Nissim de Camondo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nissim de Camondo
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 25 ans)
Grand EstVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Conflit

Nissim de Camondo, né le à Paris (Seine) et mort le à Leintrey (Meurthe-et-Moselle), est un banquier et aviateur français, qui périt au cours de la Première Guerre mondiale. Grâce à un legs de son père, un musée parisien dédié aux arts décoratifs porte désormais son nom depuis 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Nissim est le fils du banquier et collectionneur Moïse de Camondo, et de la comtesse Irène Cahen d'Anvers. Par son père, il descend d'une famille de banquiers originaire de l'empire ottoman, anoblie en 1867 par le roi d'Italie, et établie en France en 1889. Il reçoit le prénom que porte également son grand-père paternel. Il est le frère de Béatrice de Camondo.

Ses parents, mariés en 1891 se séparent dès 1896, puis divorcent en 1902. Nissim de Camondo reçoit une éducation stricte et patriotique, notamment au lycée parisien Janson de Sailly et passe ensuite une licence en droit.

En 1911, Nissim de Camondo devance l’appel au service militaire et s’engage dans l’armée. Bon cavalier, il est affecté dans un régiment de hussards à Senlis, jusqu'au 4 novembre 1913, où il est placé dans la réserve. Il commence une carrière de banquier au service des titres de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Juste avant la mobilisation générale, il est rappelé en activité et rejoint son régiment de hussards à Senlis le 3 août 1914 avec le grade de sous-lieutenant. Son courage lui vaut ses citations dès cette époque[1].

Intéressé par les nouvelles unités de l’Armée de l’air, alors en pleine création, il est affecté au 21e régiment de dragons[2] à pied fin 1915. Évacué à la suite d'une crise d'appendicite en novembre 1915, il est opéré puis envoyé en convalescence à Deauville. En janvier 1916, il se réengage dans l'aviation française comme volontaire pour la durée des hostilités, et devient observateur, photographe et pilote auprès de l'escadrille MF 33. Il participe à la bataille de Verdun puis à celle de la Somme. Il obtient le brevet de pilote militaire no 5300 en novembre 1916 sur un Farman F 40. Le 5 novembre 1916, son habileté et son sang-froid lui valent d'être cité à l’ordre de la 6e armée: « Observateur photographe en avion de très haute valeur, tant par son audace et son sang-froid que son habileté professionnelle. Pendant les batailles de Verdun et de la Somme où le Corps d’armée a été engagé, grâce à son courage, a réussi un nombre considérable de missions photographiques rendues très périlleuses par les attaques violentes des avions de chasse ennemis puissamment armés, en particulier dans la journée du 5 novembre 1916, où son avion a été fortement atteint.»

Nissim de Camondo est abattu en combat aérien le en Lorraine, en compagnie du lieutenant Louis des Essarts. Ce jour là, à bord d'un Dorand AR 1, ils sont pris en chasse au-dessus de Remoncourt. Des Essarts touche le réservoir de l'avion adverse qui prend feu, mais leur avion également touché part en vrille. Nissim de Camondo tente d'atterrir mais l'avion s'écrase entre les villages d'Emberménil, Vého et Leintrey. Les deux français furent d'abord inhumés par les Allemands dans le cimetière de Parroy[3], avant que ses restes ne soient ramenés auprès des siens, par son père Moïse de Camondo, dans les années 1920.

Hommages et décorations[modifier | modifier le code]

Le lieutenant Nissim de Camondo était titulaire, outre ses citations, de la croix de guerre avec deux palmes de bronze, deux étoiles de vermeil et une étoile de bronze. Il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, le 31 mars 1920.

Moïse de Camondo reçut une lettre de condoléances de la part de Marcel Proust. Cela est dû à l'amitié liant Nissim de Camondo à l'écrivain et diplomate Jacques Truelle dès octobre 1914. Ce dernier, pour qui Marcel Proust éprouvait une sincère affection, les avait présentés l'un à l'autre[4].

Inconsolable, Moïse de Camondo lègue ses collections et son hôtel particulier au no 63 de la rue de Monceau à Paris à l’Union des Arts Décoratifs, à condition d'en faire un musée portant le nom de Nissim de Camondo en mémoire à son fils et que les photos qui s'y trouvent ne soient pas déplacées. Jusqu’à sa mort, en 1935, il continue d'acheter des œuvres d’art pour ce faire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. voir http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Nissim_de_Camondo1.htm
  2. Les escadrilles aériennes n’existent pas encore.
  3. Selon les extraits du livret militaire de Nissim de Camondo et des rapports de guerre, voir http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Nissim_de_Camondo1.htm
  4. Une lettre inédite de Proust prouverait que Nissim Bernard, l'un des héros d'A la Recherche du Temps Perdu, tirerait son prénom de Nissim de Camondo, selon Pierre Assouline, Le Dernier des Camondo, Paris, Gallimard, 1997.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Lieutenant Nissim de Camondo, correspondance et journal de guerre, Paris, Les Arts Décoratifs, 2017. Textes de Sophie d'Aigneaux-Le Tarnec, Sylvie Legrand-Rossi, Philippe Landau.
  • Pierre Assouline, Le Dernier des Camondo, Paris, Gallimard, 1997.
  • Nora Seni et Sophie Le Tarnec, Les Camondo ou l'éclipse d'une fortune, Arles, Actes Sud, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]