Aller au contenu

Chillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chillac
Chillac
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Intercommunalité Communauté de communes des 4B Sud-Charente
Maire
Mandat
Marie-Hélène Gouffrant
2020-2026
Code postal 16480
Code commune 16099
Démographie
Gentilé Chillacais
Population
municipale
224 hab. (2021 en augmentation de 7,18 % par rapport à 2015)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 44″ nord, 0° 04′ 55″ ouest
Altitude Min. 84 m
Max. 183 m
Superficie 14,61 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Barbezieux-Saint-Hilaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Sud
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Chillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Chillac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
Chillac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Chillac

Chillac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Chillacais et les Chillacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Chillac est une commune du Sud Charente située à 5 km au nord-ouest de Brossac, le chef-lieu de son canton, sur la route de Barbezieux.

Chillac est aussi à 13 km de Barbezieux, 14 km de Chalais, 17 km de Montmoreau, 12 km de Baignes, 18 km de Montguyon, 42 km de Cognac, la sous-préfecture, et 37 km d'Angoulême, la préfecture[2].

La commune est traversée par la D 731, route de Chalais à Barbezieux et Cognac, route rectiligne qui longe la forêt de la Double au sud-ouest. D'autres routes de moindre importance relient Chillac aux communes voisines, comme la D 131 vers l'ouest en direction de Baignes par Oriolles, et la D 68 qui traverse la commune du nord au sud et passe au bourg, en direction de Guizengeard au sud et Berneuil au nord[3].

La gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte de nombreuses fermes et petits hameaux. Du nord au sud, on peut citer chez Grimaud, chez Auger, et près du bourg la Loge, chez Godard et Toutvent où est située la mairie, et enfin Petit Bois Delage[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chillac
Condéon Berneuil
Oriolles Chillac
Guizengeard Passirac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La partie nord-est de la commune est dans le calcaire du Campanien, de craie blanche (Crétacé supérieur), qui occupe une grande partie du Sud Charente. La grande moitié sud-ouest, bourg compris ce qui lui confère un petit air de Limousin, est occupée par des dépôts du Tertiaire, consistant en sable kaolinique, argile blanche ou brune et galets. Ces terrains pauvres sont en grande partie boisés et constituent un prolongement de la grande forêt de la Double et des Landes saintongeaises[4],[5],[6],[7].

Le relief de la commune est plus prononcé dans sa moitié sud-ouest qui est celui de la partie boisée. Le point culminant est à une altitude de 183 m, situé au sud de la commune sur la route de Guizengeard, mais on trouve des buttes comme le Pécalèbre au nord-ouest du bourg dont l'altitude est de 166 m. Les points les plus bas sont à 84 m, l'un étant situé en limite nord avec Berneuil le long de la Gourdine, l'autre en limite sud avec Guizengeard. Le bourg, construit en hauteur, est à 150 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Chillac.

La commune est sur la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la Charente au nord et celui de la Dordogne au sud, au sein du Bassin Adour-Garonne[8]. Elle est drainée par la Maury, le Beau, le ruisseau Gourdine, le ruisseau de l'Epine et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 14 km de longueur totale[9],[Carte 1].

La Maury borde la commune à l'est. D'une longueur totale de 24,1 km, elle prend sa source dans la commune de Châtignac et se jette dans le à Ladiville, après avoir traversé 12 communes[10]. Le ruisseau de l'Épine, qui naît au pied du bourg, est un de ses affluents.

Le Beau, d'une longueur totale de 22,4 km, prend sa source dans la commune au nord-est de la commune (à la Grand Font) et porte le nom de ruisseau de la Grande Fontaine dans sa partie amont. et se jette dans le à Bellevigne, après avoir traversé 9 communes[11].

Le ruisseau Gourdine, d'une longueur totale de 11,3 km, constitue la limite ouest. Elle prend sa source dans la commune et se jette dans le Beau à Salles-de-Barbezieux, après avoir traversé 5 communes[12]. Elle porte le nom de Gabout plus en aval.

Au sud de la commune naissent de petits affluents du Palais qui prend sa source à Brossac et qui se jette dans le Lary. Le Lary prend sa source à Condéon et il est un affluent de l'Isle et sous-affluent de la Dordogne.

La commune comporte aussi de petits étangs, principalement dans sa partie forestière (étangs de la Rode, de Montplaisir...), et des sources (la Grand Font, la Fontgendarme, la Font Guyonnet, la Casse, fontaine du Crapaud au pied du bourg)[3].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente » et « Isle - Dronne ». Le SAGE « Charente», dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[13]. Le SAGE « Isle - Dronne», dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[14]. Ils définissent chacun sur leur territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [15].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Chillac est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[16]. Elle est située hors unité urbaine[17]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Barbezieux-Saint-Hilaire, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[17]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (53,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,1 %), terres arables (23,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,1 %), prairies (1,8 %)[20]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Chillac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[21]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[22].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Chillac est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été élaboré pour la période 2017-2026, faisant suite à un plan 2007-2016[23]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du règlemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 2],[23],[24],[25].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Chillac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 57,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 133 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 30 sont en aléa moyen ou fort, soit 23 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[26],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[27].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982 et 1999. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[21].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[28].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Calliae en 1075-1080, Calac en 1077, Chalac, Chaliac, Chilac[29], Chaliaco en 1302[30].

L'origine du nom de Chillac remonterait à un personnage gallo-romain Callius ou Casilius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Callius »[31],[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Chillac, comme Barbezieux, Brossac et Chalais, était une paroisse de Saintonge.

Chillac était le siège d'une seigneurie à toute justice, qui relevait du marquisat de Barbezieux et appartenait, au XVIIe siècle, à la famille de La Touche. Au XVIIIe siècle, la seigneurie passa au marquis de Donnissan de Citran, grand sénéchal de Guyenne, dont le fils, Guy Joseph de Donnissan fut un des chefs de l'insurrection vendéenne et fut fusillé en 1794 à Angers. Au début du XXe siècle, le château est vendu à la famille Cottineau[33].

À la Vaure était un autre petit fief, à justice restreinte, probablement démembré de la seigneurie de Chillac. Au XVIIe siècle, il appartenait à Guy Dexmier qui avait épousé une demoiselle de La Touche.

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1643, mais ils ont de nombreuses lacunes.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était aussi desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes reliant Barbezieux et Chalais par Brossac, et une gare était située près du bourg[33].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Chillac
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Jean-François Hurtaud    
avant 1988 ? Adrien Faure PCF  
juin 1995 mars 2008 William-Roger Laidet PCF  
mars 2008 en cours Marie-Hélène Gouffrant DVG Professeure
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[35].

En 2021, la commune comptait 224 habitants[Note 3], en augmentation de 7,18 % par rapport à 2015 (Charente : −0,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
585405521645674592619626561
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
540536538516502474438426447
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
424412401359373380321307279
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
229223188165169195199199220
2021 - - - - - - - -
224--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 40,4 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 118 hommes pour 103 femmes, soit un taux de 53,39 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,6 
90 ou +
1,9 
11,1 
75-89 ans
11,7 
27,4 
60-74 ans
26,2 
19,7 
45-59 ans
18,4 
12,0 
30-44 ans
12,6 
14,5 
15-29 ans
8,7 
12,8 
0-14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2021 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,7 
9,2 
75-89 ans
12 
20,6 
60-74 ans
21,3 
20,7 
45-59 ans
20,3 
16,8 
30-44 ans
16 
15,6 
15-29 ans
13,4 
16,1 
0-14 ans
14,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Bons Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[40].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Sulpice est du XIIe siècle, remaniée au XVe siècle, à un seul vaisseau. Elle est inscrite monument historique depuis 1961[41],[42].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Chillac actuel date du XVe siècle, le portail est du XVIIe siècle et le logis a été remanié et agrandi au XIXe siècle. Il est inscrit monument historique depuis 1961[43].

Le logis de la Vaure date du XVIIe siècle[44].

Quelques monuments funéraires complètent le patrimoine architectural de la commune[45].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Un puits.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 7 mètres minimum de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Chillac » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le ).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montguyon », sur Infoterre, (consulté le ).
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le ).
  8. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  9. « Fiche communale de Chillac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le ).
  10. Sandre, « la Maury »
  11. Sandre, « le Beau »
  12. Sandre, « le ruisseau Gourdine »
  13. « SAGE Charente », sur gesteau.fr (consulté le ).
  14. « SAGE Isle - Dronne », sur gesteau.fr (consulté le ).
  15. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  16. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  17. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Barbezieux-Saint-Hilaire », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  21. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Chillac », sur Géorisques (consulté le ).
  22. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  23. a et b « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie 2017 – 2026 », sur draaf.nouvelle-aquitaine.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Arrêté portant classement de massifs forestiers et obligation de débroussaillement. », sur charente.gouv.fr, (consulté le ).
  25. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  26. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  27. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Chillac », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  29. Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. 336
  30. Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, Cartulaire du prieuré Notre-Dame de Barbezieux (1201-1300), , 426 p. (lire en ligne), p. 224,274
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 130.
  32. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  33. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 128-129
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Chillac (16099) », (consulté le ).
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  40. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le ).
  41. « Église de Chillac », notice no PA00104303, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  42. « Église de Chillac (notice) », notice no IA00041131, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. « Château de Chillac », notice no PA00104302, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. « Logis de la Vaure », notice no IA00041136, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. « Chillac », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :