Hôtel de Charost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel de Charost vu depuis les jardins.

L’hôtel de Charost est un hôtel particulier situé au 39, rue du Faubourg-Saint-Honoré, à Paris. Il est depuis 1814 la résidence de l'ambassadeur du Royaume-Uni en France et se trouve à quelques pas du palais de l'Élysée. Le siège de l'ambassade en elle-même se trouve au no 35 rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel a été conçu par l'architecte Antoine Mazin (qui est aussi en partie l'auteur des plans de l'hôtel Matignon) et construit pour Armand de Béthune, deuxième duc de Charost et gouverneur de Louis XV, de 1720 à 1722. Il fait partie de l'importante poussée immobilière qui donna naissance au faubourg Saint-Honoré, étant l'un des rares édifices qui ait conservé sa physionomie générale avec l'hôtel d'Évreux (l'Élysée)[1].

Il devient tour à tour domicile de cette famille de haute noblesse, ambassade du Portugal, siège de bureaux, palais impérial et résidence temporaire de l'ambassadeur d'Autriche. Pauline Bonaparte, sœur de l'empereur, alors mariée au prince Borghèse, récupère l'hôtel de la veuve d'Armand Joseph de Béthune en 1803 et y fait aussitôt des remaniements sous les ordres de l'architecte Fontaine. L'hôtel accueillera alors les premières grandes réceptions impériales. En 1809, sa rente est élevée à 1 300 000 francs et lui permettra de poursuivre les travaux avec notamment la construction d'une galerie sur le jardin, où seront exposées les tableaux du prince Borghèse[1]. Arthur Wellesley, duc de Wellington, vainqueur de Waterloo, le rachète pour 800 000 francs en 1814 à Pauline Bonaparte, en difficulté après la chute de son frère, et y installe l'ambassade britannique, dont il est le premier occupant.

Lord Granville poursuit à la Restauration les agrandissements de Pauline Bonaparte avec la construction d'une salle de bal disposée symétriquement à la galerie qui abritait les oeuvres de la collection Borghèse. Les deux ailes sont ensuite réunies par une galerie vitrée formant un jardin d'hiver et attribué à Visconti[pas clair][1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Une entrée monumentale sur rue s'ouvre sur une cour bordée par les écuries et les cuisines, qui sont ornées d'un décor de reliefs équestres et cynégétiques. Le bâtiment principal se compose d'un corps de logis à deux niveaux.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Barrielle, Jean-François. et Maille, Philippe., Champs-Elysées, faubourg Saint-Honoré, plaine Monceau, H. Veyrier, (ISBN 2-85199-246-5 et 978-2-85199-246-8, OCLC 13666285, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]