Canopus (essais nucléaires)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canopus.
Canopus
Puissance nucléaire Drapeau de la France France
Localisation Fangataufa
Drapeau de la Polynésie française Polynésie française
Date
Type d'arme nucléaire Bombe H
Puissance 2,6 Mt
Type d'essais Essai atmosphérique
Altitude du site 550 m

Canopus, ou opération Canopus, est le nom de code pour le premier test par la France d'une arme à fusion nucléaire, dite bombe H. Ce trentième essai nucléaire français fut effectué le au-dessus de l'atoll de Fangataufa, en Polynésie française.

Historique[modifier | modifier le code]

Fangataufa en 2001.

En 1966, la France a été en mesure d'utiliser la fusion du combustible pour doper la fission du plutonium. Robert Dautray, un physicien nucléaire, a été choisi par la CEA pour mener l'effort de développement pour construire une arme à deux étages. La France n'avait pas la capacité de produire les matériaux nécessaires pour les deux étapes du dispositif thermonucléaire à l'époque. L'achat de 151 tonnes d'eau lourde à la Norvège et 168 tonnes supplémentaires provenant des États-Unis fut nécessaire. Cette eau a été mise dans les réacteurs nucléaires Celestins I et II de l'usine de Marcoule en 1967 pour produire le tritium nécessaire pour le dispositif.

La France a testé le nouveau dispositif dans le cadre d'une série de cinq tirs effectuée en Polynésie française entre juillet et septembre 1968.

Fangataufa a été choisi comme l'emplacement de l'explosion en raison de son isolement à l'écart de la base principale à Moruroa.

Le général de Gaulle devait assister à ce premier tir d'une bombe H, mais à la suite des événements politiques de Mai 68, il fut remplacé par Robert Galley, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales du gouvernement Maurice Couve de Murville, qui commanda le tir Canopus de la passerelle du navire amiral, le croiseur antiaérien De Grasse.

C'est également le seul essai français où les autorités ont fait évacuer un territoire : tous les habitants de l'atoll de Tureia, situé à une centaine de kilomètres au nord de Fangataufa, ont été invités à rejoindre Papeete sans que soient officiellement évoqués les risques de retombées radioactives[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La bombe d'un poids d'environ trois tonnes[2] a été suspendue à partir d'un grand ballon rempli d'hydrogène. Elle a explosé à 18:30:00.5 GMT à une altitude de 550 mètres, avec un rendement de 2,6 mégatonnes, ce qui en fait l'essai le plus puissant jamais réalisé par la France.

À la suite de la réussite de la détonation, la France est devenue la cinquième nation thermonucléaire, après les États-Unis, l'Union soviétique, le Royaume-Uni et la République populaire de Chine.

Soutien de la marine nationale française : La force Alfa (1966-1968)[modifier | modifier le code]

En 1964-1966, la Marine nationale française mobilise plus de 100 bâtiments pour la construction des installations du Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP) en Polynésie française, comprenant un quartier-général à Papeete, la BA 185 avancée à Hao (460 km au nord-ouest de Moruroa), le polygone de tir atomique de Moruroa et le polygone de tir atomique de Fangataufa. À l'été 1965[3], la Marine nationale française crée le Groupe aéronaval du Pacifique (dit groupe Alfa puis force Alfa) de plus de 3 500 hommes, comprenant le porte-avions Foch et six autres bâtiments (les escorteurs d’escadre Forbin, La Bourdonnais et Jauréguiberry, les pétroliers La Seine et Aberwrach, le bâtiment de soutien Rhin). La force Alfa appareille le 23 mars 1966 de Toulon et aborde la Polynésie française le 22 mai 1966 afin de superviser les essais atmosphériques no 18 « Aldébaran », no 19 « Tamouré », no 20 « Ganymède » et no 21 « Bételgeuse ». Durant la traversée, la France quitte le commandement intégré de l'OTAN.

Le groupe aérien embarqué du Foch comprend 24 avions (12 avions de sûreté Alizé, 8 avions d’assaut Étendard IV-M et 4 avions de reconnaissance Étendard IV-P) et 22 hélicoptères (10 HSS-1, 6 Alouette II et 6 Alouette III) et est chargé de surveiller et sécuriser la zone dite « dangereuse » (dispositif Phoebus). Après que sont repérés à plusieurs reprises dans la zone d'exclusion le bâtiment de recherches scientifiques USS Belmont (en) et le navire de contrôle de missiles et d'engins spatiaux USS Richfield (en), un sous-marin de nationalité inconnue et un avion ravitailleur (vraisemblablement d'observation et de recueil de prélèvements atomiques) KC-135 de l'USAF no 9164, le 19 juillet 1966 à 5h05, un Mirage IV no 9 largue sa bombe A AN-21 à chute libre no 2070 au large de Moruroa. Après deux autres tirs le 24 septembre 1966 et le 4 octobre 1966, la force Alfa quitte la Polynésie française le 2 novembre 1966.

La seconde Force Alfa quitte Toulon le 12 mars 1968 pour arriver en Polynésie française le 16 mai. Elle comprend le porte-avions Clemenceau et les mêmes autres bâtiments que lors de la campagne de 1966 (les trois escorteurs d’escadre, les deux pétroliers et le bâtiment de soutien). Ce groupe est complété, sur zone, par la Division des avisos du Pacifique, composée des Protet, Commandant Rivière, Amiral Charner, Doudart de Lagrée et Enseigne de vaisseau Henry. Quant au groupe aérien, il est composé d’Alizé, d’Étendard IV-M et d’hélicoptères HSS-1, Alouette II, Alouette III et Super Frelon. Le 24 août 1968, l’essai no 30 « Canopus » d’une bombe H, exécuté à Fangataufa, libère 2,6 mégatonnes. Plusieurs bâtiments américains et quelques chalutiers soviétiques sont aperçus lors de la campagne de tir. Avec la venue de la Force Alfa, l'ensemble du dispositif naval présent autour des deux atolls a représenté plus de 40 % du tonnage de la flotte française, soit 120 000 tonnes[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Épisode Les dégâts nucléaires français en Polynésie de la série Rendez-vous avec X, d'une durée de 38 minutes. Diffusé pour la première fois du 13h20 au 14h00 sur la chaîne France Inter du réseau Radio France. Autres crédits : Patrick Pesnot. Visionner l'épisode en ligne, 28e minute.
  2. Dominique Barralis, « À propos de l'armement nucléaire français », Revue Défense nationale,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. Arrêté ministériel no 51 du 20 août 1965
  4. Bernard Dumortier, Atolls de l'atome : Mururoa & Fangataufa, Marine Éditions, Rennes, 2004 (ISBN 2-915379-11-4) dont une version abrégée est à [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]