'image des statues de l'île de Pâques). Chacun de ces visages indique un point cardinal.[réf. nécessaire]
  • Monuments commémoratifs
    • Monument aux morts du maquis.
    • La Croix des Moinats
Un monument commémore le souvenir des goums marocains au col de la Croix des Moinats. Leurs bataillons (appelés tabors) comprenant 12 000 goumiers ont combattu dans la région durant la Seconde Guerre mondiale en y laissant également un lourd tribut puisque 9 000 d'entre eux furent tués ou blessés.
Monument aux morts devant l'église, Plaque commémorative 1914-1918 dans l'église, Monument commémoratif des Goumiers marocains sur la RD 34 en direction de Planoi, Monument commémoratif du maquis de "la Piquante Pierre"[18],[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Isidore Étienne, né le 4 février 1872 et mort le 2 janvier 1960 dans la commune. Entrepreneur local, il fut président du syndicat des granitiers de France[20].
  • Son académicien des sciences botaniques : Paul Henri Lecomte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Tranché : - au I : d'argent, aux monts de sinople mouvants de la pointe chargés d'une pierre de granit d'argent mouvant aussi de la pointe et mise en pal ; - au II : d'or, à la roue à aubes de sable ; - une cotice en bande d'azur brochant la partition ; - au chef de gueules chargé de sept besants d'argent rangés en fasce.
Commentaires : Le blason est récent, dessiné en 1999 par un artiste local, Olivier Claudon.

On y discerne les points caractéristiques de la commune :

  • ses sept hameaux : la Burotte, Contrexard, Planois, Presles, Pubas, Trougemont et l'Echté ;
  • la rivière qui la traverse : le Rupt, affluent droit de la Moselotte ;
  • son histoire économique fondée :
    • sur l'eau qui a permis l'installation de l'industrie textile, des turbines électriques, de scieries… ;
    • sur le travail du granit[21] ;

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 189 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. [02049585 Le ruisseau : le Rupt]
  3. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations...(lire en ligne)
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 57a.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne).
  6. Commandant Gonand, «Lucien», 3 années de Résistance dans la montagne vosgienne, journal de marche du 4e groupement F.F.I. des Vosges. Imprimerie-librairie Union - Thann. Imp. no 10635. Dép. lég. IIe tr./46. page 95.
  7. Louis Hans, La Bresse martyre - Maquis de la Piquante-Pierre, janvier1946
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Les comptes de la commune de Basse-sur-le-Rupt
  13. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  14. Scieries hydrauliques à cadre, Usine de taille de granite dite graniterie
  15. « scierie hydraulique, enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) ; patrimoine industriel », notice no IA88001802, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Les paroisses : Planois (partie de Basse-sur-le-Rupt
  17. Le monolithe de la Piquante Pierre
  18. Monument aux morts
  19. Monuments commémoratifs
  20. « Biographie de Isidore Étienne », sur le site personnel de Bernard Visse, Dictionnaire des Vosgiens célèbres (consulté le 11 mars 2016)
  21. Héraldiquel